Penser et vivre la ville comme un living lab

Récit d’un atelier-prototype de percolab à la conférence Open Living Labs Days 2016.

Du 23 au 26 août dernier avait à Montréal la rencontre annuelle du réseau européen des laboratoires vivants. Percolab y était présent à titre de co-fondateur de Mandalab et de référence au Québec pour la pratique des laboratoires vivants. Nous étions invités à participer au panel d’ouverture de la conférence sur le futur des laboratoires vivants et à offrir un atelier de partage de nos pratiques. Centré autour du thème « learning thinking for citizen co-design », cet atelier a réuni 25 praticiens et chercheurs du réseau.

Learning thinking?

Le coeur de la pratique de percolab autour des laboratoires vivants est le « learning thinking ». Nous avons commencé par co-créer ensemble notre définition vivante du learning thinking, à partir des expériences des participants. 

«  I found my idea kept on building with other ideas. I had to accept other ideas and meanings. Sometimes it can be hard to open up, be open to accept others and bring things together. This was an interesting experience for myself and for groups, how a concept can be about more than individual perspectives. »

Travailler insitu

IMG_2054 (2)Pour parler de ce qui devient possible quand on se challenge à pratiquer la ville comme un living lab, le défi est de vivre une expérience dans l’espace, qui vient nourrir l’imaginaire et ouvrir un sens des potentiels. Il faut se donner permission de travailler in situ. Nous sommes sortis des murs de l’université pour aller respirer un peu de cette ville que nous voulons réimaginer, dans une ruelle du centre-ville à proximité. Nous avons commencé avec un moment pour sentir la ruelle, s’orienter dans l’espace, apprendre à y être, repérer et pratiquer l’art de remarquer. C’est une forme de méditation dans l’espace qui nous a permis de nous mettre en mode curiosité et découverte.

Concevoir des prototypes

Pour mieux en comprendre les désirs, les besoins, les aspirations, les histoires et les possibilités il faut recueillir des données auprès des utilisateurs de l’espace. C’est à travers des prototypes que ces données peuvent être capturées. Créés en l’espace de 10 minutes ces prototypes légers mis ensemble donnaient un portrait remarquable de la complexité de l’espace. Voici quelques exemples de prototypes créés par les participants :

  • Dessine ta ruelle du futur
  • Collecte d’observations : humain, objets, utilisation 
  • Collecte d’histoires de résidents : guide d’entrevue pour les résidents chez eux, sur leur expérience de cette espace et comment ils aimeraient le voir
  • Collecte de données physiques sur l’espace : trafic de véhicules, ensoleillement, vent, eau,
  • Inventaire de la faune et de la flore (utilisateurs non-humains)

IMG_2045

Vivre des prototypes

Nous ne sommes pas arrêtés à la création de prototypes, nous les avons également vécus : chaque groupe a en effet disposé de quelques minutes pour faciliter une activité, recevoir le feedback des autres participants sur leur prototype, et ainsi pratiquer de manière la boucle du learning-thinking dans un contexte de réimagination de l’espace public par et avec les citoyens. Les participants à l’atelier étaient à la fois chercheurs et participants à la démarche de recherche des autres. Ce double chapeau participants / facilitateurs, où chacun est amené à prendre sa place dans le cercle au service du projet commun (en l’occurrence, la réimagination d’une ruelle), est un pattern constant dans notre pratique à percolab. Le laboratoire vivant, pour nous, se vit comme un lieu de pratique et d’empowerment, où les lignes entre participants et facilitateurs deviennent de plus en plus perméables à mesure que le laboratoire prend forme sous l’impulsion des expériences réalisées par les participants.

Patterns de codesign

Nous avons ensuite partagé notre propre expérience de création d’une intervention en mode laboratoire, réalisée dans cette exacte même ruelle quelques semaines auparavant. Raconter l’histoire de ce projet de réimagination des ruelles commerciales du centre-ville a été l’occasion de partager avec les participants les patterns à partir desquels nous travaillons lorsque plongés dans la complexité des projets de co-design avec les citoyens:

  1. Créer une expérience radicalement différente de l’espace et qui permette aux gens de se donner la permission de rêver et d’être créatif;
  2. Soigner l’invitation, à la fois ciblée et inclusive;
  3. Accueillir et prendre soin de toute personne qui se présente;
  4. Récolter les expériences, les observations, les faits, les rêves et aspirations;
  5. Chercher les connexions et les patterns qui émergent.

L’intention de l’atelier était de prototyper avec les participants de l’atelier une expérience d’exploration collective de ce qui devient possible quand on regarde la ville comme un laboratoire vivant. Nous sommes ressortis de cette expérience avec des participants nourris, challengés d’avoir vécu quelque chose d’à la fois immersif et créatif. L’atelier nous a permis en tant que groupe de remettre en question nos récits sur la manière dont nous habitons la ville, et pour percolab de mettre en valeur comment nous incarnons cette posture de living lab dans notre travail et nos pratiques.

IMG_2052Ce qui nous a le plus étonné ? Comment le fait de vivre ensemble une expérience in situ, dans la ville, a ouvert la porte à la créativité du groupe. Les prototypes réalisés ont permis des apprentissages riches, autant en termes de données récoltées sur la ville qu’en terme de réflexions sur comment on habite une ville. En moins de 3 heures, nous avons eu accès à une incroyable richesse. L’expérience vivante ouvre un processus ancré dans la réalité des besoins et des désirs présents dans l’espace et dans les communautés auxquelles nous appartenons. Et c’est ainsi que se clôt la boucle du learning thinking dans le contexte d’un atelier sur le co-design citoyen.

TÉMOIGNAGES

Voici quelques-uns des apprentissages nommés par les participants au cours de notre activité de clôture :

«  if you want something from people, host them »

«  prototyping data collection does not have to be perfect »

«  go to the place you want to reimagine »

« Do not be afraid of mistakes »

«  gathering data is interesting in itself »

«  a facilitated experience makes everyone feel closer »

«  thinking about thinking is not boring »

«  There is an emotional component to data collection : what state people are in is important »

«  l’importance de prendre le temps avec les participants : importance de la rencontre, de créer ensemble, la valeur de l’échange en soi »

« It was great to live a real experience, and being able to know how percolab worked in the same context. We had a real framework to work with. »

Hyperliens :

https://openlivinglabdays.com/workshop-learning-thinking-for-citizen-co-design/

https://openlivinglabdays.com/

http://www.openlivinglabs.eu/

Skills

Posted on

September 26, 2016