Processus de concertation nationale sur les dynamiques littorales

Contexte

Les côtes attirent toujours plus d’habitants tandis que les risques littoraux sont accentués par le changement climatique et la montée du niveau des mers. Aménager différemment les territoires littoraux pour mieux prendre en compte ces évolutions devient urgent. Or, le cadre juridique reste fragmentaire du fait entre autres, de la diversité des acteurs impliqués et une multiplicité des domaines impactés. Cela rend difficile l’émergence de positions convergentes et concertées concernant la gestion du trait de côte alors qu’il est essentiel de pouvoir croiser les différents points de vue.

Rôle de Percolab

  • Participation à et co-animation des sessions de travail du comité de pilotage
  • Préconisations logistiques et d’organisation du processus de concertation
  • Design de la journée de lancement le 5 février 2018, des 10 journées d’ateliers entre mars et juin et de la journée de restitution le 13 septembre en concertation avec l’équipe AMO constituée d’un cabinet d’avocats et d’une agence d’urbanisme spécialisée dans l’aménagement littoral.
  • Co-facilitation de l’ensemble
  • Synthèse des résultats des ateliers pour élaborer les documents de restitution et les préconisations pour l’écriture de la future proposition loi littoral pour l’automne.

Démarche

Le processus de concertation s’est appuyé sur une étude approfondie, faite en amont par le cabinet d’avocats, de deux documents : le projet de loi « adaptation des territoires littoraux au changement climatique » d’une part, et un programme d’actions mené par le ministère entre 2012 et 2015.

La journée de lancement a été bâtie pour valider (ou pas) les axes de travail soulevés par cette analyse préalable et proposer d’emblée une méthodologie résolument participative pour donner le ton à l’ensemble du processus.

De manière générale, nous avons conçu chaque atelier sur la base des résultats du précédent, dans une approche laissant une large place à l’émergence, avec le postulat que tout pouvait être remis en cause par les participants à chaque fois.

Afin de leur permettre de pouvoir « plonger » et vivre ce processus d’émergence, nous avons décidé d’organiser 5 ateliers de 2 jours et non 10 d’une seule journée. Le design sur deux jours nous a permis de faire « descendre » la quarantaine de personnes présentes lors de chaque atelier, dans la divergence de leur points de vue, puis de faire émerger des idées, élaborées ensuite dans des scénarios d’usage, des prototypes d’action, des préconisations pour la future proposition de loi, le tout repris dans les synthèses et les livrables, disponibles sur une plateforme numérique dédiée.

L’enjeu était double : emmener à la fois l’équipe AMO et les participants dans des processus participatifs : avec l’équipe, pour bâtir le design de chaque atelier, les faciliter en laissant le maximum de place à l’expression de chacun et avec les participants pour soulever le maximum de questions et d’idées novatrices dans un contexte de sentiment d’urgence face au changement climatique.

Suites et Apprentissages

La secrétaire d’Etat du ministère dans son allocution de clôture le 13 septembre a repris les conclusions issues du processus de concertation pour mener à bien ce chantier colossal. Le ministère a entériné le besoin des acteurs de se retrouver, à minima une journée par an, sur un mode participatif pour faire le point et continuer à échanger. La date de cette prochaine rencontre sera fixée pour le 2è trimestre 2019. Une véritable dynamique s’est en effet construite au fil des ateliers entre les 354 personnes ayant participé à ce processus. Un nouvel appel d’offre est lancé pour animer cette communauté, coordonner et renforcer du national au local, la communication.

Pour nous, ce processus de concertation aura été l’opportunité de mettre en œuvre avec succès nos méthodes avec une équipe d’assistance à maîtrise d’ouvrage diverse et peu préparée au départ à ces nouvelles façons de faire.

Ce fut aussi, la découverte concrète de l’impact énorme de la montée de l’eau sur tous les territoires littoraux. Il n’y a pas de planète B, nous le savions ; avec ce projet, nous l’avons touché du doigt.

 

«  s’il fallait mettre bout à bout tout ce que les ateliers m’ont apporté, il me faudrait écrire un livre ! »

« vous m’avez ouvert à un univers tout entier ; impossible de revenir en arrière »

 

Client : Ministère de la transition écologique et solidaire, direction de l’aménagement, du logement et de la nature

Localisation : France

Durée : 9 mois

Équipe : Percolab France en partenariat avec l’agence étrangeOrdinaire

 

Skills

Posted on

December 15, 2018