L’art de l’invitation: un petit secret du leadership participatif

Par Samantha Slade
Paru originellement en anglais dans Enlivening Edge Magazine 25 AOÛT2021

Le pouvoir inclusif et sous-estimé de l’invitation

Invitations et leadership participatif

Les invitations font partie de l’être humain. En fait, elles sont tellement ancrées dans notre quotidien qu’il est facile d’oublier le pouvoir et le potentiel qu’elles détiennent. Nous nous invitons les uns les autres à collaborer sur une idée ou une initiative,à participer à des événements ou à des moments spéciaux, à partager une information ou un document. En dépit des apparences, les invitations ont un potentiel sous-estimé pour contribuer aux transitions vers le leadership collaboratif ou la cogestion. Nous explorerons quatre manières concrètes de mieux tirer parti des invitations pour nourrir une culture plus participative.

Beaucoup d’entre nous aimeraient inclure plus de personnes dans nos différents projets et activités. La préoccupation qui revient souvent est « Comment puis-je m’ouvrir sans créer le chaos ? » ou « Cela ne risque-t-il pas de faire perdre beaucoup de temps ? ». C’est là que réside un problème qui empêche de nombreuses personnes de donner suite à un désir de travailler de manière plus ouverte et inclusive. Une bonne invitation tient compte de ces préoccupations. Une bonne invitation peut en fait être un catalyseur de changement.

Mais comment les invitations sont-elles reliées avec le leadership participatif et les organisations horizontales ? Tout! Les invitations sont un acte de transparence. Faire une invitation est un acte de leadership personnel, tout comme accepter ou décliner une invitation.

Les invitations nécessitent de céder le contrôle et de laisser aller le désir de plaire. Les invitations sont un moyen d’être plus inclusif et d’aller au-delà des groupes avec lesquels vous travaillez habituellement. En fait, la pratique de l’invitation est une manière de s’éloigner de certaines habitudes persuasives, contrôlantes et coercitives dans lesquelles beaucoup d’entre nous s’engagent, souvent sans même s’en rendre compte.

Donc, nous pouvons considérer les invitations comme désirables et nous efforcer de créer des invitations d’une manière qui ne génère pas de confusion, de stress ou de chaos.

Comment reconnaître une invitation

Avant de nous lancer, clarifions ce qu’est une invitation. Lorsque vous invitez quelqu’un, cela signifie que vous permettez à l’invité d’accepter ou de refuser, de dire oui ou non. Vous n’essayez pas de persuader la personne à faire quelque chose et vous lui faites confiance pour prendre la meilleure décision pour elle-même.

C’est complètement différent d’une demande ou d’une convocation et cela génère un sentiment différent. Par exemple, j’ai organisé un événement en ligne et j’ai réalisé à la dernière minute qu’il serait préférable que je ne m’occupe pas des aspects techniques en plus de la facilitation. Alors que j’invitais une collègue à assumer le rôle de soutien technique, cette collègue a gentiment refusé déclarant qu’elle préférerait simplement participer à l’événement.

En fait, ce n’était pas une invitation mais une requête. Cette requête fut alors faite en incluant le besoin clairement défini et donc adapté. Tout cela pour dire que lorsque je fais référence à une invitation, je fais référence à de véritables invitations où il est vraiment normal de répondre par oui ou non. Le travail de discernement autour de l’invitation commence ici.

Je me souviens du moment où j’ai vraiment appris sur ce point. J’étais présente lors d’un rassemblement où un groupe a eu l’idée géniale d’inviter quelques personnes qui avaient démontré leur talent de chanteur à interpréter une chanson le lendemain matin. J’ai pris l’initiative de traverser la salle pour les y inviter. J’ai été très surprise de les entendre dire non. L’invitation avait été déclinée.

Je me souviens encore du virage mental que j’ai dû faire pour accepter et intégrer que ce groupe ne voulait pas chanter à la demande. À cet instant, j’ai compris la nuance ainsi que mon habitude d’essayer de charmer et de convaincre. Je pouvais ressentir leur pleine autonomie dans ce non. C’était sain à bien des égards. Ils m’ont appris l’invitation.

Rappelez-vous une véritable invitation que vous avez reçue récemment. En ce qui me concerne, c’était une invitation à se connecter via les médias sociaux. Qu’avez-vous ressenti en recevant cette invitation, que vous l’ayez acceptée ou non? Pour moi, c’était la petite note personnelle qui accompagnait l’invitation, des mots venant du cœur. Les invitations sont étroitement liées à l’intention, à la bienveillance et à l’appartenance, pas à la coercition. Je souhaite que votre invitation avait cette petite touche spéciale. Maintenant, gardons cet esprit pendant que nous découvrons quatre conseils pour améliorer les invitations : le choix, la clarté, la communauté et les critères.

1. Le choix

Une bonne invitation implique que vous pouvez CHOISIR d’y répondre sans être jugé ou puni. Là réside toute la subtilité d’une véritable invitation et assurez-vous que cela soit très clair dans toute invitation que vous faites.

Sinon, ne l’appelez pas une invitation, nommez-la comme elle est vraiment, une demande ou une convocation. Aidez l’invité.e à sentir qu’il n’y aura aucune conséquence découlant de son choix. Faites-lui savoir qu’on lui fait confiance pour décider pour lui- ou elle-même. Les individus peuvent déterminer eux-mêmes ce qui les intéresse, là où ils souhaitent contribuer et ce qu’ils veulent prioriser. C’est ainsi que nous développons notre leadership personnel. Les gens se présentent différemment lorsqu’ils choisissent de dire oui. N’oubliez pas non plus que d’inviter les autres est aussi un acte de leadership!

J’apprécie particulièrement lorsque je suis invitée et que les gens mentionnent que si je ne peux pas venir, il y aura un enregistrement ou des notes à consulter. Cela me donne l’impression que j’ai vraiment le choix.

Questions à se poser : Cette invitation vous semble-t-elle attrayante sans être coercitive ? L’invité.e se sentirait-il-elle à l’aise de répondre librement?

2. La clarté

Si l’invité.e doit déterminer son acceptation à une invitation, il doit alors disposer des informations nécessaires pour faire ce choix: le moment et le lieu ainsi que ce que l’on attend de lui.  A-t-il ou elle besoin d’apporter ou préparer quelque chose? Y a-t-il une obligation de quelque nature que ce soit? Y a-t-il un coût ? Un comportement spécifique est-il attendu? À quoi s’engage-t-il ou elle ? Un retard est-il toléré? Est-ce possible d’inviter soi-même quelqu’un? Tant de questions! On oublie parfois qu’une invitation peut en fait créer de l’anxiété chez les gens.

Si vous pouvez vous mettre à la place de la personne qui reçoit l’invitation, il peut être utile de voir si toutes les informations pertinentes sont disponibles afin qu’elle puisse déterminer elle-même si elle refusera ou acceptera. Si toutes les informations sont présentes, vous éviterez de créer du stress ou de générer des demandes de précisions additionnelles.

En général, les gens sont plus enclins à dire oui lorsque l’objectif est clair et aligné sur leurs valeurs ou parce que leur présence apportera une valeur ajoutée et que leurs compétences sont reconnues par la personne qui invite. Par exemple : « Je vous invite à cette réunion parce que vous avez une expérience formidable à partager sur xyz ». Vous voudrez peut-être tester votre invitation à ce stade, car il peut être difficile de savoir ce que vous avez oublié ou de fournir suffisamment d’informations sans inonder les gens de détails.

Depuis le début de la pandémie, j’invite régulièrement les gens à jouer à un jeu de leadership personnel les vendredis après-midi. J’envoie des invitations à différentes personnes à travers le monde et je publie parfois une invitation sur les médias sociaux. Les fois où j’ai omis de mentionner que c’était gratuit, j’ai créé de la confusion, comme j’ai appris des courriels que j’ai reçus.

Questions à se poser : L’invité.e sait-il ou elle dans quoi il ou elle s’embarque en acceptant ? Se sent-il elle informé.e sans se sentir submergé.e?

3. La communauté

Une bonne invitation aide à tisser une communauté, c’est un acte d’inclusion et peut créer un sentiment d’appartenance. Plus l’invitation est ouverte, plus nous incluons de personnes. Même si un individu la décline, il peut toujours sentir qu’il fait partie de ce à quoi il a été invité. Un.e invité.e peut être agréablement surpris.e et ravi.e que les gens aient pensé à lui ou elle et que son implication ait été souhaitée.

Pensez à ceux et celles qui pourraient se sentir exclu.es s’ils ou elles découvrent qu’ils n’ont pas été invité.es. Cela signifie de dépasser nos angles morts, nos préjugés et nos habitudes. Une invitation est une occasion de tendre la main à ceux et celles qui sont en marge de votre communauté et d’entrer en relation avec les autres d’une manière plus empathique.

Cependant, il ne suffit pas d’inclure quelqu’un; tout est dans la manière de les inclure. Récemment, j’ai vu une invitation signée avec des mots que l’on ne voit pas souvent sur le lieu de travail : « Avec amour, l’équipe de direction ». Une telle démonstration d’attention et de vulnérabilité peut faire toute la différence. Un ton chaleureux et authentique peut aller plus loin que le ton froid que nous jugeons comme « professionnel ». Vous voulez que votre invitation envoie de la bonté dans le monde. Vous pouvez y donner une touche personnelle, comme inclure une citation ou une image. Cela change tout.

Si nous voulons plus de considération dans nos organisations et si le bien-être psychologique est important, alors l’invitation est un espace naturel pour développer un sentiment d’inclusion et de convivialité. Les gens peuvent se sentir considérés et aimés. Cela peut sembler étrange de s’ouvrir plus largement, mais nous devrions devenir meilleurs en étant vulnérables et bienveillants.

Questions à se poser: Cette invitation fait-elle du bien à l’invité.e? Cela contribue-t-il à son sentiment d’appartenance?

4. Les critères

Je vois souvent des gens dresser une liste des personnes qu’ils devraient inviter, plutôt que d’identifier des critères de participation. Les critères servent à clarifier les contraintes ou les limites autour de la participation. Il est de la responsabilité de l’inviteur.euse de clarifier ces critères. Par exemple, « Nous accueillons les personnes qui peuvent s’engager à participer aux deux événements » ou « Nous voulons un mélange équilibré de personnes de l’équipe et de l’extérieur de l’équipe ». Dans ces deux exemples, les critères de l’invitation donnent aux gens toute l’information ainsi que l’autonomie de faire leur choix.

Les contraintes et les stratégies font également partie de la nature humaine et de la culture. En précisant des critères à votre invitation et en permettant aux gens de juger eux-mêmes de la pertinence de leur présence, vous créez une culture inclusive. L’avantage de critères clairs est la transparence et cela change tout.

De nombreux malentendus peuvent être évités. Les gens sont capables de comprendre les raisons pour lesquelles les choses surviennent et peuvent déterminer leur rôle dans cette situation et comprendre le pourquoi des limites. C’est ainsi que nous évitons le chaos.

J’ai récemment dû décliner une invitation qui plaçait une limite claire. J’ai été invité en tant que conseiller stratégique, mais seulement si je pouvais assister durant toute la journée à l’événement. Ce n’était pas possible pour moi alors j’ai dû décliner.

Questions à se poser: les limites de cette invitation sont-elles claires? Cette invitation aide-t-elle l’invité.e à comprendre le contexte de ce qui se passe?

Ce que l’invitation engendre

Les invitations font partie de la vie et peuvent être des outils puissants pour aider votre travail à atteindre son potentiel (et au-delà) tout en développant une culture d’appartenance. Inviter avec intention fait que les gens se sentent considérés et inclus, et cela favorise la communauté.

Une invitation de qualité est au cœur du développement d’une culture de leadership collaboratif, tant sur le plan organisationnel que personnel: c’est une pratique qui peut favoriser le changement systémique pour une culture guidée par des valeurs conscientes, courageuses, créatives et collaboratives, qu’il s’agisse de petits moments humains informels ou de processus formels de recrutement. De plus, le choix d’accepter ou de refuser une invitation devient un acte de leadership personnel responsabilisant ainsi les individus en tant que participants actifs dans la sphère collective.

Nous sommes souvent frileux à inviter d’autres personnes dans notre travail. Et si tout le monde venait? Et si personne ne venait? Et si les gens ne comprennent pas vraiment ce que nous faisons? Ces questions peuvent être résolues avec une bonne invitation en utilisant ces quatre conseils d’invitation. Ils vous aideront à formuler l’invitation et à clarifier pour vous-même ce que vous attendez des autres. Peut-être que vous avez tendance à vouloir contrôler, ou à rester dans vos habitudes et vos biais? Maîtriser l’art de l’invitation amplifie non seulement l’inclusion et l’appartenance, mais peut aussi créer de la sérendipité et de la magie.

Comme toutes les pratiques dont je parle, inviter est une pratique. Pas besoin d’être parfait, il s’agit d’y mettre la main. Osez inviter lorsque vous voyez une possibilité ou un besoin. Questionnez vos habitudes. Demandez des retours sur votre invitation avant de la transmettre. Osez parler avec coeur. Ayez confiance. Invitez plus que vous ne le feriez habituellement et voyez ce qui se passe. Vivez et apprenez. Laissez vous surprendre, au-delà de ce que vous auriez pu planifier.

Une petite invitation pour toutes et tous

Vous êtes chaleureusement invité.es à jouer à notre jeu communautaire sur la collaboration: L’Écoute courageuse. Vivez un moment ludique de convivialité tout en découvrant des modes de fonctionnement horizontaux et en développant vos capacités d’écoute, animé par un membre de la communauté du Leadership horizontal, le tout gratuitement.

Cette invitation s’adresse aux personnes intéressées par la culture participative et le leadership horizontal et prêtes à s’engager dans un moment d’apprentissage interactif sur ce thème. Tout ce dont vous avez besoin est une aisance avec Zoom et l’engagement d’arriver à l’heure et de rester pendant les 90 minutes pour permettre une expérience riche pour tout le monde. Invitez vos collègues ou ami.es si vous le souhaitez! Intéressé.e? Inscrivez-vous pour votre session gratuite ici: https://www.percolab.com/events/