“La double boucle”, un modèle d’accompagnement systémique

L’origine de l’outil : une approche scientifique des transitions de systèmes

L’évolution actuelle de nos sociétés est synonyme de transitions profondes. Transition sociale, transition écologique, mais aussi transition économique avec la (ré)apparaition des communs, nous amènent à repenser nos modes de faire, vers un vivre ensemble plus équitable.

Mais comment passer de l’un à l’autre de ces systèmes ? La transition se fait-elle de manière linéaire, et l’on doit attendre la disparition de l’un pour aller vers un autre, ou peut-on agir dès maintenant et commencer à construire le monde de demain ?

Les structures organisationnelles fonctionnent comme les systèmes vivants

Margaret Wheatley de l’Institut Berkana a conceptualisé un modèle de compréhension nommé “double boucle”, pour montrer comment deux systèmes, l’un en déclin, l’autre en éclosion, co-existent et interagissent l’un avec l’autre. Elle a appliqué les sciences du chaos, de la physique quantique et des systèmes vivants au monde du travail. Elle a en effet observé que les changements de paradigme se réalisent à toutes les échelles, tant au niveau du projet, des collectifs, des structures et des sociétés. A l’époque, dans les années 2000, son analyse se portait particulièrement sur la transition d’un système dominant basé sur les énergies fossiles vers un système plus respectueux du vivant, une analyse encore valable aujourd’hui.

Résumé de son approche :

Aujourd’hui, nous sommes à la fois dans les vestiges d’une vision mécaniste de notre monde, où chaque partie est séparée, analysée, et dont il suffit d’en remplacer les « pièces défectueuses » pour le réparer, et au cœur d’un nouveau système en éclosion. Avec la crise des énergies fossiles et les tensions économiques et sociales actuelles, l’ancien paradigme ne fonctionne plus. Malgré les réparations, les problèmes réapparaissent, voire de manière décuplée. Cette vision mécaniste qui régit actuellement notre modèle de société ne prend pas assez en compte l’importance des réseaux de relations et l’interdépendance entre les parties du système.

Ainsi, de quelles manières ces deux systèmes coexistent-ils, quels en sont les liens et comment se manifestent-ils ? Où nous situons-nous dans ce système et quel est notre rôle en tant que leader participatif ?

La double boucle est un visuel d’accompagnement au changement, particulièrement pertinent dans notre contexte actuel.

Représenté sous forme de deux courbes qui s’entrecroisent, le modèle de la “double boucle” peut se détailler de plusieurs manières, notamment dans la dénomination des parties. Percolab vous propose sa compilation, en la présentant sous forme d’un canevas (support graphique à remplir), afin de cartographier votre système, identifier vos rôles de leaders et augmenter la portée de vos actions !

Télécharger le canevas :

Canevas-DoubleBoucle-Percolab-visuel

Utilisation du canevas :

Étape 1 : Identifier les deux systèmes en transition

En haut à droite, dans la partie “Du système… Au système”, écrire les deux systèmes qui sont en train d’évoluer. Quel est le système que nous sommes en train de (ou cherchons à) quitter ? Vers quel système souhaitons-nous aller ?

 

Étape 2 : Identifier et développer les acteurs à l’intérieur des systèmes

Pour chaque fois rôle, identifier une à deux personnes qui l’incarnent et noter leurs actions. Est-ce que chacun est à sa place, dans son rôle, avec des actions cohérentes ? Comment déployer davantage les actions de transitions ? Est-ce que tous les rôles sont pourvus ? Si non, comment les combler ?Astuce ! Faire d’abord l’exercice pour soi, puis ensuite, en équipe ! Est-ce que les canevas concordent ?

Partie 1 : le système émergent

La boucle du bas représente le système émergent, celui en train d’éclore et qui voit apparaître de nombreux rôles. Cette dynamique est particulièrement présente dans l’innovation, l’économie sociale et solidaire, les changements de paradigme et la transition socio-écologique.

1. Innover

À l’orée de l’apogée de l’ancien système, il s’agit de sentir qu’un autre système est possible et d’être dans un élan de création de nouvelles façons de faire (agriculture, alimentation, éducation…) Les pionniers et innovateurs portent ce rôle. « Un autre système est possible »

2. Nommer

Lorsque des innovateurs présentent leurs idées, ils leur manquent parfois des mots, des concepts pour décrire ce qu’ils font. Des personnalités scientifiques sont alors amenées à penser différemment pour proposer des modèles de compréhension commune. « Vous travaillez sur la même chose »

3. Établir des liens

Les pionniers et penseurs peuvent parfois être isolés. Il s’agit donc pour ce rôle de créer des réseaux, de construire des communautés. Une communauté saine est toujours reliée à quelque chose de plus grand, la cause à laquelle elle est reliée (nourrir plus de monde sur la planète, une éducation accessible à toutes et à tous…). Il s’agit de construire des relations solides et favoriser les apprentissages.

4. Nourrir les communautés de pratique

Pour ce rôle, des personnes vont proposer des espaces de rassemblement, de rencontres, entre pionniers, penseurs et faiseurs de liens. Ces espaces vont fournir la clarté et la motivation nécessaire pour continuer, pour persévérer et changer d’échelles. Il s’agit ici aussi de pouvoir mettre à disposition des ressources et un cadre plus formel (associations, institutions…)

5. Éclairer, rendre visible, partager

Afin de pouvoir emmener une masse critique d’individus dans ce nouveau système, il s’agit de montrer par des récits suffisamment convaincants ce qui est rendu possible par le nouveau système. C’est un rôle de passeur entre ancien et nouveau systèmes, pour inciter les individus à sauter le pas. « Vous pouvez venir ! »

Partie 2 : le système dominant en déclin

Dans cette boucle située en haut se trouve aussi des rôles de leadership. Ils correspondent aux individus encore présents dans l’ancien système et qui ont un rôle à jouer pour que la transition soit la plus douce possible pour tous les individus.

6. Utiliser son pouvoir

Ici il s’agit d’un choix qui est opéré par ceux qui ont une place plutôt privilégiée dans l’ancien système. Vont-ils s’accrocher à l’ancien paradigme par peur et déni de la situation, où vont-ils utiliser intelligemment leur pouvoir, et en particulier l’attribution des ressources ? Il est important ici que ces personnes aient à la fois pour responsabilité de canaliser les ressources vers le nouveau système pour l’aider à éclore, mais d’en garder aussi une partie vers l’ancien, pour le maintenir fonctionnel en attendant que le nouveau soit prêt.

7. Accompagner l’ancien système

Ce rôle « d’ hospice » ou « d’infirmiers » a pour mission d’accompagner vers la mort l’ancien système et d’aider le monde à s’en défaire, à en faire le deuil. La personne qui tient ce rôle aura à cœur que ceux qui sont encore présents dans l’ancien système subisse le moins de dommages possibles et se tournent positivement vers le nouveau.

 

8. Composter

De l’ancien vers le nouveau système, il existe aussi un pont. L’idée est de garder de l’ancien système tout ce qui peut contribuer en nouveau, en récoltant les apprentissages, et recycler tous les éléments utiles.

 

9. S’asseoir dans l’incertitude

Ce dernier rôle est également primordial. Il s’agit d’attendre, d’être présent, en prenant tout le temps nécessaire jusqu’à ce que la clarté se fasse sur le prochain mouvement à engager.

 

Bibliographie :

Pour en savoir plus sur la double boucle, il existe une grande littérature (en anglais), dont nous avons extrait notre sélection.