Articles

Notre parcours passionnant d’une entreprise incorporée à une entreprise détenue par les travailleurs

Nos débuts en tant qu’entreprise incorporée

Comment combiner les nécessités du succès dans un monde des affaires dur et frénétique avec la passion de bâtir un monde plus équitable et durable? Comment bâtir une entreprise qui a le bien commun inscrit dans son cadre légal?

Tel était le défi auquel j’étais confrontée quand je me suis lancée dans l’aventure de bâtir un cabinet de conseil progressiste ayant du succès.

Comme beaucoup de femmes, je me suis lancée en affaires tard dans la vie. En 2007, à l’âge de 40 ans, j’ai quitté mon emploi confortable au gouvernement et j’ai fondé Percolab. Ma vision était de bâtir une firme guidée par une mission et capable de cultiver des partenariats sains et courageux promouvant l’innovation sociale. Heureusement, je n’étais pas seule. J’avais un partenaire d’affaires. Il était clair pour nous que notre entreprise opérerait autant localement, au Canada, qu’à l’international. Il était clair pour nous que nous voulions vivre notre entreprise comme un laboratoire et expérimenter de nouvelles façons d’apprendre, de travailler et de gérer nos affaires. Il était également clair pour nous que nous allions ouvrir nos méthodes et nos apprentissages pour les rendre accessibles au grand public. Ce qui n’était pas clair pour nous était quelle structure légale était la meilleure pour notre entreprise!

Notre organisation avait besoin :

  1. d’agilité pour démarrer immédiatement : nous ne voulions pas recruter d’autres fondateurs, nous voulions nous mettre en marche tout de suite;
  2. d’une grande liberté créative pour expérimenter et développer de nouvelles approches : nous ne voulions pas réprimer nos idées les plus folles ni avoir à convaincre autrui de leur bien-fondé;
  3. d’une protection de nos actifs personnels: nous étions conscients des risques financiers reliés au fait d’avoir une entreprise.

Au Canada, deux personnes dotées d’une idée d’entreprise et d’un accès à l’Internet peuvent s’incorporer en quelques minutes seulement. La constitution en société par actions est la structure d’entreprise vers laquelle presque tout le monde gravite. Mais nous avons déclaré que notre corporation était une entreprise sociale et nous nous sommes entendus pour la gérer comme telle, même si elle n’avait aucun cadre légal nous obligeant à le faire.

L’éveil à l’entrepreneuriat collectif

Faisons maintenant un saut de dix ans dans le futur vers une époque où les termes entreprise sociale, économie du partage, triple résultat net, B Corp et régime d’actionnariat des salariés sont devenus populaires (et fortement interreliés). Dix ans, c’est le temps que ça a pris à mon entreprise, Percolab, pour parvenir à la cohérence. Une entreprise basée sur la collaboration et la coopération, vouée à la création d’un monde plus équitable, juste et vivable devrait logiquement avoir un modèle de propriété conscient et cohérent. Ce qui suit est l’histoire excitante et mouvementée de notre parcours d’une entreprise incorporée à une entreprise complètement détenue par les travailleurs.

Je suis tombée sur l’entrepreneuriat collectif à la dure. Après 7 années d’opération, notre entreprise a frappé un mur : des difficultés financières. Nous avons fait ce que beaucoup d’autres font : nous avons essayé de protéger l’équipe de ce qui se passait plutôt que d’aborder le problème collectivement. Même si tout le monde était touché, la réalité de la situation n’a pas été partagée, ce qui a généré beaucoup de frustration, d’angoisse et de désinformation dans l’équipe, et beaucoup de stress pour les propriétaires. Les relations solides que nous avions développées ont commencé à s’effriter. Ce n’est que plusieurs mois plus tard, quand les choses ont commencé à se replacer, que j’ai commencé à réaliser que l’entreprise ne fonctionnait pas selon ses valeurs fondamentales, soit la cocréation, la communauté, l’ouverture. Cet incident a été comme un cadeau pour moi, car il m’a aidé à réaliser que la cogestion autant que la propriété partagée étaient des valeurs non négociables pour moi. Si nous devions frapper d’autres murs à l’avenir, il faudra que ce soit une expérience collective, que nous voyons venir ensemble, que nous vivons ensemble, assumons ensemble et résolvons ensemble.

Avec cela en tête, j’ai fait quelques propositions clés à mon partenaire d’affaires puis, ensemble, nous les avons présentées à l’équipe. Notre plan audacieux proposait plusieurs grands changements, tels que :

  1. Nous faisons formellement la transition vers une entreprise autogérée: l’intention, noble mais informelle, de fonctionner de façon non hiérarchique s’est avérée insuffisante, tel que nous l’avions appris;
  2. Nous adoptons des finances transparentes et des salaires autodéterminés: ça sera notre façon d’engager tout le monde dans la gestion des finances;
  3. Nous faisons la transition d’une entreprise incorporée à une coopérative: de cette façon, nous pourrons tous être copropriétaires de l’entreprise.

Vu que je viens du Québec, un endroit où la formule coopérative est populaire et considérée comme un choix logique pour l’entrepreneuriat collectif, j’ai choisi le cadre légal de la coopérative. Les coopératives répondent à sept principes reconnus au niveau international, allant du contrôle démocratique par les membres au souci du bien-être de la communauté.

Ces trois propositions ont généré beaucoup d’énergie et d’enthousiasme et elles ont été adoptées facilement. Les deux premières propositions devaient prendre effet dans les jours suivants et nous nous sommes donné sept mois pour faire la transition vers une structure légale de coopérative.

Première embûche

Au départ, tout se passait bien. La transition vers l’autogestion semblait naturelle. Pas à pas, nous avancions en développant une aisance grandissante avec des rôles rotatifs, une répartition du pouvoir, un processus de prise de décision basé sur le consentement.

Il en fut de même pour la transition vers des finances transparentes. Nous avons vécu de l’inconfort, puis un soulagement. Notre modèle de rémunération autodéterminée a eu impact immédiat. Chacun avait le contrôle de ses propres revenus, nous assumions notre valeur avec plus de clarté et nous étions plus directement impliqués dans les finances de l’entreprise.

Le virage vers un modèle coopératif tardait à se faire, cependant. Le délai prévu pour cette refonte de notre forme légale avait été dépassé et les tâches avaient été retardées. Nous étions dans l’incertitude quant à qui deviendrait réellement membre de la coopérative. Que se passait-il? Un de nos collègues a alors programmé, sur le thème « Tu embarques ou tu débarques? », un dîner d’équipe.

Cette invitation faisait preuve d’une certaine effronterie, mais c’était ce dont on avait besoin pour dépasser les grondements et les conversations de coulisses qui avaient cours. Après avoir reçu cette invitation, un membre de l’équipe a annoncé qu’il ne deviendrait pas membre de la coopérative et a remis sa démission. Je me demandais sérieusement si mon partenaire d’affaires deviendrait membre ou non. Cela faisait 17 ans que nous travaillions ensemble. Il est possible, et on pourra me comprendre, que j’évitais d’avoir cette conversation avec lui.

Le jour du dîner d’équipe est arrivé. Mon partenaire d’affaires a travaillé à domicile ce jour-là. Une heure avant le dîner, j’ai reçu un courriel de sa part. C’était un long courriel, un courriel qui a dû être douloureux à écrire. Il voulait se consacrer davantage à sa famille et nos chemins devaient donc se séparer. Ceci a ajouté un niveau de complexité supplémentaire au processus : j’étais en train de devenir une employée-membre-propriétaire d’une coopérative qui était en train d’acheter une entreprise dont j’étais à 50 % propriétaire!

Régler les détails

Il s’ensuivit une période de recherche d’information et de soutien. Quelle formule de coopérative était la bonne pour nous? Au Québec, nous avons trois options : coopérative de travailleurs, coopérative de producteurs et coopérative de solidarité.

Est ensuite venu le temps de procéder au transfert de propriété. Les membres de notre équipe s’attendaient à être impliqués dans le processus, mais les experts externes qui nous accompagnaient étaient plutôt habitués à un processus privé impliquant seulement les propriétaires de l’entreprise. Notre culture non hiérarchique s’est heurtée à ce processus, mais nous y sommes arrivés.

  1. Plan de transfert

En temps normal, un transfert d’entreprise nécessite un plan pour transférer la gestion des affaires à l’équipe. Nous avons appris que, dans notre cas, ceci ne serait pas nécessaire : l’équipe cogérait déjà l’entreprise. Dans notre organisation autogérée, tout le monde était déjà partie prenante des divers aspects de l’entreprise et était capable de la gérer. Fait!

  1. Évaluation de l’entreprise

La coopérative devait acheter l’entreprise incorporée. Il s’agit d’un achat réglementé à la valeur marchande. Un évaluateur détermine la valeur de l’entreprise. Ensemble, nous avons passé en entrevue des évaluateurs potentiels avec l’objectif de comprendre le processus et nous en avons choisi un ensemble. Le processus d’évaluation a été long à cause de la nature non conventionnelle de notre entreprise. Fait!

  1. Voie juridique appropriée

Quand les propriétaires restent au sein de l’entreprise, on peut procéder au transfert de celle-ci. Mais comme un des propriétaires venait de quitter notre entreprise, cette option ne s’offrait pas à nous. Avec une fermeture, on ferme l’entreprise et on en démarre une nouvelle sous un nouveau nom, mais en gardant la réputation et la clientèle des dix dernières années. Cette option ne nous convenait pas. Une fusion permet de démarrer une nouvelle entreprise tout en continuant de fonctionner avec l’ancienne pendant un certain temps, donnant ainsi le temps nécessaire pour acheter cette dernière et la fermer. Nous avons choisi de fusionner. Fait!

Nous étions maintenant prêts pour les dernières démarches légales : démarrer la coopérative et vendre l’entreprise incorporée. L’aventure, cependant, s’est compliquée quand nous avons rencontré une deuxième embûche sur notre parcours.

Deuxième embûche

Pour démarrer une coopérative au Québec, il faut remplir un formulaire simple et court. Nous avons convenu qu’il était important que quelqu’un d’autre que moi, la fondatrice de l’entreprise incorporée, remplisse le formulaire. Je suis partie en voyage d’affaires pendant quelques semaines et, à mon retour, ça n’avait pas encore été fait. L’enthousiasme initial avait cédé sa place à des inquiétudes et à des problèmes.

Heureusement, le moment de notre retraite d’équipe était arrivé. Lors de cette retraite, deux événements clés ont favorisé de façon décisive un changement dans notre dynamique. Une activité « Amusons-nous avec les mesures » nous a aidé à acquérir une vision et une compréhension plus larges de l’entreprise. Ce fut un rappel utile et tombé à point du fait que nous gérions tous cette entreprise ensemble.

J’ai alors demandé à tout le monde de se positionner sur une échelle indiquant notre niveau d’énergie face au démarrage de la coopérative. Je me suis placée au milieu de l’échelle et j’ai partagé ma frustration face au fait que, malgré notre engagement, une année complète s’était écoulée et que la coopérative vivait encore un blocage. Notre engagement n’avait pas été respecté. J’ai réfléchi, à voix haute, sur le fait que nous n’étions peut-être pas prêts à démarrer une coopérative. Peut-être qu’il faudrait retirer notre offre? Une conversation franche a suivi, dissipant nos fausses perceptions et nos peurs.

Dans la semaine qui a suivi, le formulaire de constitution de coopérative a été envoyé et notre règlement a été rédigé. Aussi facilement que cela, la coopérative a été créée et nous avons tenu notre assemblée de fondation. Heureusement, le processus juridique ne s’est pas avéré particulièrement compliqué.

Nous avons ensuite eu une rencontre malaisante avec notre avocat d’affaires, durant laquelle j’ai négocié, en tant que propriétaire de l’entreprise incorporée, un prix de vente avec les acheteurs, dont je faisais partie!

Rappel à la réalité concernant la propriété collective

Notre longue ascension n’a certainement pas été de tout repos. En tant qu’entrepreneure aguerrie, j’ai sous-estimé de façon naïve le changement fondamental que représentait pour les autres le fait d’assumer le rôle de copropriétaire d’une entreprise. Se joindre à une organisation en tant qu’employé est une chose, devenir en même temps copropriétaire d’une entreprise déjà établie en est une autre. Il peut s’avérer difficile d’assumer une nouvelle identité, de faire face à nos peurs, d’en comprendre les implications. Cela prend du temps et ce n’est pas fait pour tout le monde.

En effet, plusieurs personnes se joignent à notre entreprise à cause du travail intéressant que nous accomplissons, pour collaborer avec notre équipe du tonnerre ou pour faire l’expérience de notre autonomie et de notre leadership partagé. Mais peu de gens se joignent à nous parce qu’ils sont intéressés à être copropriétaires d’une entreprise et à la gérer et la développer avec autrui.

Alors que nous œuvrons à développer des façons cocréatives de travailler et des façons horizontales de gouverner, basculer dans le monde des coopératives semble n’être qu’un tout petit pas supplémentaire. Qu’arriverait-il si les entreprises se voyaient comme un levier de changement social, comme une plateforme où les gens peuvent apprendre à augmenter leur pouvoir d’action et devenir des humains plus engagés? Permettons-nous de rêver!

 

 

Les coopératives fournissent de l’emploi à 10 % de la population active de la planète. Pour plus d’information à ce sujet, visitez le site Web de l’Alliance Coopérative Internationale.

Apprenez-en plus sur le leadership horizontal en lisant mon livre : Going Horizontal: Creating a Non-Hierarchical Organization, One Practice at a Time.

Écoutez ma conférence à TEDxGeneva : The Future is in Business as Commons.

Cet article est une mise à jour et une traduction d’un article publié à l’origine dans le magazine Reimagining.

Un grand merci à tous les gens qui m’ont appuyée dans l’écriture de cet article : Cédric Jamet, Ria Baeck, Simon Grant, Stéphanie Bossé, Denis Côté, Olivia Horge, Brian Joseph et plusieurs autres. Remerciements particuliers au Réseau COOP pour son appui.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

Going Horizontal lu pour vous

Auteur : Denis Cristol
Publication originale : MagRH, no 5 (mars 2019)

 

Samantha Slade est une spécialiste québécoise de l’apprenance et du self management. Elle met son talent au service des grandes causes du développement humain qui la passionnent. Son ouvrage Going Horizontal est un condensé de pratiques d’intelligence collective issues de la direction de l’entreprise Percolab qu’elle a créé et qu’elle fait rayonner dans plusieurs pays.

Samantha part d’un constat simple. Alors que nous savons diriger nos vies privées, nous sommes complètement déresponsabilisés dans nos environnements professionnels. Le propos de Going Horizontal est d’initier un mouvement vers un plus grand engagement quel que soit sa place dans l’organisation, en commençant par des petits pas l’un après l’autre. Il s’agit moins d’attendre d’une hiérarchie qu’elle résolve tous les problèmes que de penser et d’agir de façon horizontale en s’appuyant sur son talent et sur ceux des autres.

Pour Samantha Slade, l’horizontal est différent du plat qui gomme toutes aspérités. Dans une entreprise horizontale, chacun trouve sa place. Les pratiques qui nous sont proposées nous aident à progresser dans un monde ou le mode hiérarchique est de plus en plus obsolète.

L’ouvrage est en anglais mais se lit facilement.

 

Samantha Slade. Going Horizontal: Creating a Non-Hierarchical Organization, One Practice at a Time. Berrett-Koehler Publishers, 2018.

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :

Évenements

Les Femmes prennent leur envol !

Tant de femmes nous ont dit : « Je sais qu’il est temps de voir plus grand, de prendre mon pouvoir, de passer à l’étape suivante. Mais je ne sais pas comment ! »

Nous avons envie de raconter nos histoires et d’être vues. Nous sommes à la recherche de la sagesse qui nous aidera à mettre en place les dernières pièces. Nous savons que nous avons besoin du soutien et des encouragements des autres et souvent, cela peut être difficile à trouver sur le lieu de travail ou parfois même à la maison.

Si vous voulez avancer cette année de manière claire et concentrée, avec un sentiment de vent sous les ailes, alors
les femmes prennent leur envol est fait pour vous.

Pendant la première partie de la journée, nous partagerons des histoires qui nous aideront à nous concentrer sur ce que nous apprécions le plus et à repérer l’or dans nos apprentissages.

L’après-midi, nous nous réunirons en cercles de sagesse pour poser nos questions au jeu du Flowgame, nous soutenir mutuellement afin de gagner en clarté, en profondeur et en perspicacité et de donner de l’élan à l’avenir.
Nous utiliserons à la fois nos expériences et l’un de nos dons les plus précieux en tant que femmes – notre intuition.

Cette journée hautement interactive est axée sur l’investissement dans votre ressource la plus puissante – vous-même. Venez avec vos questions et un esprit ouvert. Préparez-vous à soutenir et à être soutenues. Préparez-vous à rencontrer une prochaine version bien plus puissante de vous-même !

La journée sera portée par Samantha Slade. Dans l’après-midi, plusieurs personnes formées au Flowgame vous aideront à trouver la sagesse et le soutien amical dans votre cercle autour du jeu.

Réservez pour éviter toute déception : 25 places maximum !

 

Votre hôte

Samantha Slade

Samantha est une innovatrice sociale, qui aide les équipes, les organisations et les écosystèmes à travailler avec la complexité et à développer un esprit d’innovation conscient. Samantha a cofondé Percolab, un réseau international autonome d’entreprises de co-conception à but bien plus que lucratif. Basée à Montréal, au Canada, Samantha est membre du Réseau québécois de l’innovation sociale. Elles est engagée dans les mouvements Living Lab, Fab City et les Communs. Business as Commons est le thème du TedX de Samantha. Avec une formation en anthropologie culturelle et en éducation, Samantha relie les pratiques et les paramètres sociaux que nous nous donnons, à une gouvernance et une appropriation conscientes pour un monde plus équitable. Auteure de Going Horizontal : Creating a Non-hierarchical Organization, One Practice at a Time (2018), Samantha croit que les organisations peuvent et doivent être un microcosme du monde dans lequel nous voulons vivre.

Sur le travail de Samantha et les ressources à l’appui de son livre : www.samanthaslade.ca

… Et le soutien de praticiennes du flowgame

 

Coûts

Pour cette journée particulière, intense et axée sur le développement personnel, nous proposons une seule tarification, en mode économie partagée, afin de permettre au maximum de femmes de bénéficier de ce design exceptionnel.

Économie partagée

L’économie partagée est un système qui vous permet de déterminer vous-même combien vous payez et de participer au budget de manière responsable. Un versement initial vous est demandé pour couvrir les coûts minimaux, en l’occurrence 80€ TTC. Lors de l’événement, vous serez invitée à effectuer un deuxième paiement en fonction de votre contexte financier, des informations sur le budget réel et de la valeur accordée à votre expérience.

 

Lieu

L’atelier aura lieu à la Halle Tropisme, 121 rue de Foncouverte, Montpellier de 9 à 16h30.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

Women Taking Flight (en anglais)

So many women have said to us: “I know it’s time to think bigger, to step into my power, to rise to the next level. But I don’t know how!” We long to tell our stories and be seen. We’re searching for the wisdom that will help us put the final pieces in place. We know we need the support and encouragement of others and often, that can be hard to find in the workplace or sometimes even at home.

If you want to step into the New Year clear, focused, and with that sense of wind beneath your wings, then Women Taking Flight is for you.

During the first part of the day we’ll be sharing stories that help us to focus on what we most value and find the gold in our learning so far this year. We’ll use what we uncover to craft a powerful question that can support us to think higher and move beyond our present view of what’s possible.

During the afternoon we’ll join together in wisdom circles, bringing our questions to the Flow Game and supporting each other to gain clarity, ground and insights to power up the future. We’ll use both our experiences and one of our most powerful gifts as women—our intuition.

This will be a highly interactive day focused on investing in your most potent resource—yourself. Come with your questions and an open mind. Come prepared to support and be supported. Come prepared to meet the next most powerful version of yourself.

The day will be hosted by Mary Alice Arthur and Samantha Slade and will take place both in English and French. During the afternoon Flow Games will be offered by trained Flow Hosts, supporting you to find wisdom and companionship in your circle around the game.

We have space for a maximum of 25 participants. Please reserve your spot to avoid disappointment.

 

Your hosts

 

Mary Alice Arthur

Mary Alice is a Story Activist, using story to help create positive systemic shift and for applying collective intelligence to the critical issues of our times. Her art is in creating brave and transformational spaces where people can find and live into the stories that take them to their most flourishing future. Building the capacity for participatory practice supports people to take back the power of their stories so they can make wiser choices together. She is a sought after process consultant and event host, and an engaging speaker. As an international steward of the Art of Hosting, she teaches participatory practice around the world. Through Story the Future, she is spreading the meme of Story Activism, supporting people to develop their skills and practice, and engaging in leading edge conversations about the power and potential in our world.

More about Mary Alice: www.getsoaring.com

 

Samantha Slade

Samantha is a social innovator, supporting teams, organizations and ecosystems to work with complexity and grow a conscious innovation mindset. Samantha co-founded Percolab, an international self-governing network of for more than profit co-design firms. Based in Montreal, Canada, Samantha is a member of the Quebec Social Innovation Network. Engaged in the living lab, Fab City and commons movements, Business as Commons is the theme of Samantha’s TedX. With a background in cultural anthropology and education, Samantha connects the social practices and parameters we give ourselves to conscious governance and ownership for a more equitable world. Author of Going Horizontal: Creating a Non-hierarchical Organization, One Practice at a Time (2018), Samantha believes that organizations can and should be a microcosm of the world we want to live in.

More about Samantha’s work and resources to support her book: www.samanthaslade.ca

 

Costs

You have two options for payment. Please choose according to your situation and interest. The price includes training, lunch and snacks.

A) Traditional pricing
  • BUSINESS: $350 (before January 20: $300)
  • NGO/SELF-EMPLOYED: $250 (before January 20: $200)
B) Shared economy pricing

Shared economy is a system that allows you to self-determine how much you pay and to partake in the budget responsibly. It requires an initial payment to cover minimal costs, in this case $125 (plus taxes). At the event, you will be invited to make a second payment based on your financial context, information on the event budget and your experience of the training.

 

Venue

The workshop will take place at Flowland Montréal, 5369 Boul St Laurent, Studio 310, in Montreal, from 9:00am-4:00pm

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :

Atelier sur la pensée visuelle, Moncton

L’art de la pensée visuelle pour propulser vos projets et idées

 

Avez-vous déjà terminé la présentation d’une idée ou d’un projet avec le sentiment qu’une présentation visuelle aurait permis à vos interlocuteurs une meilleure compréhension? Si oui, cet atelier est pour vous!

Venez découvrir comment la pensée visuelle peut vous aider à mieux comprendre et faire comprendre vos projets, à communiquer avec les autres et à cocréer. Ne vous inquiétez pas, il ne s’agit pas de techniques de dessin mais plutôt de techniques pour penser visuellement afin de libérer en vous un nouveau pouvoir d’agir dans la complexité lorsque de nombreuses parties prenantes sont en cause.

Cet atelier s’adresse à qui?

Quelle que soit votre habileté à dessiner, cet atelier propulsera votre pensée visuelle pour en faire une habitude naturelle!

Équipe de facilitation

Samantha Slade

Entrepreneure consciente, Samantha a cofondé le réseau international Percolab et l’espace de coworking ECTO à Montréal. Depuis plus de 20 ans, elle met ses connaissances en anthropologie et en éducation au service de l’innovation sociale et organisationnelle, autant en Amérique du Nord qu’à l’international. Ses outils incluent la mise en œuvre de processus émergents, l’ethnographie, le design thinking et une vaste palette d’approches participatives. Samantha est activement engagée dans l’avenir des villes, le mouvement des communs et la communauté internationale de l’Art of Hosting. Elle soutient les équipes, les organisations et les écosystèmes dans le renouvellement de leur approche du leadership participatif, des pratiques collaboratives et du prototypage. Elle a récemment publié le livre Going Horizontal: Creating a Non-Hierarchical Organization, One Practice at a Time (Berrett-Koehler Publishers).

Paul Messer

Designer industriel de formation, Paul applique le design thinking à la vie de tous les jours. Il est notre ninja de l’innovation en culture organisationnelle et en design de service. Facilitateur graphique et expert en pensée visuelle, Paul crée instantanément des cartes visuelles qui soutiennent l’innovation des groupes et le codesign. Il est aussi le créateur des ateliers Labo de pensée visuelle et de coaching pour avancer dans la complexité et la stratégie d’affaires avec l’appui de la pensée visuelle.

 

 

 

Lieu

Venn Innovation

735 Main Street, #201

Moncton, Nouveau-Brunswick

Tarif

  • Organisme à but non lucratif : 125,00 $ plus les frais et les taxes
  • Privé, gouvernemental et autre : 175,00 $ plus les frais et les taxes

L’inscription comprend la formation, le café, le dîner et le matériel.

 

Le contenu de la formation sera principalement offert en anglais. Du soutien vous sera offert dans la langue de votre choix.

 

Domaines :


Secteurs d'activités :


Méthodes et outils :


Atelier de pratique Going Horizontal

 

Comment nous présenter différemment et incarner les changements que nous souhaitons voir se produire autour de nous?

 

Vivez l’expérience de travailler en collaboration, avec un leadership partagé. Explorez des pratiques et des outils qui sont immédiatement transposables à votre contexte de travail ou personnel. Centrée sur des exercices pratiques et concrets, cette formation a été offerte dans des organisations partout dans le monde.

 

Vos facilitatrices

 

Samantha Slade

Entrepreneure consciente, Samantha a cofondé le réseau international Percolab et l’espace de coworking ECTO à Montréal. Depuis plus de 20 ans, elle met ses connaissances en anthropologie et en éducation au service de l’innovation sociale et organisationnelle, autant en Amérique du Nord qu’à l’international. Ses outils incluent la mise en œuvre de processus émergents, l’ethnographie, la réflexion conceptuelle et une vaste palette d’approches participatives. Samantha est activement engagée dans l’avenir des villes, le mouvement des communs et la communauté internationale de l’Art of Hosting. Elle soutient les équipes, les organisations et les écosystèmes dans le renouvellement de leur approche du leadership participatif, des pratiques collaboratives et du prototypage.

 

Stéphanie Bossé, CRHA

Spécialisée en développement organisationnel et en gestion du changement, Stéphanie a choisi d’intégrer le volet créatif à sa pratique en mettant l’accent sur les personnes, car ce sont elles qui créent la valeur des organisations et des systèmes. Elle préconise une approche par les forces pour mobiliser les parties prenantes par le retour au sens, à l’autonomie et à l’engagement. Praticienne en approche appréciative et ceinture noire en amélioration continue, elle valorise la cocréation comme propulseur de culture organisationnelle et d’innovation. Son approche : écouter, comprendre et créer des liens afin d’offrir une expérience bienveillante qui met la collaboration de l’avant. Mettre l’accent sur ce qui va bien et poser un regard nouveau permet de changer la culture et d’aller plus loin.

 

Tarif

 

Deux méthodes de paiement vous sont offertes. Veuillez choisir celle qui correspond le mieux à votre situation et à vos intérêts.

1. Tarif régulier
  • ENTREPRISE : 295 $
  • TRAVAILLEUR AUTONOME / ONG : 195 $
2. Tarif économie du partage

L’économie du partage est un système qui vous permet de déterminer vous-même combien vous payez et de participer au budget de façon responsable. Un paiement initial est nécessaire pour couvrir les coûts de base, dans ce cas-ci 115 $ plus taxes. Lors de l’événement, vous serez invité à effectuer un deuxième paiement en fonction de votre contexte financier, des informations concernant le budget de l’événement et de votre appréciation de la formation.

 

Lieu

 

L’événement aura lieu au Santropol Roulant (111, rue Roy, Montréal, Québec).

 

 

Domaines :



Secteurs d'activités :



Méthodes et outils :



Women Taking Flight

So many women have said to us: “I know it’s time to think bigger, to step into my power, to rise to the next level. But I don’t know how!” We long to tell our stories and be seen. We’re searching for the wisdom that will help us put the final pieces in place. We know we need the support and encouragement of others and often, that can be hard to find in the workplace or sometimes even at home.

If you want to step into the second part of the year clear, focused, and with that sense of wind beneath your wings, then Women Taking Flight is for you.

During the first part of the day we’ll be sharing stories that help us to focus on what we most value and find the gold in our learning so far this year. We’ll use what we uncover to craft a powerful question that can support us to think higher and move beyond our present view of what’s possible.

During the afternoon we’ll join together in wisdom circles, bringing our questions to the Flow Game and supporting each other to gain clarity, ground and insights to power up the future. We’ll use both our experiences and one of our most powerful gifts as women—our intuition.

This will be a highly interactive day focused on investing in your most potent resource—yourself. Come with your questions and an open mind. Come prepared to support and be supported. Come prepared to meet the next most powerful version of yourself.

The day will be hosted by Mary Alice Arthur and Samantha Slade and will take place both in English and French. During the afternoon Flow Games will be offered by trained Flow Hosts, supporting you to find wisdom and companionship in your circle around the game.

We have space for a maximum of 30 participants. Please reserve your spot to avoid disappointment.

 

Your hosts

 

Mary Alice Arthur

Mary Alice is a Story Activist, using story to help create positive systemic shift and for applying collective intelligence to the critical issues of our times. Her art is in creating brave and transformational spaces where people can find and live into the stories that take them to their most flourishing future. Building the capacity for participatory practice supports people to take back the power of their stories so they can make wiser choices together. She is a sought after process consultant and event host, and an engaging speaker. As an international steward of the Art of Hosting, she teaches participatory practice around the world. Through Story the Future, she is spreading the meme of Story Activism, supporting people to develop their skills and practice, and engaging in leading edge conversations about the power and potential in our world.

More about Mary Alice: www.getsoaring.com

 

Samantha Slade

Samantha is a social innovator, supporting teams, organizations and ecosystems to work with complexity and grow a conscious innovation mindset. Samantha co-founded Percolab, an international self-governing network of for more than profit co-design firms. Based in Montreal, Canada, Samantha is a member of the Quebec Social Innovation Network. Engaged in the living lab, Fab City and commons movements, Business as Commons is the theme of Samantha’s TedX. With a background in cultural anthropology and education, Samantha connects the social practices and parameters we give ourselves to conscious governance and ownership for a more equitable world. Author of Going Horizontal: Creating a Non-hierarchical Organization, One Practice at a Time (2018), Samantha believes that organizations can and should be a microcosm of the world we want to live in.

More about Samantha’s work and resources to support her book: www.samanthaslade.ca

 

Costs

 

You have two options for payment. Please choose according to your situation and interest. The price includes training, lunch and snacks.

A) Traditional pricing
  • BUSINESS: $350 (before August 20: $300)
  • NGO/SELF-EMPLOYED: $250 (before August 20: $200)
B) Shared economy pricing

Shared economy is a system that allows you to self-determine how much you pay and to partake in the budget responsibly. It requires an initial payment to cover minimal costs, in this case $125 (plus taxes). At the event, you will be invited to make a second payment based on your financial context, information on the event budget and your experience of the training.

 

Venue

 

The workshop will take place at ECTO Coworking Cooperative, 936 Mont-Royal Avenue, Montreal. The venue will open at 9:30 for coffee and getting settled in. We will begin promptly at 9:45. A light vegan lunch (soup, bread and spread with fruit and nuts) will be provided.

Domaines :




Secteurs d'activités :




Méthodes et outils :