Le co-design peut être vu comme un processus d’apprentissage mutuel ou une manière d’explorer le futur de manière collaborative (E. Björgvinsson). Le projet de réaménagement de la Bibliothèque de Saint-Léonard à Montréal se prêtait parfaitement à une démarche de codesign.

Une vision provisoire d’un futur espace culturel avait déjà été établie à partir de groupes focus, de sondages et d’études: on parle d’un espace qui réunit des fonctions de bibliothèque, des fonctions culturelles et des fonctions de fabrication artisanale. Même s’il y avait de la clarté pour le réaménagement de l’espace, les aspects concrets d’un tel mélange de fonctions étaient encore flous et inconnus. Quelle serait l’expérience des visiteurs? Comment les trois axes pourraient-ils interagir ensemble? L’idée de faire vivre des expérimentations des trois fonctions, dans un même espace et en même temps était un moyen futé de faire toutes sortes d’apprentissages pour mieux informer le futur du projet.

Une démarche de codesign peut prendre multiples formes. Voici ce que nous avons convenu pour cette situation particulaire.

Intention Apprentissage et fabrication collective pour mieux élargir, enrichir et activer notre capacité à faire du sens autour d’un futur possible avant même d’y être. Dans ce cas-ci, une bibliothèque avec un mandat triple : mandat de base d’une bibliothèque avec l’ajout d’un volet culture et un volet fabrication artisanale.
Durée De courte durée, le 13 mars 2015, de 10h à 18h. Versus longue durée.
Composition Équipe percolab, équipe Communautique, équipe bibliothèque, organismes du milieu et citoyens. Il y a eu presque 1000 visiteurs au cours de la journée.
Échelle Dans une seule institution (versus multiples institutions)
Lieu In-situ (versus ailleurs)
Méthodes Pratiques prototypages – 25 expérimentations en parallèle (versus idéation, probes, réflexions)
Relations Chacun (équipe, citoyen, organismes) peut mener des choses de façon égale et chacun est redevable de ce qu’il mène.
Stratégie d’apprentissage 5 dimensions dégagées pour guider la collecte de donnés et apprentissages : mixité (intergénérationnel et interculturel), programmé, programmable, synchronicité, liens avec le milieu, cohabitation des usages,

La démarche s’est mise en place comme suit :

1. Une expérience ethnographique a permis d’établir des balises pour guider la démarche, des espaces, besoins et possibles de la bibliothèque.

2. Un atelier de co-planification avec les organismes du milieu et citoyens a permis de révéler les expérimentations que les gens souhaitaient faire. 2015_02_12 4 copy3. Deux ateliers de co-planification avec l’équipe de la bibliothèque a permis d’impliquer l’équipe dans le processus (l’horaire de la journée de co-design et l’organisation de l’emplacement de chaque activité) et aussi de révéler quelques expérimentations que des employés souhaitaient menées.

4. Communication de l’événement dans le journal local, aux organismes du milieu et par le réseau de la bibliothèque a permis d’ouvrir la démarche très largement.

IMG_2829 5. Établir la stratégie de la collecte des données. Convenir de 5 dimensions à creuser à travers 4 méthodes.

  • Un jeu de cartes pour capturer des informations clés des visiteurs.
  • Des entretiens visiteurs et parcours de visite pour aller en plus de détail dans les axes.
  • Entretiens avec les promoteurs des activités.
  • Observations ethnographiques de la journée.
  • Debrief avec l’équipe de la bibliothèque.

6. Tenir la journée. En tout 1000 personnes ont participé et s’assurer de la collect des données.

7. Faire l’analyse des donnés pour dégager les résultats et produire un rapport qui servira pour la suite du projet.

Référence : Björgvinsson, E. (2008). Open-­‐ended participatory design as prototypical practice. Co-­‐Design Vol. 4, Nos. 2, pp 85–99.

Domaines : | | |
Secteurs d'activités : |
Méthodes et outils :