Co-design d’une rue

La rue Notre-Dame constitue une artère d’importance pour la vitalité sociale et économique de l’Arrondissement du Sud-Ouest de la ville de Montréal. À l’étape initiale de préparation du projet de réfection des infrastructures souterraines de la rue, l’arrondissement a vu une opportunité unique de repenser l’aménagement de la rue en surface. Cela permettrait entre autres de pouvoir régler un certain nombre de problématiques connues autour de la mobilité, de la sécurité des personnes et des nuisances associées à la réalisation d’un chantier. Plus encore, l’Arrondissement du Sud-Ouest a souhaité impliquer sa population dans cette démarche de réflexion sur ce que pourrait devenir cette section de la rue Notre Dame, les invitant à contribuer par leurs idées et leurs propositions à refaire une beauté à la Dame.

Les plans ne sont pas faits!

La démarche participative qui s’est déroulée du mois d’août au mois d’octobre 2015 s’est efforcée de mettre en place les conditions pour repenser collectivement le domaine public, dans le but précis de créer une proposition d’aménagement qui suscitera l’adhésion de tous et qui aboutira à des travaux qui répondront durablement aux besoins de la population de l’Arrondissement du Sud-Ouest.

lancement_1

Aucun plan, aucune orientation ferme n’existait, aucun a priori ne teintait son déroulement. L’arrondissement se plaçait ainsi en mode écoute de ce que le milieu pouvait souhaiter dans le cadre de ce projet. L’Arrondissement souhaitait avant toute chose que les citoyens et les parties prenantes puissent contribuer à nourrir l’élaboration d’une proposition d’aménagement qui leur ressemble et qui leur convienne.

Participation et inclusion

Pour en arriver à une proposition d’aménagement qui suscitera l’adhésion et répondra aux besoins du milieu, le concept doit émerger de la plus grande diversité de points de vue. Il était donc important de chercher à rejoindre tous les acteurs concernés et interpelés d’une manière ou d’une autre par le projet. L’équipe est allée à la rencontre des citoyens dans la rue, a créé des espaces de participation dans les institutions financières du quartier (Desjardins et Banque Nationale) et a animé des ateliers et une soirée « drop in » dans une salle communautaire du quartier.

rue_6Le site web ladame.org

Nous avons mis en place un site web pour offrir des activités semblables à celles tenues sur place, brisant ainsi les contraintes d’horaire ou de disponibilité. Cet espace nous a permis de recueillir les commentaires et les propositions de participants plus introvertis, avec des horaires plus chargés ou encore avec une mobilité limitée qui nous auraient autrement échappées. Le site web a également servi de canal d’information principal, permettant d’annoncer les dates des activités de la démarche.

Screen Shot 2015-10-30 at 12.30.24 PM

Un volet ludique mettant en vedette Ponto, une création de Tania Mignacca, a transmis quelques informations sur la nature du chantier et le déroulement de la démarche. Screen Shot 2015-10-30 at 12.31.03 PM

Une démarche agile

La démarche s’est déroulée pendant une courte période de trois mois (14 semaines) au cours de laquelle nous avons développé le concept de « La Dame se refait une beauté », le site web et les diverses activités participatives.

traverses

Les résultats de chacune de nos interventions ont été documentés et traités de façon à permettre une communication efficace avec les parties prenantes et à alimenter le développement des activités subséquentes.

concept_3

Développement de capacité

Une démarche de codesign contraste avec la culture de travail habituelle, en particulier parce qu’elle oblige les parties à travailler et réfléchir ensemble, en ouverture et dans le respect. Cela constitue souvent un défi. L’ouverture des canaux de communication et de collaboration entre une administration municipale et les résidents, les commerçants, les organismes et les travailleurs de sa juridiction doit se faire avec soin. Tout est affaire de confiance, à bâtir et à maintenir dans la durée, mais aussi de développer de part et d’autre la capacité de contribuer positivement à un projet touchant la sphère publique. Ainsi, l’arrondissment gagne à partager davantage ses informations sur les grands chantiers urbains, à exposer de manière claire et accessible les questions et les arbitrages auxquels il est confronté et à entrer en conversation avec ses résidents avec plus d’aisance. Les citoyens, quant à eux, développent une meilleure connaissance de leur environnement et de la complexité des enjeux qui entourent l’aménagement et le partage de l’espace public. Ce partage d’information est un préalable afin que les participants puissent exercer leur pouvoir citoyen de manière constructive, avec la confiance que leur voix sera entendue.

idées_11

+ Pour en apprendre davantage : voir le rapport complet, le site web et la page de la Ville de Montréal sur le projet.

PopOut4

 

Domaines : | | | | |
Secteurs d'activités : | |
Méthodes et outils : wordpress | |

Les ruches d’art : l’inclusion sociale par les arts

Les ruches d’art (« Art Hives ») représentent une nouvelle forme de tiers lieu qui se caractérise par l’utilisation de l’art comme outil d’inclusion sociale. Montréal compte quelques espaces du genre, fruit du travail de plus de vingt ans de recherche, d’observation et d’expérimentation menées par la chercheure Janis Timm-Bottos (Université Concordia). Le modèle des ruches d’art a retenu l’attention de plusieurs communautés et de fondations, qui ont manifesté leur intérêt à soutenir l’émergence de ces nouveaux espaces de médiation artistique.

percolab a accompagné l’équipe de recherche dans une démarche d’exploration, de concertation et de diffusion du modèle des ruches d’art à l’échelle du Canada. D’une part, percolab à organiser un symposium pan-canadien de trois jours, réunissant 50 participants sur un mode participatif, dans l’objectif de dégager, valider et conceptualiser les éléments incontournables du modèle en vue de le faire vivre au sein de différentes communautés. L’idée étant de s’approprier le modèle et de créer un espace du genre relié à un contexte local. D’autre part, percolab a créé une plateforme web unique – www.arthives.org  – visant à mettre en place une communauté libre et auto-organisée ayant la possibilité de partager les pratiques, communiquer les réflexions, s’inspirer les uns les autres pour mieux avancer ensemble. Il est également à noter que percolab a créé l’image de marque du mouvement en émergence. L’équipe a donc opté pour une approche intégrée, accompagnant à la fois une communauté physique et virtuelle.


,

Making a parallax theatre for visual story telling

/
What do you get when you mix 19th century moving panoramic theatre, parallax web technology, wooden gears and video projection?
, , ,

The recent history of the Art Hives

/
The history of the Canadian network of Art Hives told via a modern moving panoramic theatre.


Photos de Kim Auclair

Creative Commons License
Ce travail est sous une licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Domaines : | | | | |
| | | | | | | | | | |
Secteurs d'activités : | |
| | |
Méthodes et outils : wordpress | |
| | | | |

L’art d’agir ensemble – Art of Hosting

Art of Hosting est une communauté internationale de praticiens qui engage équipes et groupes dans l’action pour le bien commun à partir d’approches pour travailler en contexte de complexité. Des formations Art of Hosting (AoH) ont lieu depuis quelques années sur tous les continents. percolab a senti le potentiel et l’importance de connecter le Québec à cette pratique et ses méthodologies pour développer des nouvelles façons de collaborer, de travailler et d’innover.


Nous avons lancé un appel et une équipe locale s’est formée.  C’est joint à nous trois amis de l’international :  Toke Moeller de Danemark qui a introduit AoH à la Commission Éuropéene, Chris Corrigan praticien aguerri de Colombie Britannique et Tuesday Ryan-Hart qui aide l’utilisation des méthodes AoH comme système d’opération à Columbus Ohio. Ensemble, nous avons co-crée une formation de trois jours en janvier 2013 à Espace Lafontaine, au coeur de Montréal et une deuxième en octobre 2013 au Toundra dans le parc Jean-Drapeau. En tout 250 personnes ont suivi la formation et ont pratiqué l’art de processus de groupes sous diverses formes.

Depuis, percolab poursuit son engagement par sa participation et soutien de la communauté de pratique et dans la mise en place des espaces numériques, au niveau local et international.


Réflexions sur l’impact de la formation  :

Cette rencontre a démultiplié notre capacité d’entrer en mouvement avec des praticien-nes en phase avec la culture d’ouverture, de partage, d’expérimentation et d’apprentissage émergente de notre organisme. Elle a aussi contribué à accélérer notre pratique collaborative à l’interne et au sein de notre CA. AoH permet un ancrage de l’authenticité.

Monique Chartrand, DG et Raquel Penalosa membre du CA, Communautique

Plusieurs ont écrit sur l’expérience :

Aussi, nous avons réfléchit à l’apport positif de faire un événement qui accueille les deux langues de Montréal  (The Joy of a bilingual event) et l’apport de garder notre posture d’apprenants (The Lost Practice of Apprenticeship).

Pour savoir plus sur des formations AOH à Montréal et la communauté de pratique, visitez le site :  Art of Hosting Montréal.

Domaines : | | | | |
| | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |
Secteurs d'activités : | |
| | |
| | | | | | | | | | | |
Méthodes et outils : wordpress | |
| | | | |
| | | | | | | |

Site web d’une architecte participative

Rôle de percolab : Design, configuration et branding

Lien : www.colleenlashuk.com/fr

Besoin : En tant qu’architecte participative, Colleen Lashuk avait besoin d’un site web visuel et bilingue utilisable sur divers appareils et reflétant ses valeurs d’ouverture, de participation et sa sensibilité au design.

Notre réponse : Création et design d’un site web WordPress avec une navigation tactile et défilante basée sur le thème Touchfolio. Le design se focalise sur le travail en cours.

Impact : Le public peut maintenant suivre les projets de l’architecte tout au long de leur évolution et sa visibilité auprès du public a grandi.

Domaines : | | | | |
| | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |
| |
Secteurs d'activités : | |
| | |
| | | | | | | | | | | |

Méthodes et outils : wordpress | |
| | | | |
| | | | | | | |

Co-design d’un espace citoyen du 21e siècle

Client : Communautique

La fermeture de la paroisse de Saint-Marc et la mise en vente du site (l’église, le presbytère et la sacristie) ont poussé deux organisations (Communautique et Compagnons de Montréal) à vouloir explorer les possibilités de mise en valeur comme infrastructure collective.

Les deux organisations ont fait appel à percolab pour conduire le processus, en raison de notre savoir faire en matière de conception de processus co-créatifs et en innovation sociale. Le défi : ancrer notre intervention dans une approche de co-design avec les citoyens.  Le processus de co-design que nous avons imaginé visait à répondre à   la question suivante :

À quoi pourrait ressembler le site Saint-Marc transformé en espace ouvert aux citoyens, un lieu inspirant, inclusif et durable pour le quartier et la métropole ? 

L’équipe de percolab a ouvert le site au public pendant trois semaines intensives. Nous avons organisé une série d’activités de design participatif pour permettre aux citoyens-nes et aux porteurs de projet de venir rêver les possibles dans cet espace inspirant. Les premières idées ont pu faire l’objet de prototypes et d’expérimentation in situ. Des ateliers co-créatifs ont porté sur des aspects pratiques et techniques liés aux défis de la requalification des lieux de culte (patrimoine, urbanisme, financement).

Le processus a abouti à une présentation publique d’une proposition ébauchant un projet innovant  dans lequel s’inscrit le moteur puissant du co-design citoyen. L’essentiel de la démarche a été capturé (textes et vidéos) sur le site web du projet  : http://www.imaginonsstmarc.org.

La résidence co-créative est une approche co-développée par le laboratoire vivant Mandalab (Communautique), percolab et Grisvert. Elle constitue un outil de vitalité qui permet aux organisations d’imaginer, de repenser et de concevoir leurs produits, leurs programmes et leurs services par le biais de l’immersion d’une équipe de résidents multidisciplinaires dans le milieu d’accueil pour accompagner et soutenir les usagers, parties prenantes à part entière, dans un processus de co-design.

Domaines : | | | | |
| | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |
| |
| | | | | | | | | | | | | | | |
Secteurs d'activités : | |
| | |
| | | | | | | | | | | |

| | |
Méthodes et outils : wordpress | |
| | | | |
| | | | | | | |

| | | | |

Jeunes ambassadeurs du savoir

Client : Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA)

Ce projet a permis le développement d’un programme de formation non-traditionnel pour soutenir des jeunes « raccrocheurs scolaires » (de 16-30 ans) à mieux se valoriser, à développer leurs compétences de communication et leur culture numérique pour qu’ils s’engagent comme des promoteurs de l’apprentissage tout au long de la vie au sein d’une communauté d’entraide entre jeunes.

Le programme, soutenu par cinq organisations dont percolab, consiste en une série d’ateliers d’apprentissage informel en présenciel et la mise en action d’un réseau social en ligne public accessible et animé par les participants des différentes cohortes du projet (provenant de plusieurs régions du Québec).

percolab a assuré la conception, l’animation et la documentation des ateliers portant sur le développement de la culture numérique et sur la présence web des participants.


Domaines : | | | | |
| | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |
| |
| | | | | | | | | | | | | | | |
| | | | | | |
Secteurs d'activités : | |
| | |
| | | | | | | | | | | |

| | |
|
Méthodes et outils : wordpress | |
| | | | |
| | | | | | | |

| | | | |
| | | | |