Cercles entrepreneuriaux

L’accompagnement entrepreneurial est un sujet qui nous tient à coeur chez percolab.

  • Nous collaborons avec la communauté internationale de Team Academy (Tiimiakatemia).
  • Au Québec et en France, nous offrons des cercles d’apprentissage pour soutenir la mise en action de projets entrepreneuriaux.
  • Nous avons mis en place la première formation d’entrepreneurs sociaux au Québec (en collaboration avec l’Institut du nouveau monde et la Commission scolaire des Affluents en 2012).

La Table d’action en entrepreneuriat de Montréal (TAEM) nous a partagé son souhait d’explorer l’innovation pédagogique dans l’offre actuelle de soutien aux travailleurs autonomes. En partenariat avec le SAJE, leader en accompagnement d’entrepreneurs à Montréal, avec le réseau de soutien aux femmes entrepreneurs Femmessor, nous avons établi un partenariat afin d’explorer le potentiel de notre pédagogie de cercles d’apprentissage dans ce contexte. Avec l’appui financier du Ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations du Québec, nous avons pu proposer trois cercles entrepreneuriaux pour travailleurs autonomes en 2015.

Chaque cercle est composé de travailleurs et de travailleuses autonomes de divers métiers et à différentes étapes de leur carrière ; la diversité est un élément clé du cercle. Nous nous rencontrons huit (8) fois pendant une période de 4 mois – un engagement qui permet d’entrer dans les sujets en profondeur et de créer une solide communauté apprenante. Nous expérimentons autour des lieux et des heures de rencontres et nous avons fait un suivi d’indicateurs pour mieux comprendre le potentiel d’impact de cette approche, en rupture avec la pédagogie conventionnelle. Dans chaque cercle, un conseiller SAJE expérimente une nouvelle posture d’accompagnement. percolab a veillé  au modèle pédagogique et à son appropriation par les conseillers SAJE.

Créé par percolab, le modèle des cercle d’apprentissage repose sur trois piliers :

• une pédagogie par l’action, basée sur une programmation qui émerge des besoins et désirs des participants, l’apprentissage des pairs et un coaching qui invite à l’exploration de ses schémas mentaux.

• une culture de travail collaborative et agile à travers des méthodes d’intelligence collective et des prises de décision collective.

• des valeurs d’auto-organisation et de créativité disruptive, génératrice de valeur et d’innovation.

 Commentaires des participants qui ont participé aux deux premières cohortes :

« Le cercle,  cette méthode :  j’ai envie de l’amener avec moi, la confiance dans l’être humain à s’organiser, le principe de l’horizontalité dans l’espace. »

« Simplicité. Clarté. J’ai senti une évolution dans le cercle. Elle m’a amené de la stabilité, de la rondeur aussi, voir les choses autrement. Ça m’a ancré dans un peu plus de certitude. Là où je veux aller, là où je vais. »

« Ça a été un déclencheur de la créativité qui sommeillait en moi. »

« C’est un effet miroir. Je peux comprendre ce que tu vis et m’en inspirer. »

« C’est tout positif. J’ai beaucoup aimé mon expérience. »

Nous avons inscrit cette initiative dans le cadre de la campagne « Je vois Montréal ». Pour en savoir plus.

Domaines : | |
Secteurs d'activités : | | |
Méthodes et outils : demarche-appreciative | |

La participation citoyenne, une démarche pédagogique?

Comment les citoyens peuvent-ils vraiment contribuer à des projets majeurs? Est-ce un vœu pieux, peu réaliste, de vouloir les impliquer directement, dès le début, dans la conception et le développement des projets?

Chez percolab, nous croyons profondément à la participation active des citoyens dans la construction de leur environnement de vie et de travail. C’est d’autant plus vrai que, devant la complexité des défis auxquels nous sommes confrontés, on ne peut se priver de leur expertise. La démarche sera plus profitable si les citoyens sont invités à s’y impliquer rapidement. Le plus tôt sera le mieux.

Nous aimons co-développer les démarches de participation citoyenne sur base des quatre principes suivants :

  1. Aller vers le citoyen, dans son milieu, ses routines, son quotidien. Par exemple, dans le cadre du projet Imaginons Saint-Marc, nous avons été à la rencontre des paroissiens après une messe, en offrant du thé et le partage d’un repas léger. C’était le moment idéal pour les interpeller. Ces personnes n’allaient probablement pas se déplacer à un évènement formel, bien qu’elles aient beaucoup d’idées à partager.
  2. Offrir un espace-temps pour s’ouvrir aux possibles et accueillir l’inattendu. Cela peut se faire à travers le partage d’expériences inspirantes, d’anecdotes, ou encore à travers des mises en situation qui permettent d’explorer différentes perspectives. Nous aimons utiliser le prototypage in situ pour permettre aux participants d’entrer dans une démarche de découverte active.
  3. Soutenir le citoyen dans l’appropriation de la complexité d’un projet. Il importe de ne pas submerger le citoyen d’informations mais de lui permettre de saisir la complexité du projet de manière progressive. Il est par exemple possible de délimiter un volet très précis du projet et de proposer aux citoyens de poser toutes les questions qu’ils souhaitent à des professionnels et à des experts afin de mieux saisir les enjeux et les éléments clés du projet. Il est également envisageable d’élaborer un outil pédagogique. Par exemple, dans le cadre d’une démarche concernant l’avenir d’une bibliothèque, nous avons utilisé une affiche (infographie) pour expliquer l’histoire de l’évolution des bibliothèques. Les citoyens ont ainsi eu l’occasion d’explorer la question avec une certaine perspective.
  4. Offrir un espace pour l’émergence d’une voix collective. Nous estimons que la participation citoyenne est bien plus que la somme des avis individuels. Il importe d’aller au-delà de la collecte des points de vue individuels et de chercher à obtenir, à travers les échanges, l’exploration et l’expérimentation, la convergence et l’émergence d’idées fortes, partagées et porteuses d’énergie.

La clé de la réussite dans tout cela? Elle tient dans l’art du design du processus, de la médiation de la démarche et dans une sensibilité andragogique constante – celle qui reconnaît à toute personne une expérience et des acquis qui peuvent servir dans toutes les facettes de sa vie, et ce, y compris en tant que citoyen actif. En tant que designer pédagogique, je suis profondément convaincue de l’importance de cette approche.

 

 

part citoyen2

Photos par Kim Auclair, Journée participation citoyenne dans le cadre du Projet secteur Champ-de-Mars (septembre 2014).

Domaines : | |

Secteurs d'activités : | | |
| | | | | | | | | | | | | |
Méthodes et outils : demarche-appreciative | |
| | | | | | | | | |

Les ruches d’art : l’inclusion sociale par les arts

Les ruches d’art (« Art Hives ») représentent une nouvelle forme de tiers lieu qui se caractérise par l’utilisation de l’art comme outil d’inclusion sociale. Montréal compte quelques espaces du genre, fruit du travail de plus de vingt ans de recherche, d’observation et d’expérimentation menées par la chercheure Janis Timm-Bottos (Université Concordia). Le modèle des ruches d’art a retenu l’attention de plusieurs communautés et de fondations, qui ont manifesté leur intérêt à soutenir l’émergence de ces nouveaux espaces de médiation artistique.

percolab a accompagné l’équipe de recherche dans une démarche d’exploration, de concertation et de diffusion du modèle des ruches d’art à l’échelle du Canada. D’une part, percolab à organiser un symposium pan-canadien de trois jours, réunissant 50 participants sur un mode participatif, dans l’objectif de dégager, valider et conceptualiser les éléments incontournables du modèle en vue de le faire vivre au sein de différentes communautés. L’idée étant de s’approprier le modèle et de créer un espace du genre relié à un contexte local. D’autre part, percolab a créé une plateforme web unique – www.arthives.org  – visant à mettre en place une communauté libre et auto-organisée ayant la possibilité de partager les pratiques, communiquer les réflexions, s’inspirer les uns les autres pour mieux avancer ensemble. Il est également à noter que percolab a créé l’image de marque du mouvement en émergence. L’équipe a donc opté pour une approche intégrée, accompagnant à la fois une communauté physique et virtuelle.


,

Making a parallax theatre for visual story telling

/
What do you get when you mix 19th century moving panoramic theatre, parallax web technology, wooden gears and video projection?
, , ,

The recent history of the Art Hives

/
The history of the Canadian network of Art Hives told via a modern moving panoramic theatre.


Photos de Kim Auclair

Creative Commons License
Ce travail est sous une licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Domaines : | |

| | | | | | | | | | |
Secteurs d'activités : | | |
| | | | | | | | | | | | | |
| | |
Méthodes et outils : demarche-appreciative | |
| | | | | | | | | |
| | | | |

Gérer en mode agile, collaboratif et résilient

Le Centre d’écologie urbaine de Montréal est une organisation vibrante et dynamique qui gère de multiples projets d’innovation qui visent à rendre les villes plus écologiques, plus démocratiques et en santé. Le Centre souhaite renouveler son processus de gestion de projets pour le rendre plus résilient, plus efficace et davantage collaboratif. On souhaite aussi pouvoir s’ajuster facilement aux imprévus et saisir les opportunités qui se présentent.

percolab ancre l’approche agile dans une vision de l’organisation comme système vivant. À bien des égards, cette approche, née  dans l’univers des technologies de l’information, peut profiter à bien des milieux de travail.

Nous avons accompagné l’équipe du Centre pendant trois « sprints » de trois semaines pour intégrer cet autre paradigme de fonctionnement. Au cours de cette période, l’équipe a pu ajuster l’approche et les outils à leur contexte particulier. Le tout se construit autour de quatre piliers :

  • l’auto-organisation,
  • la collaboration active,
  • l’adaptabilité, et
  • l’itération.

Voici quelques commentaires de l’équipe durant en lien avec cette expérience :

« On rit beaucoup. Ça réduit le stresse. »

« Ça rend l’équipe plus efficace. C’est plus facile d’offrir et demander de l’aide. »

«Ça libère l’esprit. C’est fluide. »

Domaines : | |

| | | | | | | | | | |
| | | |
Secteurs d'activités : | | |
| | | | | | | | | | | | | |
| | |

Méthodes et outils : demarche-appreciative | |
| | | | | | | | | |
| | | | |

Quartiers culturels – Se mobiliser et collaborer

Montréal est une ville qui déborde de créativité et des espaces urbains créatifs. Depuis peu,  la Ville de Montréal s’est doté d’un plan de mise en oeuvre de « Quartiers culturels » (voir Grands dossiers de Montréal, métropole culturelle). La Division des quartiers culturels a décidé d’organiser une journée de co-création  (offerte deux fois) sur les Quartiers culturels réunissant les professionnels et des cadres des arrondissements et de la Direction de la culture et du patrimoine dans le but de se mobiliser et s’ouvrir à la collaboration.

percolab a été mandaté à concevoir et animer ses journées d’activités sur mesure en mode participatif pour aller vers une culture de collaboration. La journée a inclut un atelier de partage de projets existants, une session créative de remue méninge, un Forum ouvert et un cercle de réflexion. Percolab a capturé  la journée en mode mini-livret, avec une récolte des activités, des photos et la documentation des processus.

Les journées de réflexions participatives ont permis d’échanger sur les projets et les expériences en cours et de formuler des idées pour le développement des quartiers culturels de Montréal de manière collaborative et innovante. Les participants ont travaillé ensemble à faire en sorte que les quartiers culturels deviennent une véritable source de vitalité pour la ville de Montréal.

Domaines : | |

| | | | | | | | | | |
| | | |
| | | | |
Secteurs d'activités : | | |
| | | | | | | | | | | | | |
| | |

|
Méthodes et outils : demarche-appreciative | |
| | | | | | | | | |
| | | | |

| | | | |

Renforcer la gestion participative


Le Centre de Développement Économique et Communautaire (CDEC) Centre-Sud/Plateau-Mont-Royal (Montréal) avait amorcé une transition vers la gestion participative et souhaitait mieux la cadrer tout en développant la culture de collaboration pour soutenir cette transition.

percolab a été sélectionné pour accompagner ce processus pour son expertise à la fois de l’approche agile et des approches participatives.

L’intervention comportait plusieurs étapes :

  • un atelier participatif, pour faire émerger une compréhension partagée de ce que c’est la gestion participative
  • une immersion dans quelques comités pour mieux comprendre les modes de fonctionnement et souhaits des employés
  • la conception et la conduite d’une expérimentation avec l’équipe pour vivre d’autres manières possibles de fonctionner
  • une journée de co-création avec l’équipe

À travers le processus nous avons réussi à imaginer et rendre explicites les principes de base de la gestion participative de l’organisme pour les responsabilités et les pouvoirs décisionnels à travers l’organisation, le fonctionnement des rencontres et encore l’organisation et le cycle de vie des comités.

Le résultat est une meilleure appropriation des processus de gestion participative et une plus grande aisance à expérimenter pour améliorer en continu les pratiques de gestion participatives au quotidien, avec plus de légèreté et de confiance.

Ce que les participants en disent:

Je vois mieux maintenant l’inclusion des forces et des personnalités de chacun vers un but commun dans un cadre que l’on fait évoluer en douceur.

C’est un nouveau modèle que j’apprends et ça représente l’engagement de l’équipe et des gens dans le respect pour aller chercher l’intelligence collective.

C’est une pratique dans laquelle il y a des méthodes, des principes qui guident, une posture personnelle de sincérité, d’écoute (écoute versus jugement); on n’arrive pas avec un héritage culturel coopératif, donc il faut du temps et de l’accompagnement.

On est mieux équipés pour s’entraider à trouver une solution là où il y a problème avec des critiques constructives et pour encourager l’initiative personnelle; tout le monde est convaincu, alors il faut y aller!

Domaines : | |

| | | | | | | | | | |
| | | |
| | | | |
| | | | |
Secteurs d'activités : | | |
| | | | | | | | | | | | | |
| | |

|
|
Méthodes et outils : demarche-appreciative | |
| | | | | | | | | |
| | | | |

| | | | |
| | | |