Facilitation graphique pour l’industrie française du futur

Client : OPEO cabinet-conseil (www.opeo-conseil.fr)
Localisation : Paris
Durée : Évènement ponctuel, 1 jour
Facilitatrices graphiques : Fanny Monod-Mitrev et Mélanie Lacayrouze

 

Contexte

OPEO a organisé les « Rencontres de la Compétitivité industrielle » en partenariat avec BPI France.
L’intention de l’événement était de mettre de avant l’industrie française du futur, en présentant les avancées et innovations, afin de redonner confiance et motivation aux acteurs du secteur. L’évènement était constitué de plusieurs temps de conférences, de débats et de questions-réponses avec le public, et également d’un temps plus participatif. Ce temps avait lieu pendant la pause déjeuner avec la présentation de 5 startups et de leurs innovations sur les 4 aspects de l’industrie du futur soit : l’écologie, la technologie, le management et l’excellence opérationnelle. Pour les rencontres du 30 novembre 2017, Opéo a sollicité Percolab pour assurer la facilitation graphique de l’événement par des fresques.

 

Démarche et rôle de percolab

La structure de l’événement et les contraintes logistiques étaient:
  • 5 thématiques abordées au travers de 6 temps de conférences avec une grande variété d’intervenants,
  • Des temps de pause assez courts, y compris pour le déjeuner du fait des présentations des « startups »,
  • Impossibilité d’afficher sur les murs de la salle de conférences, dans les couloirs ou dans la salle de déjeuner,
  • Durée d’une journée de 8h30 à 17h en continu.
Nous avons élaboré le plan de facilitation graphique suivant:
  • La réalisation de 9 fresques, dont 1 pour la présentation, 6 correspondant au temps de conférence, 1 sur les retours des participants lors du repas et 1 pour la synthèse générale.
  • Les titres ont été co-définis avec le client, en cohérence avec le programme de l’évènement.
  • Un micro-trottoir auprès des participants sur leurs ressentis « Qu’est-ce que vous êtes venus chercher et qu’est-ce que vous avez trouvé ?« 
  • L’exposition autoportée des fresques sur table dans les espaces communs
  • Une diffusion via nos profils sur les réseaux sociaux
  • Prise de photos de qualité de toutes les fresques pour la communication future.

Impacts

Les fresques ont été exposées à la mi-journée et en fin de journée, lors des moments conviviaux. Cette mise en place a permis à notre travail d’être le support d’échanges sur les thèmes, et les fresques ont été photographiées par de nombreux participants, au fil et à la fin de l’événement. Utilisées par l’agence de communication avec leurs réseaux sociaux, les fresques ont permis de communiquer autour de l’évènement aux personnes non présentes. Les fresques via le mot-clef #RCI2017 ont notamment été partagées et appréciées plus d’une centaine de fois sur Twitter.
La mise en place d’un code couleur par thématique a permis de faciliter la compréhension des sujets au fil des fresques. Cela a donné une vue d’ensemble visuelle et claire pour se repérer à travers la richesse du contenu. 
Les fresques ont aussi servi de support pour les participants et les organisateurs.
La 9e et dernière fresque de la journée a été pensée sous la forme d’un « key take away », c’est-à-dire une synthèse des thèmes abordés dans l’évènementLa fresque sur les ressentis a eu pour fonction de prendre la température sur les attentes et la satisfaction des participants au cours de l’événement.
Par la suite, les photos de toutes les fresques retravaillées par des logiciels de retouche ont été envoyées au client. Elles serviront pour démarcher de nouveaux partenaires, communiquer dès maintenant sur le prochain événement et en améliorer les contenus.


Témoignage

« En revoyant les fresques plus en détail, je me rends compte de votre capacité à avoir su intégrer les sujets à la vitesse de l’éclair et en plus à les rendre beaux et dynamiques. Un tout grand merci pour votre intervention et ce super rendu, nous ne manquerons pas de diffuser cela rapidement ! » – Odile Ricour, Responsable Développement OPEO

 Galerie des réalisations


Domaines : | |
Secteurs d'activités : | | |
Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |

The city of the future is the one people narrate together

Guest Author: Mary Alice Arthur, Get Soaring

If you’ve ever been to Montreal, you will have experienced the vibrant hum of the city. It is a city that has distinctive neighbourhoods and an international flavour, and it is also a city committed to exploring and vitalising diversity. 2017 marks 375 years for Montreal and the city is helping to mark the celebration by making a public process of community storytelling.

Imagine, if you will wooden circular structures popping up in the midst of St Catherines walking street or in your local neighbourhood. They look very much like an open basket, because that was their inspiration.

Their intention is to create a network of points in space that transform people’s narrative about where they are and how they inhabit the space. Although they appear like little separate pods, they are all connected to the element of surprise and forming community, enabling people who sit in them to imagine space in a different way and create possibilities that were not there before.

They are called Nacelles, a French word meaning the basket of a hot air balloon, but conceptually pointing to network or multiplicity. In a tangible, physical way, they create a commons, a place to gather and share. By their very shape, they create an interesting bounded object in a public space in the shape of a circle. You’re exposed like you would be in public space, but you have a container of intimacy, and intentional collaborative moments in conversation. The nacelles create intimacy while you’re outside.

Each Nacelle is a set of pre-fabricated pieces which are easy to build together in about 20 minutes. In fact, the very act of building them starts creating community. They are about 12 feet in diameter, and seat around 12 – 15 people on two tiers of benches with a small table in the middle. But they are also permeable. People can stand outside the structure and lean in, making it possible to take part in something, even if you’ve just arrived.

Using these structures for public dialog and storytelling is the brainchild of French-based group Comm1possible. It fits seamlessly into Montreal-based practice Percolab‘s approach to dialogue and storytelling. Cédric Jamet explains: “We need more ways to connect people than social networks. The “smart city” as we think about it, is not enough. We need structures that allow us to do this in a real and physical way. That’s how Nacelles emerged.

“There was a consciousness around the circle as a way to connect people that informed the structure of the Nacelle. The idea of the city of the future is a city created by the people who live in it. Nacelles become a physical representation of that.

This project around inclusion is also around sharing individual stories, and what comes up is a common story of inclusion.

“When we think about it, this project around inclusion is also around sharing individual stories, and what comes up is a common story of inclusion. Nacelles help create a commons. The original idea was how can we experiment to create urban commons and cities as commons. That’s where it came from and where it’s headed. Really at the heart of the project is the idea of what becomes possible when we build the spaces we live in together.”

“The physical structure invites curiosity. And when you go over the threshold of curiosity it invites in relationship,” says Elizabeth Hunt. “One of our upcoming projects is around diversity and multi-culturalism with a borough of Montreal. Around their multi-cultural citizen day, we will be working with storytellers in the nacelles and then we will invite citizens with their own stories of how to shift the dominant discourse from integration to one of inclusion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

“It’s about building this together, shared responsibility. People show up with strollers, walking their dog. When a whole bunch of different kinds of people are there, you have the permission to go see. It’s a strange attractor. You enter the structure as strangers and emerge as allies. We are continuing to ask ourselves how we can use Nacelles as a collective sensemaking structure.”

Cedric chimes in again: “It shapes a bunch of things, experimenting with the Nacelle as a natural way to inclusion. We all have a relationship to this theme, whether we are born here or not, came here or not. I was hosting during the storytelling process – the storyteller was indigenous and his theme was around what it is to welcome and host people in. I was thinking ‘I’m an immigrant here. I’m French originally. I have a colonial background in me.’ Everyone who participated and shared stories verbalized their connection to this place in ways that were not anticipated. There’s something that happens when story gets shared and space gets held. Holding space is the condition for emergence. Something special happens.”

Elizabeth agrees, even though her story is completely different: “I’m born and bred in Montreal – same hospital as my dad – 11 – 15 generations each side. Those streets I’ve walked as a child, my parents, my grandparents also walked. I graduated from University on those steps over there. I had supper with someone there a few blocks over. My relationships to this space – what else is possible in my relationship to this city – is forever transformed by being there with the nacelles. We can transform an area into a storytelling platform, what else can we do in terms of moulding this city?”

Percolab has been partnering with French company Comm1Possible, which developed the concept and has used the nacelles in France and Morocco. Percolab is their only North American partner, but it seems obvious that the nacelles are far more than a way of creating community conversation and storytelling.  Even the way the two organisations are working together is seeking to create a commons out of the application of nacelles.

“Nacelles help create a commons,” Cedric tells me. “Then there’s the whole aspect of how we work together — if our purpose is to create commons, then Nacelles itself has to be a commons. That’s what we’re building on with Comm1Possible – how do we develop the system supporting Nacelles that is thought of and lived as a commons? Yes, there’s the object, but there’s a whole philosophy and business model that goes around it.”

Elizabeth continues: “We haven’t explored the questions, but the physicality of it invites the questions – how do we share this? Who does it belong to? How do we share the decisions? What is our vision for greater social change? We’re trying to work a commons based agreement – our working relationship is a commons relationship.”

In the end, it comes back to the magic of creating a space for people to narrate their common future.

As Cedric says: “The more people there are in the Nacelle, the more the Nacelle becomes invisible and it becomes a circle that’s about people. When we were using them on St Catherine and I walked away for a few minutes, I could see a conglomerate of people, but you couldn’t see the Nacelles. It was like a bunch of grapes but you can’t see the stem. It is an architecture that is holding people together but that you can’t see when its working well – it becomes invisible. That’s a metaphor for excellent hosting work.”

 

Find the original post by Mary Alice Arthur

Domaines : | |

Secteurs d'activités : | | |

Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |
|

Storytelling au Collège

« Qu’est-ce que vous faites ? » cette question nous aura été posée à chacune de nos présences dans la salle d’étude vitrée qui donne sur la cour de récréation. Au-delà de notre présence, ce qui intrigue de l’extérieur, c’est la disposition de l’espace – sans table avec des chaises en cercle – les mots, images et post-its de couleurs qui tapissent les murs au fur et à mesure que la journée avance, suscitent la curiosité et le questionnement. Il y a aussi le grand bonhomme qui a pris forme au sol, à coup de morceaux de scotch de peintre, une œuvre éphémère collective, baptisé Justin/Justine. Il aura prêté sa longue silhouette au repérage des émotions dans le corps.

Nous sommes dans un collège de Montpellier, dont le projet pédagogique pour l’année 2015-2016 porte sur la démocratie. 16 élèves entre 11-14 ans – ont embarqué pour une formation à la médiation par les « pairs » – devenir eux-mêmes des élèves médiateurs pour les conflits entre élèves dans l’établissement. Une initiative originale, même si ce n’est pas une première, la médiation par les pairs ayant déjà bénéficié de plusieurs dispositifs de mise en œuvre en France.

Je suis accompagnée de Martine, ancienne avocate, médiatrice depuis 20 ans, qui assure la coordination pédagogique du certificat de médiation depuis une dizaine d’années. Pour une entrée en matière sur un sujet peu familier et complexe, nous choisissons de proposer un partage d’histoire ou « storytelling ». L’occasion d’offrir aux élèves le témoignage précieux de la médiatrice passionnée et aguerrie qu’est Martine. L’occasion pour elle de se replonger dans son histoire personnelle: son rapport à l’autorité, elle enfant avec sa mère, puis elle, devenue mère, avec sa fille. Jusqu’à sa rencontre avec le livre de Thomas Gordon « Parents Efficaces » qui est un véritable détonateur, transforme son rapport au monde et change le cours de sa vie. Elle se forme à l’écoute active: reformuler les propos pour s’assurer de la compréhension, refléter les émotions pour aller au-delà de la surface des mots et explorer l’univers, toujours singulier, qui se cache derrière les signifiants.

Les élèves sont séparés en 3 groupes, autant d’axes d’écoute:
• la communication (écoute et parole)
• le rôle du médiateur
• la médiation et l’autorité

La mise en route demande du temps, l’activité est inhabituelle, autant que le sujet. Il faut expliquer plusieurs fois les consignes, s’assurer que chaque élève a bien compris ce qui lui est demandé. Les groupes constitués ont chacun des paquets de post-its de couleurs différentes sur lesquels prendre des notes.

Quelqu’un lance « nous sommes la force verte », l’image est saisie au vol pour mobiliser les enfants et jouer sur la mission attribuée à chaque couleur. La force verte sera en charge de repérer ce qui se réfère à la communication dans le récit, pour la force jaune ce sera le rôle du médiateur, la force orange devra mettre à jour l’articulation et les différences entre ce qui relève de la médiation et ce qui est du ressort de l’autorité.

Les enfants écoutent avec une attention soutenue l’histoire qui se déploie pour eux. Car c’est vraiment pour eux que Martine parle maintenant, avec force et authenticité. La qualité de leur écoute et le silence plein qui règne porte Martine dans son récit, la protège et l’encourage à en dire plus. Les enfants prennent des notes en silence. Elle est émue et surprise de l’être : c’est la première fois qu’elle revisite de cette manière le fil de son parcours de médiatrice.
Au bout de 15 minutes, les mains et le dessus des jeans sont couverts de petits feuillets de couleurs et les têtes bouillonnent de questions. Accompagnés d’adultes, les enfants passent ensuite à l’étape de la catégorisation sur des grandes feuilles.

Toutes les thématiques vues durant cette première rencontre seront développées au cours du module. Cette séance d’introduction aura offert en l’espace de 15 minutes une expérience forte en contenu.

La médiation par les pairs entraîne une posture d’écoute et de non-jugement, face à des situations problématiques où le réflexe culturel est de prendre parti ; un effort parfois immense, car à contre-courant de ce qui est pratiqué de manière générale au sein de l’institution éducative et qui questionne l’autorité telle qu’elle y est pensée et mise en œuvre.

C’est une joie d’avoir créé en si peu de temps les conditions et l’espace pour que les enfants s’écoutent mutuellement, qu’ils se familiarisent avec le silence et ne s’en effrayent pas. Et que des histoires qui tissent du lien et du sens puissent circuler entre générations avec un apprentissage rendu concret par ce dispositif si puissant qu’est la technique du storytelling !

 

 

 

Domaines : | |


Secteurs d'activités : | | |


Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |
|

À quoi sert une formation percolab?

Je suis consciente que notre approche de formation est non-conventionnelle, voir déstabilisante pour les participants.  

IMG_8573

Formation auprès des élus et agents de développement économique du Québec.

Il y a trois motivations derrière notre modèle  :

  1. Connecter ses façons de travailler avec des cadres conceptuels pour créer du sens.
  2. Vivre des expériences qui permettent d’entrer dans des subtilités pour amplifier sa manière de travailler.
  3. Construire sur ce que l’on fait déjà si bien avec plus de conscience.
insertion sociale

Atelier offert au secteur des entreprises d’insertion sociale du Québec.

Pas évident d’avoir des indicateurs sur de telles intentions.

22201119801_40cf225403_k

Des participants en plein travail lors d’un atelier sur les Méthodes d’intelligence collective.

Quand Philippe Garon, un participant d’une formation en région (Gaspésie, Québec), m’a fait un retour sur son expérience, ça m’a fait chaud au coeur. J’entends l’impact à travers son récit.

Garon_Festival_Caraquet

Philippe Garon en action professionnelle.

« Bonjour !

Je suis un artiste multidisciplinaire qui vit en Gaspésie. J’offre aussi mes services en rédaction, correction et animation. Grâce à la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications, j’ai eu la chance de suivre une formation de Percolab avec Samantha Slade ici à Bonaventure en juillet 2015. En compagnie de 15 autres intervenant(e)s culturels de toute la région, j’ai pu me familiariser avec de nouvelles techniques de mobilisation créative. Quelle belle bouffée d’oxygène ! Nous avons pu nous familiariser avec plusieurs méthodes originales pour dynamiser les rencontres des multiples organisations qui œuvrent dans nos milieux. Samantha a réussi à adapter le contenu et son approche en fonction de nos réalités.

Personnellement, depuis cette formation, j’applique le plus possible dans mon travail mes apprentissages et je sens réellement une différence. Mes clients aiment expérimenter des activités qui sortent de l’ordinaire dans le cadre de leurs réunions. Leur efficacité et le plaisir qu’ils éprouvent à travailler ensemble s’en trouvent décuplés. Mais au-delà des méthodes que nous pouvons maintenant leur proposer, il y a l’importance de l’ambiance, de l’atmosphère que nous installons au sein des équipes que nous aidons. Mettre l’accent sur l’énergie positive, sur l’intelligence collective. Offrir aux gens un maximum d’espace pour leur permettre de s’exprimer et prendre le temps de vraiment les écouter. Encourager le questionnement, le rire, l’accueil des émotions, la réflexion, la créativité et la recherche d’idées audacieuses. Voilà un programme ambitieux, mais tellement motivant ! Percolab m’a donné le goût de pousser plus loin la maîtrise de l’art d’animer pour aider les gens de chez nous. »

IMG_3585

Philippe Garon en plein travail lors de la formation percolab dans sa région.

Merci Philippe pour un retour si ouvert. Si vous avez un retour apprenant suite à un atelier ou expérience percolab, svp partagez!!

Domaines : | |


| | |
Secteurs d'activités : | | |


| | | | | | | | | | | |
Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |
|

| | | | | | | | | | | |

La participation citoyenne, une démarche pédagogique?

Comment les citoyens peuvent-ils vraiment contribuer à des projets majeurs? Est-ce un vœu pieux, peu réaliste, de vouloir les impliquer directement, dès le début, dans la conception et le développement des projets?

Chez percolab, nous croyons profondément à la participation active des citoyens dans la construction de leur environnement de vie et de travail. C’est d’autant plus vrai que, devant la complexité des défis auxquels nous sommes confrontés, on ne peut se priver de leur expertise. La démarche sera plus profitable si les citoyens sont invités à s’y impliquer rapidement. Le plus tôt sera le mieux.

Nous aimons co-développer les démarches de participation citoyenne sur base des quatre principes suivants :

  1. Aller vers le citoyen, dans son milieu, ses routines, son quotidien. Par exemple, dans le cadre du projet Imaginons Saint-Marc, nous avons été à la rencontre des paroissiens après une messe, en offrant du thé et le partage d’un repas léger. C’était le moment idéal pour les interpeller. Ces personnes n’allaient probablement pas se déplacer à un évènement formel, bien qu’elles aient beaucoup d’idées à partager.
  2. Offrir un espace-temps pour s’ouvrir aux possibles et accueillir l’inattendu. Cela peut se faire à travers le partage d’expériences inspirantes, d’anecdotes, ou encore à travers des mises en situation qui permettent d’explorer différentes perspectives. Nous aimons utiliser le prototypage in situ pour permettre aux participants d’entrer dans une démarche de découverte active.
  3. Soutenir le citoyen dans l’appropriation de la complexité d’un projet. Il importe de ne pas submerger le citoyen d’informations mais de lui permettre de saisir la complexité du projet de manière progressive. Il est par exemple possible de délimiter un volet très précis du projet et de proposer aux citoyens de poser toutes les questions qu’ils souhaitent à des professionnels et à des experts afin de mieux saisir les enjeux et les éléments clés du projet. Il est également envisageable d’élaborer un outil pédagogique. Par exemple, dans le cadre d’une démarche concernant l’avenir d’une bibliothèque, nous avons utilisé une affiche (infographie) pour expliquer l’histoire de l’évolution des bibliothèques. Les citoyens ont ainsi eu l’occasion d’explorer la question avec une certaine perspective.
  4. Offrir un espace pour l’émergence d’une voix collective. Nous estimons que la participation citoyenne est bien plus que la somme des avis individuels. Il importe d’aller au-delà de la collecte des points de vue individuels et de chercher à obtenir, à travers les échanges, l’exploration et l’expérimentation, la convergence et l’émergence d’idées fortes, partagées et porteuses d’énergie.

La clé de la réussite dans tout cela? Elle tient dans l’art du design du processus, de la médiation de la démarche et dans une sensibilité andragogique constante – celle qui reconnaît à toute personne une expérience et des acquis qui peuvent servir dans toutes les facettes de sa vie, et ce, y compris en tant que citoyen actif. En tant que designer pédagogique, je suis profondément convaincue de l’importance de cette approche.

 

 

part citoyen2

Photos par Kim Auclair, Journée participation citoyenne dans le cadre du Projet secteur Champ-de-Mars (septembre 2014).

Domaines : | |


| | |

Secteurs d'activités : | | |


| | | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | |
Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |
|

| | | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | |

Les ruches d’art : l’inclusion sociale par les arts

Les ruches d’art (« Art Hives ») représentent une nouvelle forme de tiers lieu qui se caractérise par l’utilisation de l’art comme outil d’inclusion sociale. Montréal compte quelques espaces du genre, fruit du travail de plus de vingt ans de recherche, d’observation et d’expérimentation menées par la chercheure Janis Timm-Bottos (Université Concordia). Le modèle des ruches d’art a retenu l’attention de plusieurs communautés et de fondations, qui ont manifesté leur intérêt à soutenir l’émergence de ces nouveaux espaces de médiation artistique.

percolab a accompagné l’équipe de recherche dans une démarche d’exploration, de concertation et de diffusion du modèle des ruches d’art à l’échelle du Canada. D’une part, percolab à organiser un symposium pan-canadien de trois jours, réunissant 50 participants sur un mode participatif, dans l’objectif de dégager, valider et conceptualiser les éléments incontournables du modèle en vue de le faire vivre au sein de différentes communautés. L’idée étant de s’approprier le modèle et de créer un espace du genre relié à un contexte local. D’autre part, percolab a créé une plateforme web unique – www.arthives.org  – visant à mettre en place une communauté libre et auto-organisée ayant la possibilité de partager les pratiques, communiquer les réflexions, s’inspirer les uns les autres pour mieux avancer ensemble. Il est également à noter que percolab a créé l’image de marque du mouvement en émergence. L’équipe a donc opté pour une approche intégrée, accompagnant à la fois une communauté physique et virtuelle.


,

Making a parallax theatre for visual story telling

/
What do you get when you mix 19th century moving panoramic theatre, parallax web technology, wooden gears and video projection?
, , ,

The recent history of the Art Hives

/
The history of the Canadian network of Art Hives told via a modern moving panoramic theatre.


Photos de Kim Auclair

Creative Commons License
Ce travail est sous une licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Domaines : | |


| | |

| | | | | | | | | | |
Secteurs d'activités : | | |


| | | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | | | | | |
| | |
Méthodes et outils : collecte-dhistoire | |
|

| | | | | | | | | | | |
| | | | | | | | | |
| | | | |