8 visual check-ins to invite creative presence

How do we create the conditions in our meetings so that we can be fully present together and tap into our creative capacities?

Check-ins are an important part of life within Percolab and working and being with others. They are collective moments to stop, reflect, share and become present. In my experience, they are also very helpful to move us away from analytical thinking when working in creativity and innovation. They are invitations for people to step into a creative mindset.

Over the past few years, as part of our check-in process with the team and within projects with clients and partners, we have developed and experimented with a number of different visual methods that can gently host us into a space of collective presence and creativity:

1. Quick blind draw

Materials

  • 4 index cards per person
  • Pens (enough for one each)

Method

  1. Each person takes between 4 index cards and a marker
  2. Ask the group to stand and mix up
  3. Ask them to find a partner
  4. Start a 30 second timer
  5. At the same time, each person looks at their partner in the eyes and draws their face on the index card. Without looking at the card!
  6. When the times up, each person gives the card upside down to their partner (the partner hides it at the bottom of their picture
  7. Repeat 3 times (so each person has 4 pictures of themselves)
  8. Everyone returns to their place and looks at their picture
  9. Ask each person to select a picture that resonates with how they see themselves
  10. Write their names on it
  11. Create a gallery

2. In One Line

Materials needed

  • Pens (enough for one each)
  • Paper (A4 or letter works well)

Method

  1. Make sure everyone has access to a piece of plain paper and a marker.
  2. Ask that everyone only draws one continuous line in a short time period (say 30 seconds)
  3. Ask that everyone shares at the same time (hold it in front of them and keep it there)
  4. Give a moment to look around the circle to see what has been drawn
  5. Ask for a quick explanation for why they drew what they drew.

Modifications

  • Ask everyone to select a color that resonates with them at that moment and then when sharing ask to talk about their drawing and why that color.

Example questions

  • How are you arriving today?
  • What energy are you bringing with you?
  • How do you feel about X project/topic?

3. Mark the paper

 

This process works well when dealing with creativity and innovation, with those who feel less comfortable drawing, as it pushes people to make a mark on a sheet. Also works well when working with large groups split up into smaller tables.

Materials needed

  • Large sheet of paper on the table(s)
  • Pens (enough for one each)

Method

  1. Ask everyone to write their name on the sheet
  2. Then to draw something that resonates with their name
  3. Ask the groups to share within their table
  4. For a larger group, you can invite one or two tables to share what they see emerge, or speaks to them

4. Squiggle Birds

Materials needed

  • Pens
  • Paper

Method

  1. Draw a squiggle on your paper
  2. Turn it into a bird by first adding feet like sticks
  3. Then look at it and decide where you want the head to be
  4. Draw some eyes and give it a very simple tail feather

Example questions

  • How is your squiggle bird arriving at this meeting?

5. Pick a Card

Materials

  • Set of cards
    Example: Percolab circle cards

Method

  1. Lay the cards out in the group.
  2. Ask people to choose one and turn it over.
  3. Ask some questions around the card choice, like “Why did you choose that colour or card?”

Example questions

  • What are you noticing when you look at the image (or see the picture)?
  • What does it say to you?”

6. Answer in image

Materials

  • Large paper (big enough for everyone)
  • Pens

Method

  1. Put a big piece of paper in the middle of the group.
  2. Make sure everyone has a marker
  3. Ask a question like “How are you arriving today?” or “What’s important for you today?”.  Everyone draws in response at the same time.
  4. Stand back and see what’s been drawn
  5. Go around and ask for people to share something about their image

7. Quick Find

Works well with distance teams i.e. via zoom or skype

Materials

  • Access to computer (ideally laptop) or smart phone

Method

  1. Use Google as your image bank.
  2. Think of an idea or your project and search for an image that represents something about it you’d like to share.
  3. Remember to give yourself a short time to search, otherwise you might fall into the internet and never come back! We suggest a one minute timer.
  4. Have each person share their image

8. Body talk

Materials

  • Paper and pens

Method

  1. Draw a body — it can be a stick or star person.
  2. What does the head, heart, arms and legs have to say?  Write this on your paper — either as a group exercise on a big sheet of paper or on individual sheets.
  3. Share around the group.

Visual check-ins help to bring people into innovation and creativity in a light way. Feel free to play around with these suggestions. Try them out with your team. Each of these are easily adaptable to the situation and context, as well as the needs and purpose of the meeting or the event. You have some other similar practices you would like to share? we would love to hear from you.

If you want to discover how Visual Thinking can relate to your business, project or ideas, join online in the VISUAL THINKING LAB, starting June 28, 2017.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils : art-of-hosting | | | |

L’art du débat en mode dialogue

Comment travaille-t-on dans le débat quand on est une organisation qui pratique le dialogue?

À la récente Nuit des débats, qui se tenait le même soir à Montréal, Paris et Dakar, Percolab a apporté cette question aux deux débats que nous avons tenu.  Notre hypothèse est que pour qu’un débat puisse se dérouler sur le mode d’une conversation constructive qui accueille la diversité des perspectives il faut créer des conditions.

Le choc des récits: Montréal vue de l’intérieur et de l’extérieur

Dans le premier débat nous avons invité les participants à s’identifier comme « insider » ou « outsider » sur un spectre. Les gens se sont positionnés et se sont racontés l‘histoire de leur positionnement. Nous avons découvert que dans tout le groupe seulement deux personnes étaient nées à Montréal! Dans un second temps, nous avons invité chaque personne à identifier deux choses appréciées de leur ville et deux choses qu’ils n’aiment pas, et à les écrire. Les personnes présentes sont ensuite venus placer leurs réponses, en les lisant à haute voix. La table était mise ; nous nous connaissions un peu et nous avons vu la diversité des perspectives sur la même ville, dans la salle. Certains adorent la neige et le froid et d’autre les détestent. Le « débat » qui s’en est suivi avait plus la saveur d’une conversation collective. Et pourtant des choses profondes et parfois difficiles se sont dites durant les 90 minutes.

C’est ce qui se passe quand on met en rencontre des expériences de la diversité Montréalaise. Nous portons tous en nous les deux pôles des récits sur le ville: nous tenons tous le positif et le négatif. Cette soirée a été l’occasion d’explorer cette dualité en chacun de nous et de jeter un nouveau regard sur nos expériences de la ville sous cet angle.

Le second débat était centré autour de la question de l’autogestion comme faux remède ou vrai soutien  nos problèmes de société, et a permis d’explorer quelques-uns des décalages et le paradigme de l’auto-gestion, encore méconnu. Vous êtes curieux d’en savoir plus sur ce dernier point? Venez participer à notre atelier sur l’autre-gestion le 4 mai prochain à Santropol Roulant…

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils : art-of-hosting | | | |
| | |

Un territoire comme un commun

« Le Collectif des Garrigues a pour finalité de rassembler et de valoriser les expériences et les connaissances sur la garrigue, de contribuer au rapprochement des acteurs du territoire, et de susciter la réflexion sur le futur des garrigues, préservant et développant les spécificités de ce territoire, dans le respect des milieux et de sa vie citoyenne. »

nadineNadine Jouanen de l’équipe percolab, basée à Montpellier, France, emmène notre travail dans le Collectif des Garrigues. Le dernier webzine du collectif a fait un zoom sur Nadine. Le voici, reproduit ici :

Quel est votre lien avec le Collectif des Garrigues?
J’ai découvert le Collectif à mon arrivée ici en 2014. Je renoue avec ma région d’origine après 30 ans passées ailleurs dans le monde! Il m’aura fallu tout ce temps pour découvrir que mes racines étaient plongées profondément dans la garrigue. Ma jeunesse, passée à Nîmes, a ancré en moi ce paysage, les odeurs de thym et de pin, les caillasses et les vignes. Manu et David sont venus me chercher pour participer au bureau en 2015 et j’ai dit oui sans hésiter tant l’intention du Collectif des Garrigues colle à mes valeurs, ma vision de cette région et de l’animation citoyenne, multiple dont a besoin un territoire.

Que pouvez-vous apporter au Collectif et que vous apporte-t-il en retour? 
J’espère pouvoir apporter un surplus de participation, puisque c’est une compétence forte que je suis soucieuse de propager autant que possible. C’est la raison pour laquelle je travaille souvent avec l’équipe pour préparer le déroulé des ateliers, les rencontres, les forums et faire en sorte que l’intelligence collective se manifeste à plein. La reconquête des biens communs, et la gestion de nos communs est un autre axe important pour le Collectif et j’aimerais que mon action au plan national et international ait un impact positif pour une meilleure reconnaissance du Collectif comme acteur clé pour notre territoire sur ce sujet sensible et tellement important.
En retour, le collectif m’apporte une meilleure connaissance, profonde, multiple et transversale de ce bout de terre qui me tient à cœur.

16278976415_f8a75fa50b_k

Quel projet vous motive le plus?
Je crois que c’est le projet global, c’est à dire le croisement entre tous les projets du Collectif. Cette vision du territoire dans toutes ses dimensions: géographique, humaine, économique, historique, culturelle… Je le vois bien en ce moment, où un nouveau groupe, Patrimoine et Arts Vivants est en train de se former et que je suis ravie d’accompagner. C’est formidablement enrichissant et c’est une chance incroyable que de pouvoir participer, modestement, à la reconnaissance de notre Garrigue et à son développement harmonieux. Je le dis souvent: vous vivez ici, adhérez et venez participer à nos chantiers, vous n’allez pas en revenir!

16664017177_cd0ba4e6ae_k

Domaines :


Secteurs d'activités :


Méthodes et outils : art-of-hosting | | | |
| | |
| | | | |

À quoi sert une formation percolab?

Je suis consciente que notre approche de formation est non-conventionnelle, voir déstabilisante pour les participants.  

IMG_8573

Formation auprès des élus et agents de développement économique du Québec.

Il y a trois motivations derrière notre modèle  :

  1. Connecter ses façons de travailler avec des cadres conceptuels pour créer du sens.
  2. Vivre des expériences qui permettent d’entrer dans des subtilités pour amplifier sa manière de travailler.
  3. Construire sur ce que l’on fait déjà si bien avec plus de conscience.
insertion sociale

Atelier offert au secteur des entreprises d’insertion sociale du Québec.

Pas évident d’avoir des indicateurs sur de telles intentions.

22201119801_40cf225403_k

Des participants en plein travail lors d’un atelier sur les Méthodes d’intelligence collective.

Quand Philippe Garon, un participant d’une formation en région (Gaspésie, Québec), m’a fait un retour sur son expérience, ça m’a fait chaud au coeur. J’entends l’impact à travers son récit.

Garon_Festival_Caraquet

Philippe Garon en action professionnelle.

« Bonjour !

Je suis un artiste multidisciplinaire qui vit en Gaspésie. J’offre aussi mes services en rédaction, correction et animation. Grâce à la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications, j’ai eu la chance de suivre une formation de Percolab avec Samantha Slade ici à Bonaventure en juillet 2015. En compagnie de 15 autres intervenant(e)s culturels de toute la région, j’ai pu me familiariser avec de nouvelles techniques de mobilisation créative. Quelle belle bouffée d’oxygène ! Nous avons pu nous familiariser avec plusieurs méthodes originales pour dynamiser les rencontres des multiples organisations qui œuvrent dans nos milieux. Samantha a réussi à adapter le contenu et son approche en fonction de nos réalités.

Personnellement, depuis cette formation, j’applique le plus possible dans mon travail mes apprentissages et je sens réellement une différence. Mes clients aiment expérimenter des activités qui sortent de l’ordinaire dans le cadre de leurs réunions. Leur efficacité et le plaisir qu’ils éprouvent à travailler ensemble s’en trouvent décuplés. Mais au-delà des méthodes que nous pouvons maintenant leur proposer, il y a l’importance de l’ambiance, de l’atmosphère que nous installons au sein des équipes que nous aidons. Mettre l’accent sur l’énergie positive, sur l’intelligence collective. Offrir aux gens un maximum d’espace pour leur permettre de s’exprimer et prendre le temps de vraiment les écouter. Encourager le questionnement, le rire, l’accueil des émotions, la réflexion, la créativité et la recherche d’idées audacieuses. Voilà un programme ambitieux, mais tellement motivant ! Percolab m’a donné le goût de pousser plus loin la maîtrise de l’art d’animer pour aider les gens de chez nous. »

IMG_3585

Philippe Garon en plein travail lors de la formation percolab dans sa région.

Merci Philippe pour un retour si ouvert. Si vous avez un retour apprenant suite à un atelier ou expérience percolab, svp partagez!!

Domaines :


| | |
Secteurs d'activités :


| | | | | | | | | | | |
Méthodes et outils : art-of-hosting | | | |
| | |
| | | | |
| | | | | | | | | | | |

Co-design d’une rue

La rue Notre-Dame constitue une artère d’importance pour la vitalité sociale et économique de l’Arrondissement du Sud-Ouest de la ville de Montréal. À l’étape initiale de préparation du projet de réfection des infrastructures souterraines de la rue, l’arrondissement a vu une opportunité unique de repenser l’aménagement de la rue en surface. Cela permettrait entre autres de pouvoir régler un certain nombre de problématiques connues autour de la mobilité, de la sécurité des personnes et des nuisances associées à la réalisation d’un chantier. Plus encore, l’Arrondissement du Sud-Ouest a souhaité impliquer sa population dans cette démarche de réflexion sur ce que pourrait devenir cette section de la rue Notre Dame, les invitant à contribuer par leurs idées et leurs propositions à refaire une beauté à la Dame.

Les plans ne sont pas faits!

La démarche participative qui s’est déroulée du mois d’août au mois d’octobre 2015 s’est efforcée de mettre en place les conditions pour repenser collectivement le domaine public, dans le but précis de créer une proposition d’aménagement qui suscitera l’adhésion de tous et qui aboutira à des travaux qui répondront durablement aux besoins de la population de l’Arrondissement du Sud-Ouest.

lancement_1

Aucun plan, aucune orientation ferme n’existait, aucun a priori ne teintait son déroulement. L’arrondissement se plaçait ainsi en mode écoute de ce que le milieu pouvait souhaiter dans le cadre de ce projet. L’Arrondissement souhaitait avant toute chose que les citoyens et les parties prenantes puissent contribuer à nourrir l’élaboration d’une proposition d’aménagement qui leur ressemble et qui leur convienne.

Participation et inclusion

Pour en arriver à une proposition d’aménagement qui suscitera l’adhésion et répondra aux besoins du milieu, le concept doit émerger de la plus grande diversité de points de vue. Il était donc important de chercher à rejoindre tous les acteurs concernés et interpelés d’une manière ou d’une autre par le projet. L’équipe est allée à la rencontre des citoyens dans la rue, a créé des espaces de participation dans les institutions financières du quartier (Desjardins et Banque Nationale) et a animé des ateliers et une soirée « drop in » dans une salle communautaire du quartier.

rue_6Le site web ladame.org

Nous avons mis en place un site web pour offrir des activités semblables à celles tenues sur place, brisant ainsi les contraintes d’horaire ou de disponibilité. Cet espace nous a permis de recueillir les commentaires et les propositions de participants plus introvertis, avec des horaires plus chargés ou encore avec une mobilité limitée qui nous auraient autrement échappées. Le site web a également servi de canal d’information principal, permettant d’annoncer les dates des activités de la démarche.

Screen Shot 2015-10-30 at 12.30.24 PM

Un volet ludique mettant en vedette Ponto, une création de Tania Mignacca, a transmis quelques informations sur la nature du chantier et le déroulement de la démarche. Screen Shot 2015-10-30 at 12.31.03 PM

Une démarche agile

La démarche s’est déroulée pendant une courte période de trois mois (14 semaines) au cours de laquelle nous avons développé le concept de « La Dame se refait une beauté », le site web et les diverses activités participatives.

traverses

Les résultats de chacune de nos interventions ont été documentés et traités de façon à permettre une communication efficace avec les parties prenantes et à alimenter le développement des activités subséquentes.

concept_3

Développement de capacité

Une démarche de codesign contraste avec la culture de travail habituelle, en particulier parce qu’elle oblige les parties à travailler et réfléchir ensemble, en ouverture et dans le respect. Cela constitue souvent un défi. L’ouverture des canaux de communication et de collaboration entre une administration municipale et les résidents, les commerçants, les organismes et les travailleurs de sa juridiction doit se faire avec soin. Tout est affaire de confiance, à bâtir et à maintenir dans la durée, mais aussi de développer de part et d’autre la capacité de contribuer positivement à un projet touchant la sphère publique. Ainsi, l’arrondissment gagne à partager davantage ses informations sur les grands chantiers urbains, à exposer de manière claire et accessible les questions et les arbitrages auxquels il est confronté et à entrer en conversation avec ses résidents avec plus d’aisance. Les citoyens, quant à eux, développent une meilleure connaissance de leur environnement et de la complexité des enjeux qui entourent l’aménagement et le partage de l’espace public. Ce partage d’information est un préalable afin que les participants puissent exercer leur pouvoir citoyen de manière constructive, avec la confiance que leur voix sera entendue.

idées_11

+ Pour en apprendre davantage : voir le rapport complet, le site web et la page de la Ville de Montréal sur le projet.

PopOut4

 

Domaines :


| | |
| | | | |
Secteurs d'activités :


| | | | | | | | | | | |
| |
Méthodes et outils : art-of-hosting | | | |
| | |
| | | | |
| | | | | | | | | | | |
| |