Le kata appréciatif : qu’est-ce que c’est?

Dans votre organisation, les difficultés sont-elles perçues comme des problèmes ou comme des opportunités? Les gens sentent-ils qu’ils ont droit à l’erreur ou vivent-ils dans la peur d’essayer de nouvelles choses? Bref, dans votre culture organisationnelle, cherchez-vous avant tout à assurer le fonctionnement d’un système ou à permettre aux gens d’être créatifs et de donner le meilleur d’eux-mêmes?

Souvent, quand quelque chose va mal dans une organisation, nous sommes portés à poser des questions telles que :

  • Quels problèmes avons-nous?
  • Qu’est-ce qui ne fonctionne pas?
  • Quelles pertes avons-nous subies?
  • Quelles données possédons-nous concernant le problème?
  • Qui est à la source du goulot d’étranglement?

Les questions de ce genre mettent l’emphase sur le négatif et dénotent une tendance à chercher des problèmes, voire même à chercher des coupables. Or, quand on cherche des problèmes ou des coupables, on finit toujours par en trouver! Cette approche tend à créer une culture du blâme, est peu génératrice d’énergie et est ultimement démobilisatrice.

Si on abordait les difficultés non pas comme des problèmes, mais plutôt comme des opportunités d’apprendre et de valoriser les forces qui existent au sein de notre organisation? Heureusement, il existe des approches plus positives que celle que nous venons de décrire?

L’approche du Toyota kata  

Le Toyota kata, tel que formulé par Mike Rother, est une approche d’amélioration continue qui est axée sur la résolution de problème et qui favorise l’émergence d’une culture d’apprentissage. Avec cette approche, Mike Rother propose de poser des questions différentes de celles présentées plus haut, telles que :

  • Quelle est la condition cible?
  • Quelle est la condition actuelle?
  • Quels sont les obstacles?
  • Quelle est la prochaine étape?
  • Quand pouvons-nous voir les résultats?

De ces questions découlent quatre routines d’amélioration :

  1. Comprendre le défi;
  2. Saisir la condition actuelle;
  3. Établir la prochaine condition cible;
  4. Expérimenter dans la direction de la condition cible.

L’approche du Toyota Kata met l’emphase sur la recherche de solutions plutôt que sur la recherche de problèmes et permet aux gens de travailler en faisant des essais et des erreurs. Ce droit à l’erreur fait en sorte qu’on évite de créer une culture du blâme.

Cependant, il peut arriver qu’une emphase trop grande sur la recherche de solutions nous fasse perdre de vue le vécu humain. Nous avons observé que dans les organisations où existe une forte exigence de performance et de rendement, l’approche du Toyota Kata tend à exacerber cette exigence et à générer des pressions supplémentaires sur les gens, surtout s’il n’existe pas une solide culture appréciative.

L’approche enquête appréciative

L’approche enquête appréciative, telle que formulée par David Cooperrider, est issue de la psychologie positive. Elle est axée sur les forces des gens et favorise l’émergence d’une culture appréciative au sein de l’organisation.

Les 6 prémisses de cette approche sont :

  1. Dans chaque organisation, quelque chose fonctionne bien;
  2. Ce sur quoi nous portons notre attention devient notre réalité;
  3. On affronte l’avenir avec plus de confiance si on apporte avec nous un fragment de notre passé;
  4. Ce qu’on apporte dans l’avenir doit correspondre à ce qu’il y a de meilleur chez chacun;
  5. Il importe de valoriser les différences;
  6. Le langage crée la réalité.

Cette approche nous mène donc à aborder les difficultés par le biais de questions appréciatives telles que :

  • Qu’est-ce qu’on veut atteindre?
  • À quel moment performons-nous le mieux?
  • Qu’est-ce qui nous permettrait de progresser?
  • Qui nous inspire?
  • Que peut-on apprendre de l’autre?

Les questions de ce genre permettent aux gens de trouver leur direction et de découvrir les forces et ressources qui les aideront à surmonter les obstacles et à atteindre leurs objectifs. Ceci permet d’aborder les difficultés non pas comme des problèmes, mais plutôt comme des opportunités de mieux comprendre et d’être plus créatif et innovateur.

Et si on jumelait les deux approches?

C’est ici qu’intervient le kata appréciatif, qui est une fusion du Toyota Kata et de l’approche enquête appréciative. En unissant ces deux approches, on peut générer de la vitalité et une plus grande efficacité au sein de l’organisation.

Le kata appréciatif consiste à superposer des questions appréciatives sur les quatre routines d’amélioration du Toyota Kata.

  1. La routine « comprendre le défi » se pose maintenant comme la définition de notre futur désiré. Exemples de questions appréciatives : Quels sont nos meilleurs espoirs? Quelle serait la situation idéale?
  2. La routine « saisir la condition actuelle » se pose maintenant comme une phase de découverte qui permet de mieux analyser d’où on part. Exemples de questions appréciatives : Quels ont été nos bons coups? Quelles sont nos forces? Qui sont nos alliés?
  3. La routine « établir la prochaine condition cible » sert maintenant à définir le plus petit pas possible (PPPP) et correspond à la phase déploiement, c’est-à-dire l’action la plus immédiatement accessible qui nous mettra en mouvement le plus rapidement possible tout en générant immédiatement du succès. Exemples de questions appréciatives : Quelle est la chose la plus facile à faire? Qu’est-ce qui serait le premier signe de succès?
  4. La routine « expérimenter dans la direction de la condition cible » se pose maintenant comme le design ou terrain de jeu à l’intérieur duquel nous pourrons expérimenter, saisir de nouvelles opportunités, nous développer et acquérir de nouvelles compétences. Exemples de questions appréciatives : Quelles sont nos opportunités d’amélioration? Sur quoi voulons-nous expérimenter?

L’approche traditionnelle, avec sa vision plutôt technique, voire pessimiste, met l’emphase sur les problèmes, les obstacles et les outils qui doivent servir à les surmonter. Elle peut favoriser l’émergence d’une culture du blâme qui est démobilisatrice. Par contraste, le kata appréciatif, avec sa vision plus humaine et optimiste, met plutôt l’emphase sur les forces des gens, leur enthousiasme et la richesse de leurs relations. Il favorise l’émergence d’une culture appréciative qui permet aux gens de créer du sens, de développer leur autonomie et de donner librement le meilleur d’eux-mêmes.

Pour en savoir plus sur les quatre routines du kata appréciatif : « Le kata appréciatif pour progresser »

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

Laisser un commentaire