La pédagogie radicale – vers Équipage

percolab a eu la visite de deux français extraordinaires, Étienne Collignon et Lucas Juhel, porteurs de témoignages vivants de la force d’une pédagogie radicale que nous sommes est en train de faire atterrir au Québec via l’initiative Équipage. L’initiative est de mettre en place une formation d’une durée d’un an pour apprendre à mieux  entreprendre ensemble pour le bien commun. Ça se fait à travers une pédagogie radicale : pas de professeurs, pas de classes, pas de cours! Quoi alors? Comment ça peut fonctionner? Est-ce seulement possible? Nous avons invité des acteurs du réseau entrepreneurial au Québec à un déjeuner pour explorer ses questions et pour ouvrir la conversation autour du positionnement de cette formation dans l’écosystème existant au Québec.

15

Oui, nous dit Étienne, qui a bâti et piloté Team Factory, un projet similaire en France à Paris après avoir entièrement consacré sa vie à « l’apprendre ensemble ». En un an, des personnes diverses en âge et en avancement par rapport à un projet personnel mûrissent ensemble et créent les racines pour devenir entrepreneuses d’elles-mêmes à vie.

En connaissance de cause, ces personnes deviennent des observatrices d’elles-mêmes conscientes, s’outillent, pratiquent et apprennent à entrer dans un esprit collectif spontanément en amenant leur projet d’entrepreneuriat sur les rails. Ce travail sur soi est indispensable car pour entrer dans une dynamique collaborative il faut avoir fait la paix avec soi et cela prend du temps. On ne peut pas faire ça en quelques mois.

Par ailleurs, la collaboration aide la personne à travailler sur elle-même, car cette dynamique collaborative ne peut s’installer en étant seul! Co-animer, co-créer, co-designer, co-gérer est probablement l’une des compétences les plus difficiles à développer. Un an c’est un minimum pour expérimenter et apprendre avec les autres à entreprendre ensemble.

Oui, nous dit aussi Lucas qui se définit comme un « étu-preneur ». Venu deux semaines en tant que stagiaire chez percolab, cet étudiant-entrepreneur exprime clairement la nécessité d’expérimenter pour apprendre à être avec les autres. Il faut traverser les zones de chaos inhérentes à toute dynamique de groupe pour remonter avec des compétences solides, vérifiables et apprendre à faire des choix réels qui vous correspondent. Lucas est maintenant dans sa troisième et dernière année de Diplôme Universitaire « Jeunes Entrepreneurs » Team Academy Strasbourg. Ce D.U. fait partie du réseau international Timiakatemia qui innove en formation entrepreneuriale depuis 20 ans. Il nous explique que ça fait peur la liberté au quotidien ; Pourtant, oser le conflit c’est important et il faut bien un an pour arriver à s’acclimater à la complexité et la liberté. Mais en même temps, sans cet espace créé autour des étudiants, il ne serait pas possible de s’outiller pour gérer la complexité à laquelle nous devons faire face. Et à dix on est mieux outiller que seul!

À la question, y a-t-il des connaissances minimales et quels sont les critères pour entrer dans le processus? Les deux répondent clairement : la diversité des personnes est fondamentale. Les futurs étu-preneurs auront d’autant plus de moyens qu’ils seront différents ; car ce sont ces différences, en âge, en milieu, en passé qui les armeront au mieux. Mais par dessus tout, c’est la motivation, l’envie de faire ensemble profondément, qui vont dicter la sélection. Car vivre ensuite un an dans le faire ensemble pour le bien commun doit être au cœur de chacun pour que cela soit possible.

Domains: | | | |
Segments: |
Methodologies and tools:

Leave a Reply