Pourquoi vous devriez (re)commencer à dessiner (3/3)

Voir les deux épisodes précédents “Partie 1 : renouer avec le dessin” et “Partie 2 : Retrouver des pouvoirs oubliés”

Partie 3 : Décupler sa capacité à penser

Vous êtes prêt·e·s à vous saisir du crayon pour libérer les images tapies dans votre mental ? Vous sentez que vous allez prendre plaisir et que ce n’est pas le résultat qui compte mais bien le processus ? C’est parti !

Quelques conseils pour commencer

  1. Cheminer par étapes, à son rythme, en s’axant sur la simplicité.
  2. Se  concentrer sur ce que l’on sait faire, puis s’en inspirer pour l’améliorer .
  3. Se laisser le temps de progresser au fur et à mesure de la pratique.
  4. S’inspirer, recopier, reproduire (voir les mines d’or dont regorge Internet comme The Revision Guide, les albums Pinterest ou encore des livres sur la facilitation graphique)
  5. Observer autour de soi comment sont fait les objets, les personnes, les décors, de quelles lignes et formes de bases ils sont composés et les reproduire simplement
  6. Se saisir des occasions de dessiner : en réunion, en conférence, un livre ou des contenus vidéos internet qui nous intéressent
  7. Sollicitez des avis sur ce qu’évoque vos dessins pour apprendre le pouvoir du visuel, cadrer les retours demandés pour éviter de tomber dans le jugement.

En bref, une image qui vient en tête ? Un crayon, un dessin ! Et se laisser le temps de l’essai, s’accorder de la bienveillance, se concentrer sur l’aspect positif de nos réalisations.

Pour terminer, je souhaiterais partager avec vous quelques outils simples et efficaces. Que ce soit dans mes activités de formatrice, de facilitatrice graphique ou d’accompagnement de projets, je dois parfois traiter des situations complexes où la solution est difficile à trouver. Voici donc mes trois outils fétiches que j’utilise régulièrement et qui m’ont plusieurs fois sauvé.

Image : liste des envies réalisée par des cadres du Ministère de la Transition Ecologique lors de la formation “La facilitation graphique pour libérer la créativité individuelle et collective” – Janvier 2019

 

1. Le dessin libre

Oui, mon premier outil est le fait de dessiner librement et sans réfléchir sur un temps donné. Je confie à mon cerveau droit la totale responsabilité de ce qui va arriver et je me fais plaisir. Soit je me donne un temps avec un chronomètre et je laisse filer les pensées  tant que le “bip” n’a pas retenti, soit je dessine jusqu’à ce que j’estime être arrivé à un résultat intéressant ou que je sens que j’ai épuisé mes ressources créatives du moment. Je pourrais alors y revenir plus tard. Puis, j’analyse ce que j’ai créé, je réfléchis à ce que cela m’apprend et, en me basant sur mes ressentis, je décide de la piste à explorer pour avancer.

Ce travail peut se faire sans indication pour réaliser une purge d’idées ou un déblocage de la pensée, ou être orienté avec une question sur un sujet donné pour faire émerger des notions nouvelles.

Image : production libre d’une participante à une formation Percolab sur la pensée visuelle et la facilitation graphique autour de la question “Qu’est-ce que je suis en train d’apprendre” – Octobre 2018

 

exemple crazy 8

2. Le crazy 8 

Le principe du Crazy 8 est simple. Vous vous saisissez d’une feuille, A3 de préférence, vous la délimiter en 8 cases, et vous avez 8 minutes pour les remplir avec un dessin différent à chaque fois. Il existe plusieurs variantes. Personnellement, j’utilise celle qui consiste à prendre 1 minute par case et je propose au bout de la troisième case de réaliser des combinaisons, des explorations, des variantes, d’ajouter des personnages… Ces indications m’aident à stimuler ma créativité mais elles ne sont jamais obligatoires. Cet outil peut être assez douloureux quand nos deux hémisphères se bagarrent entre “DESSINE !” (cerveau droit) “MAIS QUOI ?” (cerveau gauche) Deux astuces : demander à un ami de tenir le chronomètre pour se plonger entièrement dans le visuel et continuer l’exercice (crazy 16) si l’on sent que l’on n’est pas allé assez loin. Ensuite, j’observe ma production et je fais confiance à mon cerveau droit pour considérer que les idées qui ont émergé sont les bonnes idées qui devaient émerger. Je pars du principe que ce que j’ai sous les yeux est un matériau riche en apprentissages et en pistes d’avancement, quel qu’il soit.

Astuces : il est possible de faire cet exercice debout et au mur pour libérer davantage notre pensée visuelle.

Image : Crazy 8 réalisé par un participant lors d’une formation Percolab sur la pensée visuelle et la facilitation graphique – Mars 2019

3. La carte mentale

Régulièrement, pour des missions, j’ai besoin de faire un premier traitement d’un grand nombre d’informations. J’utilise alors l’outil le plus rapide du visuel pour organiser de manière logique les informations, la carte mentale. Je commence par placer le titre au milieu, dans une forme agréable, comme un nuage, une bannière ou une police adaptée, je fais partir du centre les branches principales des catégories des informations qui viennent, puis en plaçant en sous-branches les informations détaillées. Si possible, pour chaque information, que ce soit une branche de catégorie ou une sous-branche de détail, je réalise un pictogramme et je résume l’information en quelques mots. Sans pression, en me faisant plaisir, je réalise ainsi mes cartes comme support à ma réflexion. Parfois, je reprends une carte en retravaillant la structure et l’esthétique si je veux un résultat attractif à utiliser par la suite. Quand je veux pousser plus loin ma réflexion et laisser libre court à ma créativité, je peux reprendre les informations structurées de la carte mentale pour réaliser un tableau synthétique de mes idées façon sketchnote.

Image : Carte mentale pour révéler les bénéfices et apports immédiats de la formation “La Pensée visuelle et la facilitation graphique au service des projets” Juillet 2019

Cela vous a plu ? Vous en voulez plus ? Lisez le témoignage d’une participante à l’une de nos formations et vous serez définitivement convaincu-e ! Facilite-toi toi-même graphiquement.

Et pour vous former avec sens, bienveillance et créativité, découvrez nos formations dédiées les 11-12 juillet à Toulouse, puis les 7-8 novembre à Montpellier et les 14-15 novembre à Toulouse (toutes les informations sur notre page formation).

Le crayon est à vous !

Fanny Monod-Mitrev – fanny@percolab.com

 

Quelques liens pour s’entraîner en douceur :

https://www.apprendre-a-dessiner.org/dessin-debutant/

https://design.tutsplus.com/fr/tutorials/how-to-learn-to-draw-stage-one-manual-skills–cms-23304

Domains:
Segments:
Methodologies and tools:

Leave a Reply