Pourquoi vous devriez (re)commencer à dessiner 2/3

 

Partie 2 : Retrouver des pouvoirs oubliés

 

Lors du précédent article, nous avons vu les freins qui nous empêchent parfois de saisir le crayon et donner vie aux images qui se créent naturellement dans nos esprits. Mais savez-vous à quel point le dessin peut être bénéfique dans votre quotidien personnel et professionnel ? Explorons encore un peu plus l’univers de l’image à portée de crayon.

Le visuel révèle en nous des ressources insoupçonnées ! Lors de son TedX “Le pouvoir du dessin : l’image en action”, réalisé en 2015, Robert Falhauber, qui a amené la facilitation graphique en France il y a plus de vingt ans, donne quelques chiffres évocateurs :

 

  • Gribouiller en réunion augmente notre rétention de 29 %, soit près d’un tiers
  • Un concept avec le mot et l’image est 6 fois plus mémorisable qu’un concept avec le mot seul
  • Depuis 2007, les contenus visuels sur Internet ont augmenté de 10 000 %.

 

Preuve en est des éléments qui se partagent le mieux sur les réseaux sociaux et des applications qui font fureur chez les jeunes : du visuel et encore du visuel. La tendance est loin de s’essouffler.

D’ailleurs, sur le site de Phlippe Boukobza sur le visual mapping, nous apprenons qu’ ”une étude récente, réalisée sur  4500 employés dans 6 pays dont la France”, révèle ”que “les milléniaux (nés entre 1980 et 2000) ont deux fois plus de probabilité de faire usage de la communication visuelle que les baby-boomers (nés entre 1946 et 1964), que “deux tiers des milléniaux affirment comprendre plus rapidement l’information lorsqu’elle est présentée visuellement, avec des images, photos, vidéos ou graphiques” et enfin que “la productivité des employés augmente lorsqu’ils utilisent des informations visuelles pour travailler.”

Les nouvelles générations seront de plus en plus friandes de ces visuels dans le cadre professionnel. Une raison de plus pour s’y mettre dès maintenant ! Raison auxquels viennent s’ajouter les effets bénéfiques confirmés par les neurosciences aujourd’hui et dont voici un résumé non exhaustif.

1. Visuel et mémoire, le duo parfait

Tout d’abord, le visuel intervient de manière primordiale sur la mémoire. Associés aux images, les concepts s’impriment davantage dans notre cerveau si nous prenons des notes dessinées. Le fait d’utiliser le visuel permet également de penser de manière latérale, ce qui respecte le fonctionnement de notre mental, et nous permet de mieux comprendre les informations. Comme l’on retient davantage ce que l’on comprend, prendre ses notes en format paysage et organiser les informations dans l’espace est un accélérateur d’apprentissage. Ce principe est également vrai pour les autres, lorsque nous leur présentons des informations de manière visuelle. Dessiner est bon pour votre mémoire, la science le prouve !

Une récente étude, “Drawing as an encoding tool”, a poussé plus loin un fait déjà mis en lumière par les neurosciences : l’association dessin d’images et écriture de mots se révélant “bénéfique pour les performances de mémoire ultérieures chez les jeunes adultes”. La nouvelle étude a prouvé que l’utilisation du dessin par des personnes âgées leur ont apporté des capacités de mémoire quasi similaires à des sujets plus jeunes.  Il n’est donc pas trop tard pour s’y mettre ! Alors, pour tout le monde, dessiner aide à mieux comprendre et mémoriser les informations.

 

2. Utiliser des images permet de prendre des raccourcis

Puis, notre cerveau est d’abord visuel, le mot est une construction, en atteste les premières traces d’humanité sous forme visuelle et l’origine de nos alphabets. Si je vous dis banane” et que vous fermez les yeux, qu’apparaît-il ? L’image d’une banane, et non le mot “banane”. Le mot est une seconde étape, un intermédiaire. Penser par le visuel nous permet donc de prendre des raccourcis et nous concentrer sur l’essence de l’information. Particulièrement utile lors de la nécessité de penser un très grand nombre d’information, le visuel se révèle parfois le seul capable de représenter l’image globale et donnant une place et un sens à chaque élément. Dessiner permet de penser plus rapidement et en complexité.

3. Retrouver le chemin sa créativité

De plus, le visuel nous amène à nous connecter à notre “cerveau droit”, siège de la créativité et de notre pensée sensible. L’image nous invite à explorer des chemins inédits, à faire des liens avec des éléments que nous ne pourrions penser avec les mots et à faire apparaître ce que notre inconscient sait déjà. Nos sens sont sollicités, nos yeux sont captés par les formes et les couleurs, la simplicité du trait, le toucher du crayon sur la feuille, la manipulation des images, la mobilisation du corps lors de dessin sur des grandes surfaces.

Nous changeons d’échelle, de perspectives, d’angle d’approche et nous déconnectons plus simplement des points parfois bloquant générés par notre pensée rationnelle (ressources, objectifs, urgence…) D’ailleurs, lors de recherches créatives, le pas de côté attendu s’opère plus facilement par le visuel. En démarche de design thinking, la pensée visuelle est particulièrement sollicitée. Dessiner génère de la créativité et de l’innovation.

4. S’offrir un temps concentré sur le geste

Enfin, le dessin nous oblige à nous concentrer sur une tâche manuelle qui prend du temps, sur laquelle l’on doit s’atteler consciemment à une seule chose à la fois. En somme, c’est une forme de méditation ! Sur son site “The joyful way”, Vanina Gallo, facilitatrice graphique et coach, nous incite à utiliser le dessin comme outil d’expression et de libération pour devenir les artisans de nos propres rêves. De son côté, Caroline Tsiang, facilitatrice graphique et coach également, propose des ateliers Mandala pour nous aider à prendre des décisions.

Les mots se font confus et les blocages douloureux ? Optez pour l’image ! De la même façon que l’on conseille 30 minutes de marche pour résoudre un problème qui nous tracasse, la réalisation d’un dessin libre pendant un temps déterminé amène des résultats épatants. Notre cerveau a besoin de régulièrement déconnecter pour décompresser. Nous pouvons nous offrir des temps de réalisation sans objectifs, juste pour la beauté du faire. Nous ne sommes pas faits pour rationaliser et optimiser en permanence. Ainsi, dessiner nous fait du bien et nous reconnecte avec notre humanité.

5. Le visuel est une nouvelle voie d’entrée dans le collectif

Dans l’Art du management visuel, les auteurs mettent en avant l’universalité des images comme atout pour le travail en collectif. Même si les visuels détiennent aussi leur marge d’interprétation, ils comportent néanmoins plus de dimensions pour exprimer des nuances grâce à la forme, la taille, la couleur, le style… Ce qui permet de rendre plus facile la communication et donc la co-création.

Il est alors juste et pertinent de proposer les outils visuels pour accompagner un processus d’intelligence collective, que ce soit à travers le fait de faire dessiner les participants, de les faire interagir à travers des images proposées ou prendre en notes sous forme graphique, en petit ou (très) grand format les interactions. Le visuel permet de nous relier plus facilement les uns aux autres dans une démarche collective.

Le futur sera visuel ou ne sera pas !  Alors, prêt à vous lancer dans l’aventure ?

 

En savoir plus : retrouvez nos formations sur la pensée visuelle et la facilitation graphique

Domains:
Segments:
Methodologies and tools:

Leave a Reply