Porter un regard positif sur le réseau de la santé avec l’approche enquête appréciative (AEA)

 

“Very great change starts from very small conversations

held among people who cares.”

 

Tout le monde a son histoire avec le réseau de la santé. Les nouvelles le concernant sont rarement joyeuses. Comme société, la limitation des ressources exerce une pression constante sur le système. Le dévouement des acteurs du soin fait pourtant l’unanimité. Comment bâtir ensemble comme communauté sur cette force vive.  

Les professionnels[1]qui y travaillent nous témoignent vouloir donner un service exemplaire. Ils ne savent plus comment faire mieux, plus vite, avec moins. J’y ai travaillé pendant vingt ans. Je me suis repositionnée pour l’observer et le voir plus globalement. Je suis allée voir ailleurs pour revenir avec de nouvelles idées. Ce n’est pas plus vert ailleurs, ni aux États-Unis ou en France. Les défis sont énormes. J’oserais dire qu’ils sont à la hauteur de l’engagement de ceux qui y travaillent. Pour nous,  l’utilisation de cet engagement intrinsèque est un générateur de vitalité sur lequel nous pouvons bâtir en utilisant des approches collaborative, telles que l’approche enquête appréciative (AEA). Celle-ci est unificatrice et puissante, pouvant soutenir le système de santé dans les défis auxquels il fait face.

Le livre Pratique de l’Appreciative Inquiry dans les établissements de santé sera lancé au Québec le 30 mai prochain à Montréal. Pour l’occasion, les acteurs du système sont invités à vivre une expérience de l’AEA qui vise à mettre en valeur les forces du système et les histoires de succès et ainsi générer un élan de vitalité et de créativité pour aborder le futur avec espoir.

Le livre propose d’abord d’explorer les questions génératives et de l’appliquer à trois grands thèmes relatifs au monde du soin : le patient, le travail d’équipe et l’organisation. Ses auteurs, Whitney et al., souhaitent offrir une référence aux professionnels pour leur permettre de développer la pratique de l’AEA comme philosophie. Ils présentent la question positive comme un outil transformationnel du système. Le dernier chapitre de la version française du livre est un ajout précieux où sont relatés des témoignages de l’apport de l’AEA dans des établissements de santé en France. Mon collègue Thierry Brigodiot nous transmet avec soin l’expérience vécue. Finalement, sept pratiques appréciatives sont formulées spécifiquement pour les soins de santé et auxquelles on peut s’exercer autant dans le travail que de façon personnelle.

Le 30 mai prochain, vous pourrez écouter les histoires appréciatives vécues au Québec et prendre un moment pour partager un regard sur ce qui fonctionne bien dans le réseau et présenter votre pratique de l’AEA. Nous souhaitons cocréer avec les participant.es un narratif positif et inspirant, qui donnera un élan pour agir ensemble,  se mobiliser dans la pratique de l’AEA et ainsi rendre plus fort le mouvement d’amélioration perpétuel du système.

Venez « imaginer ce qui se passerait si vous pouviez créer une culture de soins de haute qualité qui célèbre le meilleur des soignants, patients, et des familles, qui embrasse les opportunités d’amélioration avec optimiste et qui construit une collaboration basée sur la confiance et la conviction réciproque que le meilleur réside en chacun de nous »[2].

 

Pour information et inscription à l’événement du 30 mai 2019 à Montréal-C’est ouvert à tous!

[1]Le terme « professionnels » est utilisé de façon inclusive. Chaque métier ou corps d’emploi est considéré comme professionnel, puisque soumis à des standards élevés. Il y a plus de 300 titres d’emploi dans le réseau, incluant médecin, gestionnaire, infirmière, travailleur social, ergothérapeute, électricien, cuisinier, préposé aux bénéficiaires, etc.
[2]Whitney, Diana, et Al , Pratique de l’Appréciative Inquiry dans les établissements de santé”, InterÉditions, 2019 p.16. Traduit par Christine Cayré.
Domains:
Segments: | | |
Methodologies and tools: appreciative-inquiry

Going Horizontal: How do you really want to work?

Curiosity and excitement about horizontal organizations coexist with concerns and cynicism. Most of today’s work force is disengaged and the current ways of working won’t be able to take us into our future. Even if we know all this, we still struggle to figure out what to do come Monday morning.

What if we stepped back to reexamine how we really want to be working?

For over 10 years I have been using our company, Percolab, as a lab of  how an organization can function. With clients, colleagues and international friends, we try things out and sense make, in a never ending learning process. In 2016 I began offering workshops on the topic: Demystifying Self-Management. They helped people connect with the notion and explore some basic elements. In 2017, at SXSW in the USA, with Edwin Jansen, we gave a panel on Growing a Company without Bosses. It was a provocation and we were stunned by the response.

Weeks later I signed a book contract with my favorite publisher, Berrett-Koehler: Going Horizontal: Creating a Non-hierarchical Organization, One Practice at a Time. It is a practical book. It builds on the fabulous work in the field of new ways of working, such as Frederic Laloux’s Reinventing Organizations. Going Horizontal is all about the practice. It offers seven domains of practice to help anchor new habits and mindset as they develop. But Going Horizontal is more than a book, it is also a community and a series of practical trainings.

A conversation on the Future of Organizations with Frederic Laloux at the annual conference of the Quebec society of HR professionals

Who shows up at a Going Horizontal training?

In Antwerp, Belgium, six countries were in the room. Some people had specific questions while others wanted to make sense of their own experimentations. In Quebec City, Canada, workers from a pulp and paper factory joined Lawyers without Borders, an IT professional (recovering from a less than satisfactory foray into self-management), and consultants and students. Going Horizontal connects across domains and job titles.

A deep dive in Spain

The next stop is in Spain the 11-14th October, 2018 for a four day residential training in a castle in the middle of a 200 hectare forest outside of Barcelona. Beyond the enchanting venue, will be a unique learning experience. This training is offered by a powerful international team:

  • Dr. Salvador García, professor in Personal Development, Entrepreneurship and Social Innovation at the University of Barcelona,  Founder of Imagine Lab, Author of “Management by Values” and “Values Intelligence” and one of the top business speakers in Spain.
  • Carolina Escobar Mejía, Agile coach and Founder of the horizontal organization Somos Mas
  • Phoebe Tickell, Learning innovator and Social entrepreneur with Enspiral NZ & Schumacher College UK.
  • Nil Roda-Naccari Noguera from Percolab Spain and yours truly from Percolab Quebec

The day to day challenges of participants will be the basis of the program. The seven domains of practice of the Going Horizontal framework will help to grow our strengths and overcome our blind spots. Together we are exploring the new rich and yet unexplored territory of all that Going Horizontal can be.  Via each training the community grows as participants can become champions of horizontal practices in their local context.

If this speaks to you, please join us in Spain! If you know someone who should be there, please let them know.

Either way you can pre-order the book Going Horizontal now via Amazon.

If you would like to collaborate to offer a Going Horizontal training or virtual book club in your area, please contact info@percolab.com

Domains:

Segments: | | |
| | | | | | | | | | | | |
Methodologies and tools: appreciative-inquiry
| | | | | |

Renewal of the competency framework for the HR chartered association of Quebec

Context

The Human Resource (HR) profession needs to step into its future. The entire HR system in Quebec is build around the competency framework; university programs, admission into the chartered association, inspection, as well as professional development.  By improving and updating the competency framework the whole profession will be carried forward. The chartered association chose, for the first time, to do this via co-creation. They invited in HR professionals and people interested in the future of HR to go beyond thinking through what they wanted and also to contribute to its production.

Percolab’s role

Percolab designed the co-creation process in collaboration with an HR professional. The process integrated multiple voices in the field in a creative and constructive way, mixing wisdom and experience of HR professionals with inspirational examples, creative thinking, conceptual frameworks of the future, and collective sense making.   

A radically creative process that had three phases:

  1. Capture what is useful in what already exists and reveal the possibilities and dreams, for both the format and content of the framework.
  2. Iteratively develop the new structure of the guide via a series of workshops with the HR community.
  3. Validate specific sections of the guide with targeted stakeholders

To support the entire process, particularly with the context of participants coming in and out of the process, a visual strategy was put in place. Over 200 people contributed to the different steps of the process and were aided by an evolutive mural.

The workshops and the facilitation and the visual tools were all Percolab’s responsibility. The strategy, writing, and presentation of results were a shared responsibility with the client.  

Impacts

 

  • The creation of a simple, practical competency guide
  • A guide that has the support and pride of the HR community and will be well used from inspectors, to university program design, and HR professional development & certification.  
  • An example of a competency framework for HR professionals in Canada and the world  
  • Integration of two new domains of HR competence – innovation process and technology

 

 

Evolutive mural by Paul Messer, Percolab

Domains:

| | | |
Segments: | | |
| | | | | | | | | | | | |
|
Methodologies and tools: appreciative-inquiry
| | | | | |
| | | | |

Harmonizing organizational change

Percolab accompanied the cooperatively-run Clinique Dentaire Rachel through structural and cultural change with the growth of the clinic.

By hosting a six-phase emergent workshop process – using techniques such as visual-thinking practices and collective sensemaking – the process cultivated “collaborative leadership” to clarify, anchor and align their systems and working culture.


Domains:

| | | |
| |
Segments: | | |
| | | | | | | | | | | | |
|
|
Methodologies and tools: appreciative-inquiry
| | | | | |
| | | | |
| | | |

À quoi sert une formation percolab?

Je suis consciente que notre approche de formation est non-conventionnelle, voir déstabilisante pour les participants.  

IMG_8573

Formation auprès des élus et agents de développement économique du Québec.

Il y a trois motivations derrière notre modèle  :

  1. Connecter ses façons de travailler avec des cadres conceptuels pour créer du sens.
  2. Vivre des expériences qui permettent d’entrer dans des subtilités pour amplifier sa manière de travailler.
  3. Construire sur ce que l’on fait déjà si bien avec plus de conscience.
insertion sociale

Atelier offert au secteur des entreprises d’insertion sociale du Québec.

Pas évident d’avoir des indicateurs sur de telles intentions.

22201119801_40cf225403_k

Des participants en plein travail lors d’un atelier sur les Méthodes d’intelligence collective.

Quand Philippe Garon, un participant d’une formation en région (Gaspésie, Québec), m’a fait un retour sur son expérience, ça m’a fait chaud au coeur. J’entends l’impact à travers son récit.

Garon_Festival_Caraquet

Philippe Garon en action professionnelle.

“Bonjour !

Je suis un artiste multidisciplinaire qui vit en Gaspésie. J’offre aussi mes services en rédaction, correction et animation. Grâce à la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications, j’ai eu la chance de suivre une formation de Percolab avec Samantha Slade ici à Bonaventure en juillet 2015. En compagnie de 15 autres intervenant(e)s culturels de toute la région, j’ai pu me familiariser avec de nouvelles techniques de mobilisation créative. Quelle belle bouffée d’oxygène ! Nous avons pu nous familiariser avec plusieurs méthodes originales pour dynamiser les rencontres des multiples organisations qui œuvrent dans nos milieux. Samantha a réussi à adapter le contenu et son approche en fonction de nos réalités.

Personnellement, depuis cette formation, j’applique le plus possible dans mon travail mes apprentissages et je sens réellement une différence. Mes clients aiment expérimenter des activités qui sortent de l’ordinaire dans le cadre de leurs réunions. Leur efficacité et le plaisir qu’ils éprouvent à travailler ensemble s’en trouvent décuplés. Mais au-delà des méthodes que nous pouvons maintenant leur proposer, il y a l’importance de l’ambiance, de l’atmosphère que nous installons au sein des équipes que nous aidons. Mettre l’accent sur l’énergie positive, sur l’intelligence collective. Offrir aux gens un maximum d’espace pour leur permettre de s’exprimer et prendre le temps de vraiment les écouter. Encourager le questionnement, le rire, l’accueil des émotions, la réflexion, la créativité et la recherche d’idées audacieuses. Voilà un programme ambitieux, mais tellement motivant ! Percolab m’a donné le goût de pousser plus loin la maîtrise de l’art d’animer pour aider les gens de chez nous.”

IMG_3585

Philippe Garon en plein travail lors de la formation percolab dans sa région.

Merci Philippe pour un retour si ouvert. Si vous avez un retour apprenant suite à un atelier ou expérience percolab, svp partagez!!

Domains:

| | | |
| |
| | |
Segments: | | |
| | | | | | | | | | | | |
|
|
| | | | | | | | | | | |
Methodologies and tools: appreciative-inquiry
| | | | | |
| | | | |
| | | |
| | | | | | | | | | | |

Mobilisation créative et collaborative des milieux culturels

Nous vivons dans une société qui prône le travail individuel : on nous demande trop souvent de faire en solo plutôt que de faire avec les autres. Cette vision axée sur l’individu est un puissant frein lorsque nous souhaitons nous engager dans des projets majeurs qui sont en réponse à des besoins réels et pressants. Seul dans son coin, il est difficile d’imaginer les solutions neuves et adéquates qui méritent d’être mises de l’avant!

laurentides2

Pourtant, dans le secteur culturel, les acteurs manifestent l’intérêt de collaborer et de cocréer afin de renforcer les capacités de leurs organismes et des personnes. Même si cela peut sembler anodin, le fait de réussir à travailler en partenariat avec d’autres s’avère une expérience puissante et fructueuse.

Mais ce n’est pas simple, l’expérience le démontre. Nous avons tous déjà vécu des projets qui ont été ralentis, voire même annulés suite de difficultés de tous ordres entre les différentes instances impliquées. Comment se crée cet écart entre le potentiel transformateur d’un projet et la réalité parfois autre de sa mise en œuvre? La réponse se trouve en grande partie dans les méthodes et les cadres conceptuels qui nous guident dans le travail.

Si l’on souhaite développer sa capacité à réaliser et à réussir les projets partenariaux ou multi-acteurs, il importe de recourir à des méthodes qui ajoutent à la fois de la rigueur et de la légèreté à la collaboration, qui nous aident à voir les différences entre les parties prenantes comme des forces et non des embûches, et qui font la part entre ce qui est essentiel à chacun et ce qui est accessoire. Bien que ces approches soient différentes des manières de faire auxquelles nous sommes habitués, elles nous sont familières puisqu’elles font appel à notre sensibilité, à notre intuition et au gros bon sens.

Ces méthodologies nous aident aussi à déceler les patterns récurrents propres aux processus collaboratifs pour pouvoir agir ensuite. À titre d’exemple, personne ne veut être contrôlé, mais on aime tous dicter ce que les autres devraient faire : comment dénouer cette situation qui montre que le pouvoir est un enjeu de premier plan dans les relations entre les personnes?

La mobilisation créative consiste avant toute chose à suspendre les suppositions avec lesquelles on travaille, à prendre du recul et à s’ouvrir à de nouvelles façons de faire. Les processus de cocréation sont au cœur de l’interdépendance et l’évolution constante de la vie.

IMG_4348

Trois astuces pratiques pour mieux collaborer et pour créer des partenariats durables

  1. Faire preuve d’ouverture à l’égard des autres, en invitant des personnes nouvelles aux conversations, afin d’ouvrir le partage de l’information et aller plus loin vers des territoires inexplorés.

  2. Pratiquer le lâcher-prise, en acceptant la vulnérabilité que le processus nécessite et en acceptant de travailler en mode brouillon avec d’autres.

  3. Renforcer le passage de « mon projet » à « notre projet ».

Percolab a collaboré avec le  Conseil de culture de la  Laurentide en offrant une formation sur la Mobilisation créative et collaborative des milieux culturels. Cet article a été publié dans le journal local en lien avec cette formation et les photos proviennent de la formation (prises par percolab). 

Domains:

| | | |
| |
| | |

Segments: | | |
| | | | | | | | | | | | |
|
|
| | | | | | | | | | | |
| | | | | |
Methodologies and tools: appreciative-inquiry
| | | | | |
| | | | |
| | | |
| | | | | | | | | | | |
| | | | |