The future of work should be like this

These are the Percolab’s principles of ways of working that we apply at Percolab right here, right now. We think everyone should work like this.

Principle #1 — OPEN

Keeping secrets slows things down, being open speeds things up. 
Opaque and secretive ways invite in scheming, homogeneity and insular thinking. Openness invites inclusion, co-learning and integrity.

Principle #2 — ENLIVENING

Forget systems that are mechanistic, everything we do is alive. 
Directive, plan and control work can drag on and produce flat results. When work integrates our autonomy, spirit and creativity it can be full of ease with kick ass results.

Principle #3 — CO-CREATIVE

Individual genius is overrated, the future is created together.
When leaders try to figure out for others it breeds apprehension and singular thinking.
Co-creation builds attuned pathways with legitimacy and collective energy and wisdom.

Principle #4 — HUMAN

Work doesn’t just solve problems, it develops human beings. 
Treating human beings in extractive ways generates disengagement and suffering. When we trust and work consciously we grow and develop into more reflexive and capable humans.

Principle #5 INSIGHTFUL

Knowledge doesn’t come from one source, it comes from all around.

Siloed and linear approaches are unable to deal with complexity. Tapping into the myriad and multi-dimensional ways of listening leads to insightful breakthroughs.

Domains:
Segments:
Methodologies and tools:

Drawing like a child

Growing up, noone remembers the first time they drew. We were given crayons, pencils, pens, paper and encouraged to draw. From simple marks on the paper, to representations of our home, our family, our world we saw. We were encouraged and supported to make more.

We learnt from it, we better understood our world through it, we got feedback from each stroke, each picture, each adult (or sometimes) children who saw it. It shaped our understanding and learning. Helped us see our place, that of others and to break things down into simple component parts.

We were liberated, free, without guilt or questioning our abilities. It didn’t matter what we drew, it helped, aided us in our understanding. It wasn’t art, it was what it was. Adults encouraged us, proud in the development they saw. We were given different tools, found new ways of marking the paper, paint, different pens and colors. We explored the mixing of colors, we reflected the world and chose colors that supported the understanding to us what it was, green for trees, blue for sky. We drew to tell stories, we brought life to the pictures, they served a bigger intention than just doodling. But then we stopped, we wrote, we clicked. Drawing became the tool of creatives: artists; designers; architects etc.

But, what happens when we draw like a child in our adult world?

What happens when we draw our system, map out the elements, their relationship to each other. What happens when we listen to a group and visualise the connections, provide feedback to groups through visual scribing? Or when we use visual metaphors and visualise frameworks to better our collective understanding?

Welcome to the world of Visual Thinking.

Domains:

Segments:

Methodologies and tools:
|

Drawing like a child

Growing up, noone remembers the first time they drew. We were given crayons, pencils, pens, paper and encouraged to draw. From simple marks on the paper, to representations of our home, our family, our world we saw. We were encouraged, smiled at and sometimes the drawing became displayed “ “ .

We learned from it, we better understood our world through it, we got feedback form each stroke, each picture, each adult (or sometimes) children who saw it. It shaped our understanding and learning. Helped us see our place, that of others and to break things down into simple component parts.

We were liberated, free, without guilt or questioning our abilities. It didn’t matter what we drew, it helped, aided us in our understanding. It wasn’t about creating art, it was what it was. Adults encouraged us, proud in the development they saw. We were given different tools, found new ways of marking the paper, paint, different pens and colors. We explored the mixing of colors, we reflected the world and chose colors that supported the understanding to us what it was, green for trees, blue for sky. We drew to tell stories, we brought life to the pictures, they served a bigger intention than just doodling.

But then we stopped, we wrote, we clicked, we typed. Drawing became the tool of creatives: artists, designers, architects, and visual practitioners.

When I teach visual thinking, I invite people to reconnect with this practice. To draw with liberty, freedom, without judgment or fear. Many are quick to say they can’t draw, they apologize. Please don’t! I invite you to pick up a paper, draw, write, doodle with the intention of sharing, understanding and learning collectively.

Discover what happens when we draw our system, map out the elements, their relationship to each other. What happens when we listen to a group and visualise the connections, tell stories back through the drawing back into the group or explain our concepts through simple visual frameworks and metaphors?

Welcome to the world of Visual Thinking.

Domains:


Segments:


Methodologies and tools:
|

The joy of a bilingual event

 

* Article originally written in Montreal Art of Hosting Website, July 2013

 

I love Montreal and its intermixing messiness with French and English. It seems natural that the Art of hosting trainings here are bilingual. But this needs to be done with care, as Montréal is a city where language gets talked about a whole lot; there is much playfulness, but also sensitivities.  For the January 2013 event, we created moments of exchange where people can be in their own language. There were french speaking, english speaking and bilingual groups. We opted for informal whispering translation rather than formal translation services.

For Raquel Penalosa, whispering translation was a positive experience.

Translating helped me be mindful and present. I had to be very aligned, listening to the message and how it was being received. It is an act of generosity.

Raquel ensuring whispering translation for Toke.

Toke Moller, international co-host from Denmark was there to remind us that:

This work is about being humans and transcending our differences. Language is a detail that cannot hinder that.

Working the world around, part of Toke’s stewardship is to remind us of the higher need we are serving, all the while honoring local traditions and language.

Elizabeth Hunt, a bilingual Montréaler and participant at the January 2013 event, appreciated the inclusiveness:

People were insistent on translation, often more out of concern for others than out of need for themselves. There was a real awareness. People were making sure that everybody understood and nobody felt left out.

Elizabeth has a wish for the upcoming October event:

We should create even more opportunities for people who are bilingual to step up as a way to help host others.

Q&A

If you have never experienced it though, it can be hard to imagine.  Here is an email exchange I had recently with a potential participant for the October event:

Question: Can you let me know how the bilingual session is run?  Is the training in English with French slides, in French with English slides, …?

Answer: Last time the language « issue » flowed less as an issue and more as a gift. People are invited to speak in English or French as they feel comfortable. Participants volunteer to do whispering translations for those who need it and make it known. Small group work is done in the language of choice of the groups. There are no slides – everything is produced live on site. The explicit training is offered by the team of trainers in smaller groups that function in English/French or bilingually and participants are free to attend with the group they wish.

Question:  Small group work is done in the language of choice.  I’m assuming the rest then is in French – is this correct?  Can you tell me roughly what percentage is done in a larger group (and presumably French)?

Answer: The large group work – is led in the language of the person speaking. Because we are a team of 13 who start this off and then the training participants join in on days 2 and 3, it is not really possible to put a percentage on that.  I can say that our three international hosts will all be intervening in English as they do not speak French. Some local people who do not speak English will be intervening in French. And so it will unfold with some of this and a bit of that. All I can say from the January experience is that we all found that the language flow really added to the event – about embracing diversity in a positive way.

From where I stand, participating in an event with two languages helps us cultivate our humanity in a multi-lingual world and that is very much part of the art of (inter)action.

Domains:



Segments:



Methodologies and tools:
|

|

Voyage au pays des images avec la Pensée visuelle

Du 28 juin au 19 juillet 2017, Fanny a eu la joie de participer aux ateliers en ligne du Visual Thinking Lab, avec Paul Messer, Mary-Alice Arthur et Amy Lenzo. – Rapport de cette immersion dans le monde du visuel.

Session 1 : Cartographier

À 19 heures, heure française, j’étais devant mon écran, en même temps que vingt autres individus à travers le globe. Les vérifications techniques d’usage terminées, la session était lancée.

Nous avons commencé par un premier exercice où, d’un geste libre, nous avons donné naissance à de jolis oiseaux. Outre l’effet d’inclusion en partageant nos productions très personnelles, la force d’un tel exercice basé sur le principe « Tu as une main, un crayon, c’est bien assez ! » est apparue dans toute sa clarté !

Puis, le principe de modélisation a été abordé avec des questions venant chatouiller les évidences, telles que : « Que voulons-nous représenter, en fait ? », « Jusqu’à quel niveau de détails avons-nous besoin d’aller ? » « Quelles sont les images que les personnes ont déjà dans la tête ? »
Ces questions font remonter à la surface les choix pratiques d’utilisation des outils visuels, quel que soit le niveau de chacun.
Elles se posent à la fois sur la technique et sur la posture. Dessiner, c’est représenter les choses qu’il y a autour de soi. Et c’est aussi se représenter, soi, parmi ces choses. Philosophie ? Bien sûr, comme pour toute discipline. Ce n’est pas parce que nous travaillons sur les images que nous devons être superficiels !

Paul nous a proposé d’aller plus loin que les outils lors de ces ateliers en ligne. Il a cherché à nous transmettre la pensée du designer, ou design thinking, fonctionnant pour beaucoup sur la pensée visuelle. Les designers se soucient d’apporter des solutions originales aux problèmes actuels. Ils sont amenés à sortir des sentiers battus, donc à utiliser de nouveaux outils, incluant l’image.

Une mise en pratique de ces réflexions s’est faite avec l’activité « Dessinez votre projet », à présenter en sous-groupe ensuite. Paul a expliqué que sa méthode de transmission combinait son expérience de facilitateur graphique avec les pratiques de l’Art of Hosting, ou l’art d’accueillir les conversations qui comptent. Il n’était pas question de directives sur comment dessiner, mais de questions à se poser pour avancer. « Qu’est-ce que je vois ? » et « Qu’est-ce qui manque ? » Outre l’approche bienveillante, ces interrogations font appel au sens… du visuel !

Nous attendions des retours sur des éléments techniques des dessins (« On verrait mieux le titre si tu le faisais comme ci »), mais, en fait, dessiner son projet, c’est faire des choix, et cela révèle beaucoup sur la façon de penser son projet (« Pourquoi tu as mis ces mots en gros alors que tu nous a dit que le titre c’était ça ? »). Utiliser l’outil visuel permet de faire émerger l’invisible, ce qui n’aurait pas pu ressortir par une autre voie(x). Les retours par les différents participants étaient variés, mais tous enthousiastes.

Session 2 : Raconter en images

Il s’agit de la phase de mise en images sous une forme narrative de nos projets, ou storyboard. Paul a insisté sur cette étape qui correspond à la phase de prototypage dans le design thinking. Cela n’a pas vocation à être parfait, mais de donner à voir. Comme nos dessins.

Nous avons d’abord travaillé sur la notion de persona. Pourquoi lister les caractéristiques des personnes que nous souhaitons aider à travers nos projets alors qu’il est si simple de les dessiner ! Leurs portraits sont apparus sous nos yeux, rendant palpables ces inconnus. Pouvoir les imaginer permet de mieux travailler avec eux.

Ensuite, pour préparer le terrain du storyboard, nous avons pratiqué l’outil du crazy eight. Je le nommerais bien « les 8 magiques », tellement j’adore cet exercice ! Pour faire court, il s’agit de dessiner dans un certain nombre de cases (ici huit), un dessin par case en un temps donné (ici une minute par case donc par dessin). Là encore, il est tellement évident que le dessin permet de trouver de nouvelles idées, non pas pour mieux représenter son projet, mais pour mieux le penser, le remettre sur le métier et le faire progresser.

Cette expérience de narration visuelle, très forte, fait ressortir le cœur de nos projets, en visualise les manques, en révèle les intentions, et permet aussi de clarifier nos démarches et de visualiser concrètement le processus que nous proposons.

Session 3 : Le pouvoir de l’image

Paul nous a donné des exemples avec les affiches de cinéma qui indiquent immédiatement le style du film, mais aussi la question du cadrage qui donne un sens à une photo ou, encore, la puissance des symboles. C’est une réflexion que j’aborde aussi en formation, la responsabilité que nous avons, en tant que facilitateur graphique, des images que nous produisons et utilisons. Nous avons aussi des choix à faire : des images simples pour se faire comprendre ou des stéréotypes que l’on reproduit ? Comment par exemple représentez-vous le temps? Quelle est l’image qui vous vient ? Horloge ? Chronomètre ? Que faites-vous alors de la dimension vivante, dynamique du temps ? Pourquoi ne pas dessiner une spirale plutôt, pour sortir de la segmentation, de l’enfermement véhiculés par le chronomètre ou l’horloge ? Nous pouvons sortir des idées préconçues pour aller au plus proche du sens que nous souhaitons exprimer !
D’où l’importance de prendre le temps de produire ses propres images et de se constituer une bibliothèque visuelle. Nous pouvons exploiter tous les éléments graphiques à notre disposition pour rendre visibles les nuances, faire émerger les points de vue et les perceptions, relever les points communs et les différences.

Session 4 : Nouvelles technologies

Transposer une image faite à la main sur un ordinateur peut être chronophage. Aujourd’hui, il est possible de dessiner directement sur tablette avec des logiciels dédiés, que l’on peut allier aux réseaux sociaux. Ainsi, à la capture en images, peut s’ajouter l’instantanéité de la diffusion, ouvrant alors de nouveaux horizons de possibles.

Pour résumer, le Visual thinking lab est une formidable rencontre entre passionnés du visuel, que l’on sache dessiner ou pas. Ce ne sont pas des ateliers qui se confinent dans des techniques. Ils invitent à une transformation de ses propres pratiques. La proposition est de toucher du doigt la beauté de la pensée visuelle pour pleinement investir les outils qui l’emploie, afin de penser, construire, créer ensemble.

Comme disait un barbu plutôt lucide, nous ne pouvons résoudre les problèmes avec le même mode de pensée que celui qui les a engendrés. Alors, empruntons la voie du visuel !

Venez nous rejoindre, à Toulouse, Montpellier, Marseille ou Lausanne, en novembre prochain pour révéler, mettre en lumière votre pensée visuelle.

Comme le dit Paul :« nous sommes tous des apprenants visuels »

 

Domains:




Segments:




Methodologies and tools:
|

|
| |

Trois astuces pour aborder un enjeu complexe

Est-ce qu’il vous arrive de tourner en rond autour d’une problématique? Vous faites peut-être face à un enjeu “complexe”  qui défie la mise en application des solutions existantes. En général, nous avons développé un grand savoir-faire pour résoudre les problèmes évidents ou compliquées. Lorsque la situation est complexe, les approches classiques ne semblent plus donner de résultats. Les relations entre les causes et les effets ne sont pas discernables et nous perdons souvent pied. Penser et agir dans la complexité demande plus que le recours à l’expertise ou l’utilisation de pratiques exemplaires dans l’élaboration de solutions. Elle demande la mise en œuvre de nouvelles façons de faire les choses. Les théories de la complexité suggèrent une approche et une posture différentes qui reposent sur trois composantes clés :

emergencePhoto Credit: Roberto Verzo

1. Travail en mode émergence

Face à la complexité, il faut se défaire de notre habitude de penser que l’on peut tout planifier pour obtenir une solution rapide. Travailler en émergence suppose la création d’un espace de réflexion et d’action qui s’ouvre à l’exploration de nouveaux sentiers, à la créativité, à la prise de risques, afin d’accueillir de nouvelles opportunités ou des pistes de solutions, parfois imparfaites mais porteuses.

cocreationPhoto Credit: Paxson Woelber

2. Co-création

On gagne à aborder un enjeu complexe dans un esprit de recherche collective qui inclut une diversité d’acteurs et qui s’appuie sur une approche systémique. Le travail en silo prive trop souvent les organisations de l’apport de leur écosystème élargi. La mise en place d’une stratégie collective, ouverte et transparente constitue donc un outil puissant pour avancer dans la recherche de solutions inédites.

experimentation

Photo Credit: ~lzee~bleu~not~really~all~here~

3. Expérimentation et apprentissage

À défaut de procédures connues et établies donnant les résultats attendus, travailler dans la complexité suppose l’expérimentation, par le biais de pilotes ou de prototypes, comme moteur de découverte. Car c’est à partir de petits projets menés dans des situations concrètes que l’on peut mieux détecter les tendances et les patterns qui permettront d’établir et d’ajuster la stratégie et de creuser davantage les dimensions prometteuses.

Pour en savoir plus sur la théorie de la complexité : David Snowden, Cynefin model : www.cognitive-edge.com

Domains:




| | | | | |
Segments:




| | | | | | | | | | | |
Methodologies and tools:
|

|
| |