Cartes conceptuelles et processus collaboratif

Depuis le début de l’année 2010, je passe pas mal de temps à veiller, à explorer, à utiliser et à vulgariser  le monde merveilleux du web sémantique – un monde pas toujours bien compris, comme j’ai pu me rendre compte lors de la présentation que j’ai faite en début d’année 2009 lors du forum ouvert organisé par Communautique. Je n’ai pas arrêter de faire des  trouvailles inspirantes, en particulier lorsqu’il s’agit de co-construire et de documenter la représentation d’un domaine (une problématique, un univers de formation, un référentiel de compétences, etc.).

Imaginons une rencontre entre les cartes conceptuelles et la gestion des connaissances. Partir d’une carte conceptuelle, construite de manière collective (les outils existent,  comme le WebIdeaPro de l’ami Joel Muzard). Ce modèle décrit par cette carte peut migrer sur une autre technologie collaborative (wiki sémantique) qui permet de documenter à la fois les concepts, leurs propriétés et leurs relations : les débuts d’une base de connaissances. Cette même base peut être ensuite traduite par une carte conceptuelle plus riche. Un cycle de développement puissant. Et ouvert au reste du web de surcroît!

Deux exemples de ce que ça pourrait donner en terme d’interface :

1- Thinkpedia : comme illustration d’une interface entre la représentation des concepts et des liens et les documents/ressources, à partir de Wikipedia (dbpedia.org). Je vois bien un portfolio numérique représenté de cette façon : mes liens entre mes expériences d’un côté, les pièces associées de l’autre.

2- Thinkmap : http://www.thinkmap.com/casestudies_noaa.jsp  (cliquez sur l’image).  Un exemple de base de connaissances qui pourrait potentiellement être construite de manière collaborative.

J’ai pensé tout de suite à ce travail souvent négligé de documentation des processus de collaboration, auxquels nous cherchons des solutions, nous et plusieurs de nos complices, comme Jean-Sébastien et Philippe de Grisvert.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

Le travail digne

Le Congrès annuel des CRHA/CRIA (Conseillers en ressources humaines agrées et Conseillers en relations industrielles agrées) m’a étonné. J’ai senti dans l’air un vent de renouveau dans le milieu des ressources humaines. Et ce renouveau semble naître de plusieurs constats : celui du défi de recruter et de retenir des employés dans un contexte de pénurie de la main d’oeuvre, celui de l’épuisement professionnel et des maladies mentales qui assiègent le mileu de travail. Pas étonnant que c’est la dimension humaine qui a dominé pendant ce congrès.

C’est dans cet esprit que j’ai écouté avec empathie le film Histoire d’une vie et la discussion avec la réalisatrice Maryse Chartrand. Pour ceux qui n’en ont pas entendu parlé, Mme Chartrand et son mari Simon avait le projet de faire un film sur leur expérience incroyable de leur année de « décrochage », pendant laquelle, avec leurs trois enfants, ils ont fait le tour du monde. Un an de retour aux sources. Malheureusement, au retour à Montréal, Simon, papa, s’enlève la vie. Le projet doit se transformer en un film sur la santé mentale.

Les hommes, plus que les femmes, s’identifient par leur travail et ils vivent dans une société où la communication de leurs émotions est vue comme une faiblesse. Or la « souffrance » professionnelle n’est pas reliée au nombre de jours et d’heures que l’on travaille. Par exemple, dans le film, lorsque la famille visite l’atelier d’un artisan dans un pays du Sud, où ce dernier travaille des longues journées 7 jours sur 7, Simon est frappé que malgré les longue heures de travail, cette personne ne semble pas atteint de stress professionnel. C’est qu’il y a encore de la dignité dans son métier.

Et le congrès a enchaîné dans cette direction. Un atelier a porté sur la démarche appréciative qui base des interventions de solutions sur l’attention sur les forces, les moments d’excellence, des facteurs de succès. Une démarche qui réussit et dynamise au même temps. La conférence de Serge Marquis intitulée Est-ce que la peur de la mort rendrait nos entreprises malades? qui parle de « transparence et de valeurs », « d’une vision sereine du travail et de la vie », « de mobiliser les personnes par le désir de vivre pleinement et profondément ». Et pour finir, Laurent Saussereau est venu parler de deux manières de gérer et d’agir, « soit par la peur, soit par l’amour ».

Dans le contexte de ce congrès, mon intervention a été mieux reçue que j’aurais jamais pu l’imaginer. Je parlais de notre approche « inside out » pour avoir du recul dans une entreprise, pour valoriser collectivement le chemin parcouru et pour mieux s’avancer dans la direction donnée par ses valeurs et ses croyances. En fait, c’est une démarche simple qui permet le développement en continu d’une mémoire organisationnelle et d’une identitié numérique sur le web qui est le reflet véritable des compétences de l’entreprise. C’est aussi un moyen pour développer sa capacité d’être une organisation apprenante. Pour en savoir plus, voici la présentation :

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :

Widgets for flexible learning environment and ePortfolio

Education and competence developement circles are becoming active in the widget world.  Building systems using these small devices is indeed a means to enhance flexibility and personnalisation.

A widget is essentially a small block of code – using javascript, (X)HTML and CSS – that can be embedded in a web page to display information typically from news feeds (RSS/ATOM) or from distant web services – mail, photo archives, weather, etc.

Until recently, the work of widgets suffered from fragmentation. However, some players like Netvibes and Widgetbox are offering tools to create or convert widgets to run on multiple platforms. Not to mention the current work by W3C on a specification for these small but useful web applications.

So what can we do these with those so-called « gadgets » in  Personal Learning Environments (PLE) and ePortfolios? Well, a lot!!

The project TENCompetence is currently involved in groundbreaking work with widgets in their Learning Design Authoring Environment. In a recent interview [here], Scott Wilson explains the rationale:

We’ve been exploring how desktop and web widgets could be used to provide chat, discussion and voting services within a run-time Learning Design environment, so that users could seamlessly be offered the features specified by a particular learning design.

percolab is also experimenting with widgets for the development of an ePortfolio supporting the socio-professional integration of adult immigrants  in Quebec. Our challenge was to find a way to integrate learning activities – profiled according to the context of this group of learners – with information gathered from various providers (government, educational institutions, community organisations), all this, without recreating a large unflexible anonymous portal. The idea is a « personal portal » in which  learners may choose learning and personal development activities, manage their artefacts and build public pages for  friends, family, teachers, etc.

The prototype we built was based on the open source portal POSH (www.portaneo.net) – acting as container and widget framework. We used a small Ruby on Rails application for the learning activities and services back-end.

The prototype testing received much positive feedback from the learners, even if the visual design was quite bare and a few bugs did show early in the testing. Also, we succeeded to render all the activities reusable outside the project environment.

In more ways than one, the use of widgets in the world of learning opens up new opportunities for the development of reusable content, rich applications and useful information services.

First, widgets makes the development of learning applications cheaper, a real case of write once, play « everywhere ». Well, not yet, but soon. It is relatively easy to convert a widget for use on different systems (WordPress, Moodle, Pageflakes, etc.).

Secondly, widgets may help leverage existing API on institutional systems. Why not a widget offering to search all the learning resources repositories, inquiring real time in the library system for books due, displaying schedules, course offers, job opportunities in a specific fields etc.

Finally, widgets make possible the creation of highly flexible PLEs or ePortfolios, for the learner as for the learning designer. And that’s cool!

Domaines :


Secteurs d'activités :


Méthodes et outils :