Storytelling au Collège

« Qu’est-ce que vous faites ? » cette question nous aura été posée à chacune de nos présences dans la salle d’étude vitrée qui donne sur la cour de récréation. Au-delà de notre présence, ce qui intrigue de l’extérieur, c’est la disposition de l’espace – sans table avec des chaises en cercle – les mots, images et post-its de couleurs qui tapissent les murs au fur et à mesure que la journée avance, suscitent la curiosité et le questionnement. Il y a aussi le grand bonhomme qui a pris forme au sol, à coup de morceaux de scotch de peintre, une œuvre éphémère collective, baptisé Justin/Justine. Il aura prêté sa longue silhouette au repérage des émotions dans le corps.

Nous sommes dans un collège de Montpellier, dont le projet pédagogique pour l’année 2015-2016 porte sur la démocratie. 16 élèves entre 11-14 ans – ont embarqué pour une formation à la médiation par les « pairs » – devenir eux-mêmes des élèves médiateurs pour les conflits entre élèves dans l’établissement. Une initiative originale, même si ce n’est pas une première, la médiation par les pairs ayant déjà bénéficié de plusieurs dispositifs de mise en œuvre en France.

Je suis accompagnée de Martine, ancienne avocate, médiatrice depuis 20 ans, qui assure la coordination pédagogique du certificat de médiation depuis une dizaine d’années. Pour une entrée en matière sur un sujet peu familier et complexe, nous choisissons de proposer un partage d’histoire ou « storytelling ». L’occasion d’offrir aux élèves le témoignage précieux de la médiatrice passionnée et aguerrie qu’est Martine. L’occasion pour elle de se replonger dans son histoire personnelle: son rapport à l’autorité, elle enfant avec sa mère, puis elle, devenue mère, avec sa fille. Jusqu’à sa rencontre avec le livre de Thomas Gordon « Parents Efficaces » qui est un véritable détonateur, transforme son rapport au monde et change le cours de sa vie. Elle se forme à l’écoute active: reformuler les propos pour s’assurer de la compréhension, refléter les émotions pour aller au-delà de la surface des mots et explorer l’univers, toujours singulier, qui se cache derrière les signifiants.

Les élèves sont séparés en 3 groupes, autant d’axes d’écoute:
• la communication (écoute et parole)
• le rôle du médiateur
• la médiation et l’autorité

La mise en route demande du temps, l’activité est inhabituelle, autant que le sujet. Il faut expliquer plusieurs fois les consignes, s’assurer que chaque élève a bien compris ce qui lui est demandé. Les groupes constitués ont chacun des paquets de post-its de couleurs différentes sur lesquels prendre des notes.

Quelqu’un lance « nous sommes la force verte », l’image est saisie au vol pour mobiliser les enfants et jouer sur la mission attribuée à chaque couleur. La force verte sera en charge de repérer ce qui se réfère à la communication dans le récit, pour la force jaune ce sera le rôle du médiateur, la force orange devra mettre à jour l’articulation et les différences entre ce qui relève de la médiation et ce qui est du ressort de l’autorité.

Les enfants écoutent avec une attention soutenue l’histoire qui se déploie pour eux. Car c’est vraiment pour eux que Martine parle maintenant, avec force et authenticité. La qualité de leur écoute et le silence plein qui règne porte Martine dans son récit, la protège et l’encourage à en dire plus. Les enfants prennent des notes en silence. Elle est émue et surprise de l’être : c’est la première fois qu’elle revisite de cette manière le fil de son parcours de médiatrice.
Au bout de 15 minutes, les mains et le dessus des jeans sont couverts de petits feuillets de couleurs et les têtes bouillonnent de questions. Accompagnés d’adultes, les enfants passent ensuite à l’étape de la catégorisation sur des grandes feuilles.

Toutes les thématiques vues durant cette première rencontre seront développées au cours du module. Cette séance d’introduction aura offert en l’espace de 15 minutes une expérience forte en contenu.

La médiation par les pairs entraîne une posture d’écoute et de non-jugement, face à des situations problématiques où le réflexe culturel est de prendre parti ; un effort parfois immense, car à contre-courant de ce qui est pratiqué de manière générale au sein de l’institution éducative et qui questionne l’autorité telle qu’elle y est pensée et mise en œuvre.

C’est une joie d’avoir créé en si peu de temps les conditions et l’espace pour que les enfants s’écoutent mutuellement, qu’ils se familiarisent avec le silence et ne s’en effrayent pas. Et que des histoires qui tissent du lien et du sens puissent circuler entre générations avec un apprentissage rendu concret par ce dispositif si puissant qu’est la technique du storytelling !

 

 

 

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

Construire son territoire autrement

La garrigue désigne tout à la fois une flore et sa faune, une zone au sud de la France, entre Nîmes et Montpellier à peu près et une histoire très riche, puisque c’est le lieu de concentration le plus élevé en France de vestiges pré-historiques (tombes, pierres érigées et sculptées, dolmen…)

J’y suis née, j’en suis partie, j’y suis à nouveau installée depuis 2 ans et je redécouvre avec joie toute sa richesse, humaine, environnementale.

Localisation

FONS outre Gardon DEC2012 002

Quand je regarde le texte fondateur ou le modèle de gouvernance du Collectif des Garrigues, je vois le lien direct avec notre souhait d’introduire des processus participatifs et de contribuer au renouvellement des organisations.

Je suis fière que ce collectif soit venu me chercher pour les aider à avancer en faisant partie de leur conseil d’administration. C’est la plus belle reconnaissance de ma capacité à mener des processus participatifs et à en faire du commun; Travailler ensemble, être ensemble, construire ensemble.
Personnellement, c’est une façon extraordinaire de me réconcilier avec ma terre natale et la richesse de ce territoire que je ne voyais pas avant de partir de la région.
Retrouver ma pratique dans un collectif dont l’objet n’est pas la facilitation, la participation, mais qui s’en sert, c’est extraordinaire, qu’on vienne me chercher pour ça!
Le Collectif des Garrigues porte toutes mes valeurs et c’est chez moi! Il y a un côté miraculeux! Je vais très loin pour travailler, me former, et j’ai là, à l’échelle de ce territoire tout ce qui me fait vivre et espérer dans l’avenir.

Ce bout de terre, qui ne recouvre pas une entité administrative, qui sert à peine à nourrir les moutons, qui est déconsidéré, qui est un peu à l’abandon, est le lieu d’une reconstruction, autrement, ensemble, de ce qu’est un territoire – ça tient du cadeau de Noël!

L’ensemble des actions cherche à mobiliser tous les acteurs (rien ne se fait au détriment des uns pour développer les autres). Par exemple, le projet de ré-introduction de l’activité pastorale (remettre des troupeaux de moutons dans la garrigue) va faire l’objet d’une concertation auprès des citoyens, des entreprises, des propriétaires fonciers, des viticulteurs, des chasseurs… pour ne citer que ceux-là.
Ce projet a vu le jour car le collectif, par la voix de son Forum (assemblée générale) a décidé de supporter cette action puis s’est impliqué avec le soutien du conseil d’administration, ce qui donne le sentiment d’une vraie démocratie en action. Enfin, toute la démarche est documentée et tout est en creative commons dans un wiki, comme l’ensemble des productions des groupes projets.

L’encyclopédie vivante à elle seule, vaut vraiment d’être découverte.

MILHAU 011Photos : encyclopédie vivante des Garrigues, sous licence CC

Le collectif des Garrigues, c’est une pratique émergente de ce que pourrait être la construction collective du développement territorial; Même s’il n’est pas décideur, ni financeur, le Collectif des Garrigues montre une vraie vision pour le futur d’une nouvelle façon de construire ensemble nos territoires.cartopartieLedenon 008

Domaines :
| | |
Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :

Le Relais de Saint-Martin-de-Londres

percolab Europe s’installe! Quel meilleur endroit qu’un espace de co-working? Cette création d’un genre nouveau dans le petit village de Saint-Martin-de-Londres, à 25 km au nord-est de Montpellier, est le résultat de ma rencontre avec Patrice, heureux propriétaire d’une maison d’hôtes et de mon désir d’enraciner ma pratique ici. La libération d’un local de 100m2, dans ce qui était, il y a bien longtemps, les écuries de la gendarmerie, nous a donné l’idée d’ouvrir un co-working. Il y a encore pas mal de travaux à faire, mais comme le dit Patrice, « ce qui est important c’est d’être en permanence en béta test ».

En septembre dernier, nous avons rassemblé 25 personnes pour co-imaginer l’aménagement, le financement et des idées d’activités via trois ateliers, lors d’une soirée qui restera dans les mémoires comme un temps fort et ludique de co-création.

atelier
L’hiver nous a laissé le temps de rassembler des tables, des chaises de bureau offertes par un autre coworking, un banquier, un voisin… En fait, tout le contenu est le fruit d’échanges, de trocs, de dons. Car dès le départ, nous avons voulu que cet espace soit un acte de refondation des codes du vivre, du faire et du travailler ensemble.

Le lieu, ouvert sur la rue principale du village, reçoit déjà des visites et des questions inattendues qui montrent deux choses: Qu’est-ce que c’est? Un espace de formation? Un centre pour entreprises délocalisées? Il faut encore largement expliquer ce qu’est un espace de coworking. Et puis aussi le besoin de liens entre les personnes est immense!

IMG_20150330_103413

Et c’est ce besoin qui donne vie au Relais jour après jour.

  • Les lundis, Julia et son camion œnologique mobile nous rassemble dans la cour avec ses inventions culinaires et un verre de vin local.
  • Le samedi matin est studieux, avec soit la présence de Céférino, banquier à Montpellier qui vient à la rencontre de ses clients, soit celle de Jérémy, notre expert comptable à tous, qui peut s’installer à l’aise dans l’une des salles.
  • Made in Pic Saint Loup, une association de professionnels du tourisme, s’y retrouve pour ses réunions.
  • Un petit atelier d’aéromodélisme est en train de s’installer; des partenariats sont en train d’y naître…
  • Au hasard des conversations, quatre ou cinq d’entre nous ont eu l’envie de profiter du lieu pour s’entre-aider dans le montage de nos entreprises naissantes et de fil en aiguille, nous nous sommes retrouvés 14, en cercle dans la salle de réunion, pour avancer ensemble nos projets entrepreneuriaux, à l’image des cercles créés par percolab et le SAJE à Montréal.
  • Dans quelques temps, des formations vont s’organiser.

IMG_20150210_132152

La liste est longue et encore inconnue de tout ce que nous avons à réinventer pour donner du sens à nos vies, notre façon de travailler, d’apprendre ensemble sur un territoire. Et en même temps, je sens un pont tangible entre l’équipe percolab à Montréal et l’équipe Europe qui s’installe. Au-delà de l’Atlantique, nous sommes reliés, et notre désir commun de changement s’exprime des deux côtés de l’Océan grâce à l’intelligence collective déployée, le partage de nos expériences, nos manières de travailler.

Si vous venez de loin, si vous passez par là, si vous souhaitez nous rendre visite : l’entrée se fait par le portail vert antique!

percolab Europe: Le Relais – 25, route du Littoral 34380 Saint-Martin-de-Londres – France

logovert

Domaines :
| | |

Secteurs d'activités :


Méthodes et outils :