Life-based, work-based, school-based learning…

Don’t you find that with the sea of teaching and training jargon – and the preoccupation with classifying learning as formal, non-formal or informal, that we sometimes loose site of learning, what it really is about? Here are two articles, by Roger C. Shank, that brings us back to the essence, with an approach that doesn’t worry itself with trying to draw the line between life-based, work-based, school-based learning, just accepts that they intermingle and enrich each other.

Articles:
What can be taught: part I
What can be taught: part II

Competency based approaches do have an intention to work towards this view, even if the transformation can get a little lost in the implementation. That’s normal, since we are mostly all products of education systems that organised learning into specialised topics and subjects rather than universal skill sets.

I wish that when I was doing my anthropology and education degrees we could have opened up to such a broad view of learning. It would have helped me to get a better grasp that my experience during those university years has actually served me well in my professional and personal life thereafter, even if on the surface it might appear disconnected. Indeed, classifiying types of learning/teaching into 16 types of processes that can then be grouped into 1) conscious processes, 2) subconscious processes, 3) analytic processes, and 4) mixed processes, is eye-opening and useful.

Now, when I read the other entry by Shank, on « Things that can’t be taught », I instantly say to myself, but has he heard about e-portfolios. This is reflective tool that supports the learning/development of self-awareness and self-knowledge. Yes, it is much more difficult to « teach » more personality related competence such as integrity but e-portfolios are the path into this zone.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

PLAR: the shift to an « asset-based » approach to learning 2

Just back from Canadian Association for Prior Learning Assessment (CAPLA) annual workshop in Toronto, Canada. In many ways, it is a meeting of educational change makers, and well I love change making.

Should it really be so far fetched to imagine that one day soon, a potential student pondering about applying to a post-secondary program is invited directly on the institution’s web site, not hidden, but right up front, « Thinking of coming to our college? Have related life experience and learning? Click here to complete your self-assessment. » A simple direct process allowing individuals to be exempted from parts of the program based on their diverse and rich life-work-education experience. It still astounds me that we are not there yet.

I would dare to take that dream one step further though (why not?). The actual record (or portfolio) of learning built for such a process of recognising prior learning should not be a snapshot in time but rather continue to grow and evolve, becoming a living document supporting lifelong learning – minimally till the completion of the education program. Basic common sense, no?

To advance such dreams, we need to bridge the e-portfolio community and the prior learning community – and that is slowly taking place. This event is testimony to just that. It is all part of the larger shift towards « asset-based » social policies focusing more on personal assets than personal deficits, helping people recognise their own capabilities, thereby contributing to increased confidence and all round well being.

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :

Percolab’s Montréal pics

For you out of towners coming to Montréal for the ePortfolio season, here are some suggestions to make your stay a great local experience:

  • Some good local restaurants, bars and live music venues, all in a google map
  • If you’re in town on Saturday May 3rd, I highly recommend attending the Montreal Pecha Kucha night (voluntary contribution). For all us serious professionals, it is such fun to watch designers of all sorts present their projects and ideas within the strict but fun format of 20 slides, each 20 seconds. The presentations begin, of course, at 20:20hrs. On average 10 to 12 speakers follow one another with a 30 minute pause in the middle.
  • And Sunday May 4th afternoon is an opportunity to get a taste of Montreal’s weekly tam-tam jam on « the mountain », at ave. du parc and Rachel street.
Domaines :


Secteurs d'activités :


Méthodes et outils :


Perspectives sur la communication et les portfolios numériques

Une semaine de perspectives portfolios : trois lieux, trois moyens, trois histoires.

Vendredi et samedi dernier, j’étais à Queens, New York, pour la conférence Connections où on parlait de l’utilisation des portfolios pour développer la cohérence personnelle des étudiants et de la capacité des individus à devenir  agents du changement. C’était toute la fraîcheur d’un collège communautaire, La Guardia, qui a invité 500 personnes chez eux, pendant que la vie quotidienne du collège continuait à tourner. Voilà un geste genéreux et authentique de partager ainsi autour des projets de portfolio numérique, entre autres le leur, qui dure depuis 2002 et touche presque 7 000 élèves! L’administration, les profs, les professionnels, le personnel de soutien et les élèves, tous là, très fiers de leur réussite – pas moyen de sortir de là sans être touchée.

Lundi, c’était à Sherbrooke pour l’événement AQIFGA, le réseau de l’éducation des adultes. On y discutait, entre autres, comment positionner un dispositif comme un portfolio numérique dans les mains de l’individu est une approche qui s’inscrit en plein dans le virage vers l’apprentissage tout au long de la vie. L’ouverture et la réceptivité des personnes présentes étaient palpables. Encore une fois, j’étais touchée.

Et puis ce mercredi, c’était ma première vidéoconférence VIA avec le réseau REPTIC des CEGEP. De nouveau, le sujet portfolio numérique, mais cette fois-ci, sous la forme d’une introduction pour ce réseau qui souhaite un modèle de portfolio numérique pour le cheminement des élèves dans leurs programmes. Mais là, mon manque d’aisance ou d’expérience avec le format des vidéoconférences s’est fait sentir. Ouch! J’ai l’impression d’avoir tourné en rond, manqué le cible, ennuyé les gens. Quand le potentiel de ce monde me tiens tant à coeur, quand l’auditoire est si allumé, quand je cherche tant de pouvoir être à l’écoute des gens. Eh! bien, je me sens, oui, décue de moi.

Mon constat – je reçois mieux et je communique mieux AVEC les personnes. La distance imposée par la vidéoconférence, malgré toutes ses fonctionalités merveilleuses, n’a pas disparu : j’avais l’impression de parler toute seule dans ma cuisine plutôt qu’à des vraies personnes. Et je dis ça, moi qui travaille depuis des années avec des équipes distribuées, moi qui a fait ma maîtrise à distance, moi qui défend l’apprentissage à distance. Oui, tout ça m’a permis de mieux me comprendre autour de mes compétences de communication.

Domaines :



Secteurs d'activités :



Méthodes et outils :



Let workers manage their learning

I just attended the Citizen conference on adult learners in the 21st century – challenges of job related training and learning, organised by the l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) and I got a better grasp of how to improve workplace learning policy. In the province of Quebec the challenge of work place learning was to be adressed by a new policy in 2002, known as « 1 % » – the idea is businesses would be legally bound to invest 1 % of their total salary mass in the professional development of their employees.

5 years later, we ask ourselves, was this initiative successful? Well … research shows that the more a worker is young, educated, earning a high salary and working for a large business, the greater his chances are at benefiting from this measure. Why? It’s simple, because it is an employer managed measure – employers invest « their » training money where it benefits most for them (in their perception) – studies show that employers prefer to invest in their permanent employees who are successful and demonstrate committment to the company . Conclusion – despite this « innovative » measure, people who could really benefit from training and workplace learning are excluded. More than that, consultants and freelancers are entirely neglected in the measure.

How could we structure things better? Rather than making it a managment directed measure, make it a worker directed measure. That means, enable workers, all workers, inclusiveley, to be able to manage their workplace learning and training. And, (can you hear me coming?) this is where workplace learning policies meet up with eportfolios practices. One of the premises underlying the eportfolio movement is that the user of the eportfolio has ownership over his eportfolio. I manage my competence development and career via my eportfolio and it belongs to me, so that when I move from job A to B, it does too. This point is often missed, in policies and in practice, but when you stop to think of it, it is the foundation of lifelong learning, don’t you think?

Domaines :




Secteurs d'activités :




Méthodes et outils :




percolab à iLearning 2008 Paris

Ces jours-ci, percolab est en Europe pour participer à la conférence iLearning Forum 2008 et pour rencontrer des amis et pour nous faire de nouveaux amis (enfin, on l’espère…).

Les deux journées au iLearning Forum Paris 2008 ont été passablement occupées : trois présentations, présidence de sessions, des rencontres en marge des ateliers et des retrouvailles.

Sam a ouvert la conférence sur le mode « keynote » en participant à une conversation avec Serge Ravet sur l’apprentissages individuel et organisationnel au 21e sicle. Elle a également présenté une communication sur les utilisations non habituelles du wiki. Ma présentation portait sur les approches légères pour la mise en oeuvre (l’utilisation) des référentiels de compétences : wiki-compétences, microfomat hRCD, publication ATOM, gestion des comptétences dans un blog. Elle est ici.

[slideshare 255266 ilearn-2008-competences-en-mouvement-1202327708621826-3]

Et tiens, celle de Sam, tout à côté :

[slideshare id=262286&doc=wikis-ilearn-2008-1202791340190072-5&w=425]

Comme toujours dans les conférences, les présentations tombent dans l’une ou l’autre de ces catégories :

  • programmatiques -> annonce d »un début de projet avec ses promesses, ses intentions.
  • projets en cours -> pas encore de résultats ou premiers résultats (ma présentation tombe dans cette catégorie, même si j’aurais bien aimé qu’elle soit dans la catégorie suivante).
  • projet terminés, en fin de parcours -> bilans, rapports, tirés des enseignements.

Et il y a aussi des présentations de prospective. En plénière de fin de colloque, les organisateurs avaient invité Roger Larsen de Fronter (système de gestion des apprentissages, Norvège) à présenter sa vision du futur des environnements (plateformes) d’apprentissage en ligne. Il a structuré son exposé en posant sur une ligne du temps les technologies utilisées dans l’apprentissage en ligne. Ça partait

  • du site web
  • au LMS (Learnng Management System)
  • au MLE (Managed Learning Environment – LMS accroché/intégré aux autres services de l’institution)
  • au PLE (Personal Learning Environment – qui se branche et se débranche du MLE, permettant le transport des données personnelles de l’apprenant)
  • et finalement, au CLE (Collaborative Learning Environment) que nous n’avons pas vraiment vu.

Une grande partie de son exposé portait sur les questions de la mobilité et de la pérennité des contenus personnels, notamment ceux logés dans les applications et les servivces Web 2.0 (alleluiah! a-t-il répété en ironisant sur la vague actuelle). En bref, le web se transformant de plus en plus en plateforme (eyeOS, applicatifs de bureautique en ligne), il devient important de pouvoir garder une copie locale – et idéalement de façon transparente – de nos données. Toutes nos données?

Mais avons-nous là un PLE ou un CWE? Un PLE doit être bien plus qu’un gestionnaire de nos fichiers électroniques dispersés, de nos traces. Ou un autre système d’opération. Il doit avoir ces fontcions, mais aussi favoriser la sélection et la réflexivité Enfin à plusieurs reprises dans la conférence, on a parlé de contexte – pour le développement des contenus et des activités, des services. Comment assurer de conserver le contexte des pièces que nous amassons, en particulier lorsqu’elles sont construites socialement?

Domaines :





Secteurs d'activités :





Méthodes et outils :