The future of work should be like this

These are the Percolab’s principles of ways of working that we apply at Percolab right here, right now. We think everyone should work like this.

Principle #1 — OPEN

Keeping secrets slows things down, being open speeds things up. 
Opaque and secretive ways invite in scheming, homogeneity and insular thinking. Openness invites inclusion, co-learning and integrity.

Principle #2 — ENLIVENING

Forget systems that are mechanistic, everything we do is alive. 
Directive, plan and control work can drag on and produce flat results. When work integrates our autonomy, spirit and creativity it can be full of ease with kick ass results.

Principle #3 — CO-CREATIVE

Individual genius is overrated, the future is created together.
When leaders try to figure out for others it breeds apprehension and singular thinking.
Co-creation builds attuned pathways with legitimacy and collective energy and wisdom.

Principle #4 — HUMAN

Work doesn’t just solve problems, it develops human beings. 
Treating human beings in extractive ways generates disengagement and suffering. When we trust and work consciously we grow and develop into more reflexive and capable humans.

Principle #5 INSIGHTFUL

Knowledge doesn’t come from one source, it comes from all around.

Siloed and linear approaches are unable to deal with complexity. Tapping into the myriad and multi-dimensional ways of listening leads to insightful breakthroughs.

Domaines :
Secteurs d'activités :
Méthodes et outils :

L’Art de devenir humains

prendre un pas de recul

et écouter

ce qui vibre

prendre un pas de recul pour écouter

les murmures

peux-tu ralentir

ton pas et voir

ce que la Vie me murmure

ce que la Vie te murmure

ce qui est appelé

à naître?

 

je prends un pas de recul

pour écouter les voix

au coeur du bruit

j’entends l’écho de quelque chose d’ancien et vrai

je vis dans la turbulence

je respire l’émergence

peut-on apprendre à y rester

de tout notre être

et consciemment

et dans la générosité

et la grâce

la reconnaître

et s’y épanouir

pour devenir?

 

pouvons-nous apprendre

à nous accueillir

dans notre capacité à devenir

de meilleurs humains?

pouvons-nous y découvrir

notre muscle commun

et le mettre au service

de tout ce qui est vivant

tout ce qui l’a été

et tout ce qui le sera?

pouvons-nous y apprendre

et nous pratiquer

à devenir de meilleurs ancêtres?

pouvons-nous y apprendre à nommer

la complexité

ici et maintenant

et à affûter nos armes faites d’amour?

 

j’appelle l’Art de devenir Humains

parce que nous ne pourrons pas

nous transformer

en restant où nous sommes

en restant qui nous sommes

collés au déjà connu

collés au prévisible

collés aux vérités parcellaires

collés à nos pensées linéaires

je veux apprendre à tenir

le mouvement dans l’immobile

je veux apprendre à voir

le tout dans les fragments

 

pouvons-nous apprendre

l’art subtil d’écouter

pour la sagesse

qui nous guide vers ce qui a besoin d’être?

pouvons-nous devenir

dans la conscience

des systèmes

de pouvoir

qui nous forment et

qui dessinent les espaces

où nous respirons

où nous sentons

où nous trouvons ce qui nous nourrit

et ce qui nous blesse?

pouvons-nous apprendre et pratiquer ensemble

voir et nommer

nos ennemis?

et avec toute notre force ancrée

nous lancer vers l’action?

 

j’appelle l’Art de devenir Humains

j’appelle notre pouvoir

de travailler au-delà

de nos égos

de découvrir notre futur commun

de co-créer

de reconstruire

de découvrir

ce que nous pouvons faire

ensemble

j’appelle

notre futur

où nous sentons ensemble

et pratiquons la grâce

en appelant

ce que nous ne pouvons pas encore imaginer

 

qu’est-ce qui devient possible

quand nous mettons en commun

nos pouvoirs d’êtres humains sensibles

au service du passage

vers la conscience de notre éco-système?

que pouvons-nous apprendre

à sentir ensemble?

que pouvons-nous transformer

quand nous découvrons

et avançons

dans notre plein pouvoir collectif?

j’en appelle à l’Art de devenir Humains

et de questionner le monde

et de nous questionner nous-mêmes

et d’entrer dans la question

et d’écouter ensemble

le monde qui vibre

et cherche à naître

 

l’Art de devenir Humains

trouve un ancrage

dans la Nature

je respire

je prends un pas de recul

je vois le vivant

je vois l’art d’être humains

pour faire émerger une culture ancienne

où nous écoutons

nous pensons

nous agissons

avec sagesse

avec les multitudes que nous portons tous

où l’amour et le pouvoir

sont les piliers de nos questions

et où les histoires

et les expériences

nous connectent

et nous aident à voir le futur

et la complexité

qui nous remuent

 

agir avec sagesse dans la complexité

essayer l’art d’essayer

essayer l’art d’écouter

être nos stratégies

 

j’écoute les murmures

d’un présent encore à venir

je cherche la présence

je veux que mes pas

découvrent le nouveau paradigme

l’alliance de l’humain

avec le vivant

 

mes pas dans la neige nouvelle

dessinent notre pouvoir

de nous voir les uns les autres

comme les miracles que nous sommes

 

j’appelle l’Art de devenir Humains

j’appelle notre don de sentir ensemble

ce qui attend d’émerger

dans les espaces où nous travaillons

dans les espaces où nous vivons

dans les espaces où nous aimons

quelque chose bouillonne

et attend de se réaliser comme possible

 

j’appelle notre pouvoir d’appeler

j’appelle notre pouvoir d’entendre

j’appelle notre pouvoir de danser

j’appelle notre pouvoir d’aimer

et de soutenir la vie

j’appelle notre pouvoir de faire ensemble

l’impossible

qui se réalise pourtant

tous les jours, depuis toujours

j’appelle notre pouvoir

d’entendre les cris

au delà des murs et des frontières

avec clarté

dans le chaos

dans le bruit

j’appelle notre pouvoir de rêver ensemble

et de grandir dans le rêve

et de grandir dans le devenir humain

et de grandir en soignant les connections

et les apprentissages

et les coeurs brisés

et les joies

j’appelle notre liberté dans la complexité

j’appelle pour voir et être vu

dans la toile de la vie et de la transformation

 

quel est le chemin

que nous traçons

comment y prendrons nous soin

les uns des autres?

il y a tant à apprendre

et à nous demander

chercher de l’aide

est sage

et généreux

quand nous créons

des mondes

pour libérer le pouvoir du devenir humain

pour libérer le pouvoir

des conversations qui transforment

 

de quelles conversations as-tu faim?

 

si la vie est au coeur

le monde est la conversation

peut-on libérer l’imagination

dans toutes ses formes

humaines et

non-humaines?

qu’est-ce qui devient possible

quand nous apprenons ensemble

à être présents au monde?

une communauté

qui ressent et pratique

ensemble

la transformation constante du vivant

 

ça ne dépend pas de toi

tu pratiques

tu incarnes quelque chose

en toute honnêteté

et vulnérabilité

appeler est un lâcher prise

et un laisser aller

de vieux patterns

de vieilles idées

qui ne sont plus au service

du travail qui est devant nous

appeler nomme

ce qui n’est pas négociable

 

ce qui n’est pas négociable

est ouvrir un espace où vivent les paradoxes

ce qui n’est pas négociable

est l’humanité dans la nature

et la nature dans l’humanité

ce qui n’est pas négociable

est pratiquer dans l’honnêteté

et l’ouverture

et la transparence

ce qui n’est pas négociable

est l’espace de trébucher

et de penser à voix haute

dans les tensions

et les paradoxes

ce qui n’est pas négociable

est de parler d’argent et de valeur

ce qui n’est pas négociable

est la générosité et l’apprentissage

ce qui n’est pas négociable

est de danser sur la ligne

entre l’ouverture et les limites

ce qui n’est pas négociable

est la conversation entre complexité et pouvoir

qui se vit en nous

qui se vit dans nos communautés

ce qui n’est pas négociable

est l’art

dans l’art de devenir humains

ensemble

 

nous inventons la danse

du faire ensemble

ce qu’on y est

ce qu’on y ressent

nous dansons dans nos corps et dans nos coeurs

nous dansons nos nouvelles structures

de possibilité

et d’appartenance

et dans notre danse

nous nous tenons

dans l’apprendre ensemble

dans le grandir ensemble

dans la transformation

dans l’exploration

dans le deuil

dans le tremblement

nous apprenons à être

les archéologues de notre futur

 

que pouvons-nous rêver ensemble?

est-ce que nous respirons de nouveaux mondes?

où est notre centre de gravité?

qu’est-ce qui tiendra le nouveau?

qu’est-ce qui nous retient?

 

j’appelle

une vie pleine de sens

et que mon travail

m’aide à me sentir vivant

j’appelle la révolution du devenir humains

est-ce qu’on peut la vivre?

 

j’appelle

la révolution

du devenir

humains

 

Aussi publié sur Medium : https://medium.com/percolab-droplets/calling-the-art-of-humaning-9d2acbe4f357

Domaines :

Secteurs d'activités :

Méthodes et outils :
| |

Invitation : Découverte Art of Hosting France, 31 janv. – 2 février 2018

INVITATION

  • Lieu

    Sommières, France

    Adresse : CART, 31 rue Emilien Dumas, 30250 Sommières, France

  • Date

    31 janvier au 2 février 2018

  • Heures

    Dès 17h30

  • Organisateur

    Percolab France

(English below)
L’Art of Hosting modélise depuis plus de vingt ans, partout dans le monde, une façon d’avancer ensemble en intelligence collective. Venez découvrir comment, durant une formation de 3 jours intensifs en résidentiel.

For more than twenty years, Art of Hosting has modelled a way forward in collective intelligence all over the world. Come discover for yourself, during a 3 day intensive training in the beautiful south of France #AoHFrance


Nous innovons cette année en vous proposant pour les frais pédagogiques, outre le tarif fixe habituel(de 1250€ net de taxes *), un mode d’économie partagée. Il s’agit d’une approche coopérative axée sur la responsabilité financière, partagée par toute la communauté constituée par les participants et l’équipe des hôtes.

Vivre ce séminaire, c’est vouloir changer de regard, accepter de reconsidérer ses propres représentations et s’ouvrir. Vous déciderez ainsi de la somme en euros qui traduit la richesse de ces 3 jours, en prenant en considération : les coûts de l’événement, sa valeur et vos ressources financières.   Le paiement se fera en 2 fois : un premier versement commun à l’avance et un deuxième à l‘issue du séminaire.  Premier versement 450€ net, payable d’avance sur ce site : contribution minimale à l’organisation et au déroulement du séminaire (frais logistiques, matériel, communication, plateforme internet).Deuxième versement : son montant sera décidé par vous-même à la fin du séminaire. Pour couvrir avec respect les frais pédagogiques de l’équipe d’hôtes, nous donnerons du temps et de l’attention pendant le séminaire pour ouvrir cette conversation et cette expérience enrichissante, avec une réflexion sur la valeur du séminaire pour vous et la façon dont nous pourrons couvrir le budget en tant que communauté. Une explication plus détaillée de ce modèle et de la réflexion qui le soutien est disponible sur le site web: http://leaderparticipatif.weebly.com   *Dans le cas de la prise en charge par les entreprises, par un OPCA ou autres structures qui ne permet pas au participant de participer au modèle d’économie partagée, le tarif fixe des frais pédagogiques est de 1250€ net de taxes.

In addition to the usual fixed rate to cover the hosting and teaching costs (€1250 *) we are therefore innovating by also inviting you to participate in a shared economy experiment. This is a cooperative approach whereby the financial responsibility for the seminar is shared by the community of both participants and hosting team. For this seminar, we invite your willingness to open up to different ways of seeing ourselves and the world. In practice, this means that you will decide on the sum of money that represents the richness of these 3 days, taking account of the costs of the event, its value to you and your own financial resources.   Payment will take place in two installments: a first instalment, the same for everyone, before the seminar, and the second at the end.  1st instalment: 450€, payable in advance on this website : he minimum contribution needed to organise and run the seminar (logistics, materials, communication, website)  2nd instalment: at the end of the seminar, you will choose the amount to honour and appreciate the work of the hosting team. We will be dedicating time and attention during the seminar to open this conversation – always an enriching experience – about the value of this seminar to you and the ways in which we as a community can cover the budget. You can find a more detailed explanation of this financial model and its ethos at http://leaderparticipatif.weebly.com

* Percolab est un organisme de formation exonéré de TVA. Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat.

* Percolab is a TVA exempt training center

  • Nom de l’organisateur/trice

    Nadine Jouanen, SAS percolab Europe

  • Contact

    Courriel :  infofrance [at] percolab.com

    Téléphone : +33 6 17 79 83 10

Domaines :


Secteurs d'activités :


Méthodes et outils :
| |
| | |

L’art du débat en mode dialogue

Comment travaille-t-on dans le débat quand on est une organisation qui pratique le dialogue?

À la récente Nuit des débats, qui se tenait le même soir à Montréal, Paris et Dakar, Percolab a apporté cette question aux deux débats que nous avons tenu.  Notre hypothèse est que pour qu’un débat puisse se dérouler sur le mode d’une conversation constructive qui accueille la diversité des perspectives il faut créer des conditions.

Le choc des récits: Montréal vue de l’intérieur et de l’extérieur

Dans le premier débat nous avons invité les participants à s’identifier comme « insider » ou « outsider » sur un spectre. Les gens se sont positionnés et se sont racontés l‘histoire de leur positionnement. Nous avons découvert que dans tout le groupe seulement deux personnes étaient nées à Montréal! Dans un second temps, nous avons invité chaque personne à identifier deux choses appréciées de leur ville et deux choses qu’ils n’aiment pas, et à les écrire. Les personnes présentes sont ensuite venus placer leurs réponses, en les lisant à haute voix. La table était mise ; nous nous connaissions un peu et nous avons vu la diversité des perspectives sur la même ville, dans la salle. Certains adorent la neige et le froid et d’autre les détestent. Le « débat » qui s’en est suivi avait plus la saveur d’une conversation collective. Et pourtant des choses profondes et parfois difficiles se sont dites durant les 90 minutes.

C’est ce qui se passe quand on met en rencontre des expériences de la diversité Montréalaise. Nous portons tous en nous les deux pôles des récits sur le ville: nous tenons tous le positif et le négatif. Cette soirée a été l’occasion d’explorer cette dualité en chacun de nous et de jeter un nouveau regard sur nos expériences de la ville sous cet angle.

Le second débat était centré autour de la question de l’autogestion comme faux remède ou vrai soutien  nos problèmes de société, et a permis d’explorer quelques-uns des décalages et le paradigme de l’auto-gestion, encore méconnu. Vous êtes curieux d’en savoir plus sur ce dernier point? Venez participer à notre atelier sur l’autre-gestion le 4 mai prochain à Santropol Roulant…

Domaines :




Secteurs d'activités :




Méthodes et outils :
| |
| | |
|
| | |

Valoriser et honorer l’expertise dans les processus participatifs

Comme beaucoup de praticiens des méthodes collaboratives, nous sommes parfois confrontés à la difficulté de concilier le rôle des experts avec les processus d’intelligence collective. Il n’en demeure pas moins que les experts sont présents et ils détiennent parfois des connaissances susceptibles de nourrir le processus. Nous avons donc voulu explorer les façons d’honorer à la fois l’expertise des individus et la force des groupes qui agissent en mode participatif.

De la rencontre, nous retenons le plaisir de pratiquer en communauté, la valeur de se soutenir les uns les autres dans notre apprentissage et le bonheur d’entrer à nouveau dans cet espace d’écoute privilégié qui nourrit notre être profondément. Nous avons aussi documenté le déroulement de l’activité, le processus vécu (fishbowl) et quelques apprentissages en lien avec la thématique explorée.

Conversation sur l’expertise

Nous avons entamé la rencontre par un check-in improvisé qui consistait à se choisir chacun trois expertises que nous souhaitions valoriser. Alors que plusieurs d’entre-nous avions des difficultés à identifier nos expertises, une conversation naturelle a émergé… à savoir qu’est-ce qu’une expertise?

expertises

Voici les fruits de nos échanges.

  •     Nos passions sont souvent nos expertises
  •     Le contexte est important, nous exprimons notre expertise en relation avec l’expertise des autres
  •     Il faut assumer nos expertises, l’exprimer avec confiance lorsqu’on la ressent
  •     Le défi n’est pas tant de parler de son expertise que de l’incarner, de trouver la cohérence entre notre sujet et la façon de le partager
  •     L’importance et la beauté de rester dans une posture d’apprenant
  •     Pour nommer une expertise, nous pouvons trouver nos propres mots afin de qui lui donner vie et sens (Par exemple: Raquel est une “entremetteuse”, à suivre…)
  •     La puissance de l’expertise c’est d’entrer dans son pouvoir avec humilité
  •     Pourquoi parfois on se sent mieux quand on peut dire que l’on n’est pas expert? Ou que l’on est expert?
  •     Une expertise, c’est quelque chose que l’on pourrait faire en confiance, si notre vie en dépendait
  •     Pour savoir si c’est l’une de mes expertises, je me demande : est-ce que je pourrais en parler sans avoir à me préparer?

Et dans la vraie vie, comment faire ?

Lors de notre conversation, nous nous sommes demandés comment transformer les dynamiques souvent unidirectionnelles des rencontres d’experts. Voici certaines de nos questions :

  •     Comment accéder à la passion de l’expert?
  •     Quels contextes permettent à l’expert de reconnecter à sa passion?
  •     Comment élever la qualité de l’échange en présence d’experts?
  •     Comment miser sur l’abondance des expertises présentes dans une même salle pour apprendre les uns des autres?
  •     En tant qu’expert, comment faire pour continuer à apprendre de nos pairs?

La méthodologie Fishbowl

Il s’agit d’une méthodologie reconnue, souvent utilisée dans les « unconferences » et les Forum ouverts. Elle contribue à faciliter le dialogue entre experts de manière à exposer leur sujet à d’autres, élargissant ainsi l’apprentissage collectif du groupe. Il existe plusieurs variantes selon le contexte et le nombre de personnes impliquées. À la base, l’expert (le poisson) vers lequel les questions sont dirigées, est au centre d’un ou plusieurs cercles de personnes qui sont en écoute active (le bocal). Le cercle au centre est celui de la contribution et du partage, les personnes en écoute active se déplacent vers l’intérieur lorsqu’elles veulent contribuer.

On retrouve le fishbowl sous deux principales variantes, ouvert ou fermé. Lorsqu’il est ouvert, une ou plusieurs chaises sont disposées au centre avec l’expert et dans la dynamique de la conversation, n’importe quelle personne de l’audience peut venir occuper une des chaises au centre et contribuer à l’échange. Dans la méthode fermée, le facilitateur répartit le groupe en deux et assigne les rôles d’experts (au centre) et d’observateurs (autour). Les deux groupes se peuvent interchangé de position lorsque le sujet ou les questions sont épuisées. Cette variante est favorisée lorsqu’il existe un haut niveau d’expertise dans l’ensemble de la salle. Dans tous les cas, le facilitateur s’assure que le cercle extérieur reste en silence pendant la contribution du centre.

Cette méthodologie peut également être utilisée pour créer un dialogue entre deux groupes de personnes. Par exemple, des dialogues plurigénérationnels où les plus âgés sont au centre, les plus jeunes autour, puis on échange.

Une fois le sujet ou le temps alloué épuisés, le facilitateur fait la synthèse de la conversation et invite l’ensemble des participants à faire un retour. Les chaises au centre sont remises dans le cercle et les perles et expériences sont partagées. Chaque participant a l’opportunité de s’exprimer ouvertement. Il est important de partager par la suite la récolte des apprentissages et les ressources importantes à retenir.

Nos apprentissages

À travers notre expérimentation du fishbowl, nous avons vécu toute la puissance de cette méthodologie et fait de nombreux apprentissages.

Nous avons constaté à quel point la confiance est importante dans la réussite d’un exercice comme celui-ci. L’expert est généreux, il offre non seulement sa connaissance mais il le fait dans cette position de vulnérabilité. Ainsi, préserver la qualité de l’échange devient une responsabilité partagée entre chacun des membres du cercle. À chaque moment, quiconque en ressent le besoin ou l’utilité, peut rediriger la conversation en proposant une nouvelle question. Ce contexte de sécurité nous permet d’aller plus loin dans notre exploration, sachant que quelqu’un réagira si l’on sent que l’on atteint certaines limites. Le cercle agit donc comme le contenant d’une conversation tangible, qui se révèle devant nous au fil des questions.

IMG_0029

La conversation devient un véritable exercice d’intelligence collective, car elle renouvelle sans cesse notre propre curiosité et amène de nouvelles questions, qui révèlent à leur tour de nouvelles pistes d’exploration.

Pour l’expert, chaque nouvelle question est une occasion de découvrir la direction qui intéresse le groupe en temps réel et d’y plonger. À l’image de la lampe de poche, les questions permettent d’éclairer de nouveaux recoins de l’intelligence du groupe. Par moments, cette intelligence était palpable et la transmission de l’information d’autant plus profonde.

AOH_expert

Le plaisir d’être expert…

Être invité à titre d’expert c’est avoir le bâton de parole. C’est le privilège de partager ce que nous avons appris, ce que nous savons à ce moment précis. Cela nous donne également la possibilité de proposer des choses, de contribuer en dehors du « rôle », en incarnant notre expertise. Nous pouvons même devenir des « rebelles » dans les conférences. À la lumière des jeux de mots, “cessons d’être des ex-pairs et offrons généreusement notre expertise en tant que repères”. Ainsi, notre expertise prend une valeur d’autant plus grande que celle-ci est rechechée par notre entourage et livrée de façon dynamique. Comme nous l’avons vécu, dans la relation, l’expertise devient un savoir-vivant, qui se revèle de lui-même aux interlocuteurs. C’est ainsi que experts ou pas, nous continuons tous à apprendre en puisant dans notre intelligence collective.

Se reconnaître comme communauté de pratique

Nous sommes venus explorer une thématique qui nous tient à coeur et à laquelle nous faisons souvent face. Et, tout au long de la rencontre, l’ouverture, la confiance, et l’authenticité de chacun ont contribué à ce que l’on se sente ensemble, en train de vivre et de donner vie à la communauté de pratique Art of Hosting. À notre surprise, nous nous sommes rendus compte d’une évidence : “une communauté de pratique, ça pratique”. Quel bonheur de faire ce bout de chemin ensemble et de trouver de nouvelles questions à explorer. Pour la suite, se dessine un prototype d’activité combinant alimentation vivante et l’Art of Hosting. “Je fait ça naïvement”, nous dit Jonathan en lançant l’appel. “J’ai le don de m’embarquer…” Ferez-vous de même ?

Le mot de l’expert… qu’est-ce que David retient de l’exploration?

«Une chose est sûre, l’expertise est un mot avec lequel j’avais bien du mal. Être un “expert”, encore plus. Un poids sur les épaules, une obligation de pertinence, de performance, une compétence obligée. Mais comme je trouvais ces mots plein de prétentions, d’égo, d’attentes imposées! Toutes des choses qui pour moi allaient dans un sens bien loin de l’intelligence collective, de la curiosité, de la découverte.

Ce malaise, c’était donc celui-là. Celui de ne pas être cela. Il m’a toujours semblé qu’il appartenait aux autres d’en juger, pas à moi de le prétendre. Je résistais donc très fort à reconnaître ma propre expertise. Mais pourtant, l’expertise, je la reconnais à chaque jour dans mon entourage, dans les individus. Pourquoi donc ce malaise?

L’expertise, c’est ce que je peux apprendre de l’autre, en vertu de ce que je sais déjà. Mais accepter que les autres peuvent apprendre de nous est un défi plus grand qu’il ne le semble.

L’expertise n’est pas quelque chose d’objectif, de matériel, de mort. L’expertise, c’est nous! C’est nous dans toute notre humanité, notre ouverture à partager. L’expertise, on la découvre lorsqu’on entre en relation dans la curiosité. Dans cette relation, l’expert lui-même découvre ce qu’il voit, ce qu’il pense, ce qui le passionne. De quelque chose d’objectif dans l’individu, de connaissances, de savoirs, l’expertise devient quelque chose en nous, quelque chose que nous-mêmes ne connaissons pas entièrement, quelque chose à explorer. S’ouvrir sur ce que nous ne savons peut-être pas, c’est aussi s’ouvrir sur ce que l’on sait. Cette expertise-là, on ne la maîtrise pas complètement…elle est complexe, évolutive, mystérieuse: elle est vivante. Elle est notre visage d’apprenant. Et comme dans tout, c’est lorsque nous la mettons en pratique, lorsque nous la mettons en relation, qu’il nous est possible de la connaître, de la reconnaître. Notre expertise, c’est nous et tout ce que nous sommes. Et cela, on ne le découvre véritablement que lorsque nous nous offrons authentiquement dans notre relation avec les autres. »

Article par
David King-Ruel
Jonathan Jubinville
Juan Carlos Londono
Raquel Penalosa
Samantha Slade

Domaines :




|
Secteurs d'activités :





Méthodes et outils :
| |
| | |
|
| | |
|